L'histoire

Pourquoi la fondatrice de la fête des mères s'est retournée contre elle

Pourquoi la fondatrice de la fête des mères s'est retournée contre elle


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Anna Jarvis, qui n'avait pas d'enfants, a conçu la fête des mères comme une occasion d'honorer les sacrifices que les mères ont faits pour leurs enfants.

En mai 1908, elle a organisé les premiers événements officiels de la fête des mères dans une église de sa ville natale de Grafton, en Virginie-Occidentale, ainsi que dans un grand magasin Wanamaker à Philadelphie, où elle vivait à l'époque. Jarvis a ensuite commencé à écrire des lettres aux journaux et aux politiciens pour faire pression pour l'adoption de la fête des mères comme jour férié.

En 1912, de nombreuses autres églises, villes et États célébraient la fête des mères et Jarvis avait créé l'Association internationale de la fête des mères. Sa campagne acharnée a porté ses fruits en 1914, lorsque le président Woodrow Wilson a signé un projet de loi établissant officiellement le deuxième dimanche de mai comme fête des mères.

Jarvis considérait la fête des mères comme une occasion intime - un fils ou une fille honorant la mère qu'ils connaissaient et aimaient - et non une célébration de toutes les mères. Pour cette raison, elle a toujours insisté sur le singulier « Mother’s » plutôt que sur le pluriel. Elle a rapidement perdu ses illusions, car la fête des mères s'est presque immédiatement concentrée sur l'achat et l'offre de cartes imprimées, de fleurs, de bonbons et d'autres cadeaux.

Cherchant à reprendre le contrôle de la fête qu'elle a fondée, Jarvis a commencé à faire campagne ouvertement contre ceux qui ont profité de la fête des mères, y compris les confiseurs, les fleuristes et autres détaillants. Elle a lancé de nombreuses poursuites contre des groupes utilisant le nom de fête des mères et a finalement dépensé une grande partie de son héritage considérable en frais juridiques.

En 1925, lorsqu'une organisation appelée American War Mothers a utilisé la fête des mères comme une occasion de collecter des fonds et de vendre des œillets, Jarvis a fait planter leur convention à Philadelphie et a été arrêté pour avoir troublé la paix. Plus tard, elle a même attaqué la première dame Eleanor Roosevelt pour avoir utilisé la fête des mères comme une occasion de collecter des fonds pour une œuvre caritative. Dans les années 1940, Jarvis avait complètement renié la fête et avait même activement fait pression sur le gouvernement pour qu'il soit supprimé du calendrier.

Ses efforts ont été vains, cependant, car la fête des mères avait pris sa propre vie en tant que mine d'or commerciale. Largement démunie et incapable de profiter des vacances extrêmement réussies qu'elle a fondées, Jarvis est décédée en 1948 au Marshall Square Sanitarium de Philadelphie.

La triste histoire de la fondatrice de la fête des mères Anna Jarvis n'a rien fait pour ralentir la popularité et le commercialisme de la fête. Selon une enquête annuelle sur les dépenses menée par la National Retail Federation, les Américains ont dépensé en moyenne 168,94 $ le jour de la fête des mères en 2013, soit une augmentation énorme de 11 % par rapport à 2012.

Au total, les dépenses pour la fête des mères dépassent les 20 milliards de dollars chaque année, selon la National Retail Foundation. En plus des cadeaux plus traditionnels (allant des cartes, des fleurs et des bonbons aux vêtements et aux bijoux), une enquête a montré qu'un nombre sans précédent de 14,1% des donneurs de cadeaux envisagent d'acheter à leur maman des gadgets de haute technologie comme des smartphones et des tablettes.

LIRE LA SUITE: Comment la mère célibataire à la volonté de fer de George Washington lui a appris l'honneur


3 arguments historiques contre la fête des mères

C ampagner contre la fête des mères est un moyen infaillible de ressembler à un grincheux, mais cela n'a pas arrêté Anna Jarvis.

C'est parce que si quelqu'un pouvait s'en tirer, elle le pouvait. Après tout, Jarvis a tout inventé, puis tout a explosé bien au-delà de ce qu'elle avait imaginé. Comme TIME l'a écrit en 1938, c'est en mai 1907 que Jarvis a persuadé une église de sa ville natale, Philadelphie, d'organiser un service religieux spécial à l'occasion de l'anniversaire de la mort de sa mère. L'année suivante, les gouverneurs de Floride et du Dakota du Nord ont publié des proclamations spéciales inspirées par le service et celui-ci est devenu national en 1914 lorsque le président Wilson en a également fait une. Il n'a pas fallu longtemps pour que les hommes d'affaires de tout le pays pensent que cette journée pourrait être un excellent moyen de vendre la nation sur des fleurs, des cartes et d'autres jetons. Jarvis, expliquait l'article, n'était pas amusé :

Anna Jarvis est la vieille fille de Philadelphie âgée de 60 ans qui a inventé la fête des mères. Chaque fois qu'elle pense à ce que les fleuristes, les magasins de bonbons, les compagnies de télégraphe ont fait de son idée, elle est dégoûtée. Elle a même intégré la fête des mères pour empêcher les fleuristes et les confiseurs sans scrupules d'utiliser sa marque brevetée à des fins commerciales. Mais « personne », dit-elle, « ne fait plus attention à la loi ».

Une fois, elle a été arrêtée pour conduite désordonnée pour avoir interrompu une réunion à Philadelphie des mères de guerre américaines, qu'elle accusait de profiter des œillets de la fête des mères. En 1934, elle empêcha James Aloysius Farley d'inscrire la "Fête des Mères" sur son timbre spécial de 3 cents Whistler Mother, qui, selon elle, n'était qu'une autre raquette. La semaine dernière, à l'occasion de la fête des mères, elle s'est contentée de dénoncer un défilé de Manhattan pour la fête de la paix des mères et une réunion de la fête des parents à Central Park. (L'un de ses slogans actuels est &ldquoDon&rsquot Kick Mother out of Mother&rsquos Day.&rdquo) Puis elle a dédié une lumière éternelle aux mères d'Amérique et est allée à un service en son honneur à l'église du Sauveur.

Cela ne s'est pas arrêté là. TIME a rapporté que Jarvis a envoyé des télégrammes violents au président Roosevelt et s'est surtout enfermée dans sa maison et n'a cédé que pour distribuer des dépliants sur les méfaits de la commercialisation de la fête des mères.

Mais le commerce effréné n'était pas la seule objection à la façon dont la fête des mères était célébrée. Dans cette même histoire TIME, Eleanor Roosevelt a demandé que la fête des mères soit également transformée en un événement de sensibilisation du public sur le taux de mortalité maternelle, qui était de 14 000 décès par an à l'époque. Cette idée faisait écho à une campagne précédente du physiologiste Thomas Wilcox Haggard, qui en 1934 rappelait au monde que « la vie des mères ne peut être sauvée qu'en affrontant des réalités horribles, et non en tenant la promesse d'une plante en pot. »

Et enfin, l'histoire a vu sa juste part de ceux qui croient que la fête des mères est très bien, mais ne va pas assez loin. En 1950, TIME a écrit à propos de Miss Dorothy Babb, une militante de la Journée nationale des vieilles filles. "Beaucoup de vieilles filles, a-t-elle souligné, ne reçoivent même pas de cadeaux d'anniversaire, tellement elles sont impatientes d'éviter le sujet de l'âge", a rapporté le magazine. Dans les années '821770, ce cri a été repris par l'Organisation nationale pour les non-parents, qui a plaidé pour que la fête des non-mères soit un jour férié.

Lisez toute l'histoire de 1938 sur la fête des mères et Anna Jarvis, ici dans le TIME Vault :Fête des Mères, Inc.


La fête des mères a 100 ans : son histoire étonnamment sombre

Alors que la fête des mères fête ses 100 ans cette année, elle est surtout connue comme un moment pour les brunchs, les cadeaux, les cartes et les effusions générales d'amour et d'appréciation.

Mais la fête a des racines plus sombres : elle a été fondée pour que les femmes en deuil se souviennent des soldats tombés au combat et travaillent pour la paix. Et quand la fête est devenue commerciale, sa plus grande championne, Anna Jarvis, a tout donné pour la combattre, mourant sans le sou et brisée dans un sanatorium.

Tout a commencé dans les années 1850, lorsque l'organisatrice des femmes de Virginie-Occidentale Ann Reeves Jarvis - la mère d'Anna - a organisé des clubs de travail pour la fête des mères pour améliorer les conditions sanitaires et essayer de réduire la mortalité infantile en luttant contre les maladies et en réduisant la contamination du lait, selon l'historienne Katharine Antolini de Virginie-Occidentale. Collège wesleyen. Les groupes ont également soigné des soldats blessés des deux côtés pendant la guerre civile américaine de 1861 à 1865.

Dans les années d'après-guerre, Jarvis et d'autres femmes ont organisé des pique-niques pour la fête de l'amitié des mères et d'autres événements en tant que stratégies pacifistes pour unir d'anciens ennemis. Julia Ward Howe, pour sa part, mieux connue comme la compositrice de "The Battle Hymn of the Republic", a publié une "Proclamation de la fête des mères" largement lue en 1870, appelant les femmes à jouer un rôle politique actif dans la promotion de la paix.

À peu près à la même époque, Jarvis avait lancé une fête de l'amitié des mères pour les loyalistes de l'Union et des confédérés à travers son état. Mais c'était sa fille Anna qui était la plus responsable de ce que nous appelons la fête des mères et qui passerait la majeure partie de sa vie plus tard à lutter contre ce qu'elle était devenue.

"Fête des Mères", pas "Fête des Mères"

Anna Jarvis n'a jamais eu d'enfants, mais la mort de sa propre mère en 1905 l'a incitée à organiser les premières célébrations de la fête des mères en 1908.

Le 10 mai de cette année-là, les familles se sont réunies lors d'événements dans la ville natale de Jarvis, Grafton, en Virginie-Occidentale, dans une église désormais renommée International Mother's Day Shrine, ainsi qu'à Philadelphie, où Jarvis vivait à l'époque, et dans plusieurs autres villes.

En grande partie grâce aux efforts de Jarvis, la fête des mères a été célébrée dans un nombre croissant de villes et d'États jusqu'à ce que le président américain Woodrow Wilson réserve officiellement le deuxième dimanche de mai 1914 pour la fête. (Voir des photos de mères animales et de bébés.)

"Pour Jarvis, c'était un jour où vous rentriez chez vous pour passer du temps avec votre mère et la remercier pour tout ce qu'elle a fait", West Virginia Wesleyan's Antolini, qui a écrit "Memorializing Motherhood: Anna Jarvis and the Defense of Her Mother's Day" comme son doctorat. thèse, a déclaré dans une interview précédente.

"Ce n'était pas pour célébrer toutes les mères. C'était pour célébrer la meilleure mère que vous ayez jamais connue - votre mère - en tant que fils ou fille." C'est pourquoi Jarvis a souligné le singulier "Fête des Mères" plutôt que le pluriel "Fête des Mères", a expliqué Antolini.

Mais le succès de Jarvis s'est rapidement transformé en échec, du moins à ses propres yeux.

L'idée d'Anna Jarvis d'une fête des mères intime est rapidement devenue une mine d'or commerciale centrée sur l'achat et l'offre de fleurs, de bonbons et de cartes de vœux, une évolution qui a profondément perturbé Jarvis. Elle a entrepris de se consacrer, ainsi que son héritage considérable, au retour de la fête des mères à ses racines respectueuses. (Voir les photos d'amour maternel de National Geographic.)

Jarvis s'est constituée en Association internationale de la fête des mères et a essayé de conserver un certain contrôle sur la fête. Elle a organisé des boycotts, menacé de poursuites judiciaires et a même attaqué la première dame Eleanor Roosevelt pour avoir utilisé la fête des mères pour collecter des fonds pour des œuvres de bienfaisance.

"En 1923, elle a écrasé une convention de confiseurs à Philadelphie", a déclaré Antolini.

Une manifestation similaire a suivi deux ans plus tard. "Les mères de guerre américaines, qui existent toujours, utilisaient la fête des mères pour collecter des fonds et vendaient des œillets chaque année", a déclaré Antolini. "Anna n'en voulait pas, alors elle a écrasé leur convention de 1925 à Philadelphie et a été arrêtée pour avoir troublé la paix."

Les ferventes tentatives de Jarvis pour réformer la fête des mères se sont poursuivies au moins jusqu'au début des années 1940. En 1948, elle mourut à 84 ans au Marshall Square Sanitarium de Philadelphie.

"Cette femme, décédée sans le sou dans un sanatorium dans un état de démence, était une femme qui aurait pu profiter de la fête des mères si elle l'avait voulu", a déclaré Antolini.

"Mais elle a pesté contre ceux qui l'ont fait, et cela lui a tout coûté, financièrement et physiquement."

Cadeaux pour la fête des mères aujourd'hui : brunch, bouquets, bling

Aujourd'hui, bien sûr, la fête des mères continue de fonctionner comme un moteur du consumérisme.

Selon la National Retail Federation, les Américains dépenseront en moyenne 162,94 $ pour maman cette année, contre un sommet de 168,94 $ l'année dernière. Les dépenses totales devraient atteindre 19,9 milliards de dollars. La National Restaurant Association des États-Unis rapporte que la fête des mères est la fête la plus populaire de l'année pour dîner au restaurant.

Quant à la fête des mères, c'est indéniable, à proprement parler.

Hallmark Cards elle-même, qui a vendu ses premières cartes de fête des mères au début des années 1920, rapporte que la fête des mères est le troisième jour férié pour l'échange de cartes aux États-Unis, derrière Noël et la Saint-Valentin - un autre affront apparent à la mémoire de la mère de la mère. Jour.

Environ 133 millions de cartes de fête des mères sont échangées chaque année, selon Hallmark. Après Noël, c'est la deuxième fête la plus populaire pour offrir des cadeaux. (Voir « Fête des pères à 100 ans : comment tout a commencé, pourquoi papa reçoit moins de cadeaux ».)

La fête lancée par Anna Jarvis s'est répandue dans une grande partie du monde, bien qu'elle soit célébrée avec un enthousiasme variable, de diverses manières et à différents jours, bien que le plus souvent le deuxième dimanche de mai.

Dans une grande partie du monde arabe, la fête des mères est le 21 mars, ce qui coïncide vaguement avec le début du printemps. Au Panama, la journée est célébrée le 8 décembre, lorsque l'Église catholique honore peut-être la plus célèbre des mères, la Vierge Marie. En Thaïlande, les mères sont honorées le 12 août, jour de l'anniversaire de la reine Sirikit, qui règne depuis 1956 et est considérée par beaucoup comme la mère de tous les Thaïlandais.

Le dimanche des mères de la Grande-Bretagne, vieux de plusieurs siècles, le quatrième dimanche de la période chrétienne du Carême, a commencé comme un dimanche de printemps désigné pour que les gens visitent la cathédrale principale ou l'église mère de leur région, plutôt que leur paroisse locale.

Les voyages à l'église du dimanche des mères ont conduit à des réunions de famille, qui à leur tour ont conduit à la version britannique de la fête des mères.


Pourquoi la fête des mères a horrifié et ruiné sa propre mère

Née de la guerre, la fête des mères a connu un grand succès et a brisé le cœur de sa mère.

Avant les brunchs, avant les cadeaux et les cartes de vœux, la fête des mères – aujourd'hui honorée avec peut-être la distinction Internet ultime, un doodle Google – était l'occasion pour les femmes en deuil de se souvenir des soldats tombés au combat et de travailler pour la paix.

Lorsque la fête est devenue commerciale, son plus grand champion a tout donné pour la combattre, mourant sans le sou et brisé dans un sanatorium. Bien sûr, la fête des mères s'est déroulée sans elle et est aujourd'hui célébrée, sous diverses formes, à l'échelle mondiale.

Dès les années 1850, l'organisatrice des femmes de Virginie-Occidentale Ann Reeves Jarvis a organisé des clubs de travail pour la fête des mères pour améliorer les conditions sanitaires et essayer de réduire la mortalité infantile en luttant contre les maladies et en réduisant le lait contaminé, selon l'historienne Katharine Antolini du West Virginia Wesleyan College.

Les groupes ont également soigné des soldats blessés des deux côtés pendant la guerre civile américaine de 1861 à 1865, a-t-elle ajouté.

Dans les années d'après-guerre, Jarvis et d'autres femmes ont organisé des pique-niques de la fête de l'amitié des mères et d'autres événements en tant qu'événements pacifistes unissant d'anciens ennemis. Julia Ward Howe, pour sa part, mieux connue comme la compositrice de "The Battle Hymn of the Republic", a publié une "Proclamation de la fête des mères" largement lue en 1870, appelant les femmes à jouer un rôle politique actif dans la promotion de la paix.

À peu près à la même époque, Jarvis avait lancé une journée d'amitié des mères pour les loyalistes de l'Union et des confédérés à travers son état. Mais c'était sa fille Anna qui était la plus responsable de ce que nous appelons la fête des mères et qui passerait la majeure partie de sa vie plus tard à lutter contre ce qu'elle était devenue.

"Fête des Mères", pas "Fête des Mères"

Émue par la mort de sa propre mère en 1905, Anna Jarvis, qui ne s'est jamais mariée ni n'a eu d'enfants, a été la force motrice des premières célébrations de la fête des mères en 1908.

Le 10 mai de cette année-là, les familles se sont réunies lors d'événements dans la ville natale de Jarvis, Grafton, en Virginie-Occidentale, dans une église désormais renommée International Mother's Day Shrine, ainsi qu'à Philadelphie, où Jarvis vivait à l'époque, et dans plusieurs autres villes.

En grande partie grâce aux efforts de Jarvis, la fête des mères a été célébrée dans un nombre croissant de villes et d'États jusqu'à ce que le président américain Woodrow Wilson mette officiellement de côté le deuxième dimanche de mai 1914.

"Pour Jarvis, c'était un jour où vous rentriez chez vous pour passer du temps avec votre mère et la remercier pour tout ce qu'elle a fait", a déclaré Antolini de West Virginia Wesleyan, qui a écrit "Memorializing Motherhood: Anna Jarvis and the Defense of Her Mother's Day " comme son doctorat. thèse.

"Ce n'était pas pour célébrer toutes les mères. C'était pour célébrer la meilleure mère que vous ayez jamais connue - votre mère - en tant que fils ou fille." C'est pourquoi Jarvis a souligné le singulier "Fête des Mères" plutôt que le pluriel "Fête des Mères", a expliqué Antolini.

Mais le succès de Jarvis s'est rapidement transformé en échec, du moins à ses propres yeux.

L'idée d'Anna Jarvis d'une fête des mères intime est rapidement devenue une mine d'or commerciale centrée sur l'achat et l'offre de fleurs, de bonbons et de cartes de vœux, une évolution qui a profondément perturbé Jarvis. Elle a entrepris de se consacrer, ainsi que son héritage considérable, au retour de la fête des mères à ses racines respectueuses.

Jarvis s'est constituée en Association internationale de la fête des mères et a essayé de conserver un certain contrôle sur la fête. Elle a organisé des boycotts, menacé de poursuites judiciaires et a même attaqué la première dame Eleanor Roosevelt pour avoir utilisé la fête des mères pour collecter des fonds pour des œuvres de bienfaisance.

"En 1923, elle a écrasé une convention de confiseurs à Philadelphie", a déclaré Antolini.

Une manifestation similaire a suivi deux ans plus tard. "Les mères de guerre américaines, qui existent toujours, ont utilisé la fête des mères pour collecter des fonds et ont vendu des œillets chaque année", a déclaré Antolini. "Anna n'en voulait pas, alors elle a écrasé leur convention de 1925 à Philadelphie et a été arrêtée pour avoir troublé la paix."

Les ferventes tentatives de Jarvis pour réformer la fête des mères se sont poursuivies au moins jusqu'au début des années 1940. En 1948, elle mourut à 84 ans au Marshall Square Sanitarium de Philadelphie.

"Cette femme, décédée sans le sou, dans un sanatorium dans un état de démence, était une femme qui aurait pu profiter de la fête des mères si elle l'avait voulu", a déclaré Antolini.

"Mais elle a pesté contre ceux qui l'ont fait, et cela lui a tout coûté, financièrement et physiquement."

Cadeaux pour la fête des mères aujourd'hui : brunch, bouquets, bling

Aujourd'hui, bien sûr, la fête des mères continue de fonctionner comme un moteur du consumérisme. Et Anna Jarvis, on pourrait l'imaginer, continue de se rouler dans sa tombe.

Rien qu'aux États-Unis, les dépenses pour la fête des mères 2011 atteindront 16,3 milliards de dollars, avec une dépense moyenne de plus de 140 dollars en cadeaux par adulte, selon les estimations de la National Retail Federation.

Les deux tiers des Américains célébrant la fête des mères offriront des fleurs à leur mère, rapporte la fédération, et plus de 30% des célébrants interrogés prévoient d'offrir des bijoux à leur mère.

La National Restaurant Association des États-Unis rapporte que la fête des mères est la fête la plus populaire de l'année pour dîner au restaurant. Quelque 75 millions d'adultes américains devraient faire exactement cela aujourd'hui, selon l'association.

Quant à la fête des mères étant une fête de marque, on ne peut le nier, à proprement parler.

Hallmark Cards elle-même, qui a vendu ses premières cartes de fête des mères au début des années 1920, rapporte que la fête des mères est le troisième jour férié pour l'échange de cartes aux États-Unis, derrière Noël et la Saint-Valentin, un autre affront apparent à la mère de la fête des mères.

"Une carte imprimée ne signifie rien, sauf que vous êtes trop paresseux pour écrire à la femme qui a fait plus pour vous que quiconque au monde", a déclaré Jarvis, selon le livre Women Who Made a Difference.

"Et des bonbons ! Vous apportez une boîte à maman, puis vous en mangez la majeure partie vous-même. Un joli sentiment."

La fête lancée par Anna Jarvis s'est répandue dans une grande partie du monde, bien qu'elle soit célébrée avec un enthousiasme variable, de diverses manières et à différents jours, bien que le plus souvent le deuxième dimanche de mai.

Dans une grande partie du monde arabe, la fête des mères est le 21 mars, ce qui coïncide vaguement avec le début du printemps. Au Panama, la journée est célébrée le 8 décembre, lorsque l'Église catholique honore une autre mère célèbre, la Vierge Marie. En Thaïlande, les mères sont honorées le 12 août, jour de l'anniversaire de la reine Sirikit, qui règne depuis 1956 et est considérée par beaucoup comme la mère de tous les Thaïlandais.

Le dimanche des mères de la Grande-Bretagne, vieux de plusieurs siècles, le quatrième dimanche de la période chrétienne du Carême, a commencé comme un dimanche de printemps désigné pour que les gens visitent la cathédrale principale ou l'église mère de leur région, plutôt que leur paroisse locale.

Les voyages à l'église du dimanche des mères ont conduit à des réunions de famille, qui à leur tour ont conduit à la version britannique de la fête des mères.


S'en tenir à l'intention initiale

Même connaître l'histoire de la fête des mères, avec tous ses rebondissements, n'indique pas clairement comment célébrer au mieux de la manière la plus fidèle à ses racines.

"Cela dépend de l'itinéraire que vous souhaitez emprunter", note Antolini. "Je pense que ce qui fait le succès de la fête des mères, c'est qu'il y a une dualité : c'est célébrer la maternité, mais je pense qu'il y a de la place pour vous de déterminer comment, et de la place pour que ce soit un mouvement social."

Certaines façons d'aller dans cette direction pourraient être le bénévolat - dans un refuge pour femmes et enfants, par exemple, ou en participant à la course/marche virtuelle de la fête des mères, au profit du programme Wings pour aider les personnes touchées par la violence domestique ou par parcourant les besoins de votre communauté sur Volunteer Match.

Vous pouvez également faire un don pour la fête des mères à l'une des nombreuses organisations qui se concentrent sur les mères : Single Mothers Outreach, offrant un soutien gratuit aux mères célibataires sur des questions telles que le logement et l'aide à l'emploi Chaque mère compte, soutenant des soins de maternité équitables dans les communautés autour du world the Hunger Project, autonomiser les femmes dans les communautés mondiales pour mettre fin à la faim le Partenariat national pour les femmes et les familles, travailler à l'avancement des politiques favorables aux droits reproductifs et à la justice économique l'Association des prisons pour femmes, autonomiser les femmes et les familles face à l'incarcération et les parents comme Les enseignants, qui accompagnent les familles pour un développement précoce optimal de leurs enfants.

"Il existe de nombreux exemples de personnes utilisant la [Fête des Mères] comme moyen d'être proactif", déclare Antolini. "Vous pouvez aller dans les deux sens. Cela peut être juste un simple retour aux sources, où vous rentrez chez vous et la remerciez pour tout. Ou ce peut être un jour pour les femmes de se réunir en tant que mères et de dire : « Hé, que devons-nous faire pour protéger les enfants et rendre la société plus sûre pour nos familles ? #39 pas comme ça – elle ne faisait pas confiance aux organismes de bienfaisance. Elle a toujours dit que ce ne devrait pas être un jour où les mères ont pitié. Ce devrait être un jour de gratitude inconditionnelle. C'est à toi - et à maman - de décider.

En savoir plus sur Yahoo Life :

Vous voulez recevoir des nouvelles sur le style de vie et le bien-être dans votre boîte de réception ? Inscrivez-vous ici pour la newsletter de Yahoo Life.


Comment la fondatrice de la fête des mères s'est retrouvée dans un sanatorium payé par des entreprises de cartes de vœux et de fleurs

La commercialisation des fêtes n'a rien de nouveau, et c'est certainement un sujet qui revient à chaque Noël, mais saviez-vous que la fête des mères a sa propre controverse de commercialisation ?

Anna Jarvis, la femme à qui l'on attribue la fondation de la fête des mères et l'aide à en faire une fête nationale le 9 mai 1914, s'est retrouvée dans un sanatorium où les représentants des cartes de vœux et des fleuristes ont payé sa facture. C'est grâce à ses efforts inlassables que le président Woodrow Wilson a signé une proclamation déclarant la fête des mères fête nationale. C'est grâce à ses efforts pour faire annuler le statut de fête des mères en tant que jour férié que beaucoup pensent qu'elle s'est retrouvée dans un sanatorium où elle est morte sans le sou et aveugle.

Une très bonne fête des mères à toutes et une reconnaissance pour sa fondatrice, Anna Jarvis. pic.twitter.com/ZrbmMty3uL

&mdash Frances Willard (@FrancesWillard) 9 mai 2016

C'est la mère d'Anna, Ann, qui a refusé de prendre parti pendant la guerre civile et a ouvert sa maison comme lieu hospitalier pour aider les soldats blessés des deux côtés. Ann Jarvis croyait que les mères étaient la clé pour initier la paix. Elle avait vu de ses propres yeux les ravages de la guerre alors qu'elle dévastait des familles et détruisait maris et fils. Ann Jarvis croyait que les femmes à travers les États-Unis pouvaient s'unir et initier la paix. Elle a organisé de nombreux mouvements et clubs de femmes orientés vers les mères et avait commencé la Fête des Mères de la Paix peu de temps avant sa mort.

Bien qu'Ann Jarvis soit décédée avant de faire de la fête des mères une fête nationale, sa fille Anna s'est engagée à défendre la cause. Elle a envoyé des lettres, contacté des responsables, prononcé des discours et s'est finalement révélée inestimable pour faire adopter une législation faisant de la fête des mères une fête nationale. Selon un rapport de Buzzfeed, Anna Jarvis n'était pas seulement la fondatrice de la fête des mères, mais elle voulait également posséder et contrôler les vacances.

En termes simples, Anna Jarvis n'aimait pas l'aspect commercial que prenaient les vacances. Les détaillants de bonbons, les entreprises de fleurs et même Hallmark ont ​​commencé à gagner un joli centime après que la demande de cartes pour la fête des mères est devenue courante.

Jarvis a estimé que les gens avaient besoin d'écrire des lettres, de donner un jour de congé à maman et de trouver des moyens d'honorer leur mère pour son travail acharné. L'idée que les gens ne pouvaient pas écrire une lettre sincère de remerciement et d'appréciation, mais qu'ils devaient acheter une carte la rendait furieuse. Alors que la fête des mères devenait de plus en plus commercialisée, Anna Jarvis s'est battue plus fort pour l'arrêter. Regardez le professeur de Transit TV expliquer la haine de Jarvis pour les vacances qu'elle a créées dans la vidéo ci-dessous.


Le guide ultime des idées de cadeaux pour la fête des mères

La fête des mères en Australie tombe le dimanche 9 mai 2021.

Elle est traditionnellement célébrée le deuxième dimanche de mai et a été célébrée pour la première fois en Australie en 1910, selon la Bibliothèque nationale d'Australie.

« L'Australie a célébré la « Fête des Mères » hier pour la première fois », lit-on dans un extrait de Le Leader et Orange Stock et Station News en 1910.

« Lors de services spéciaux organisés à Sydney, des œillets blancs ont été portés », a-t-il poursuivi.


Cadeaux Fête des Mères

Alors qu'elle a commencé comme un effort politique anti-guerre et une célébration des mamans, la fête des mères est rapidement devenue une « fête de marque » – la société a publié ses premières cartes de fête des mères dans les années 1920.

Selon un New York Times article de 1923, Anna Jarvis regrettait que le jour qu'elle avait l'intention de consacrer aux mères devienne « un moyen de faire du profit ». Bien qu'elle ait d'abord travaillé avec l'industrie florale pour aider à rehausser le profil de la fête, elle a dénoncé sa commercialisation, exhortant les gens à ne pas acheter de fleurs, de cartes et de bonbons.

Elle est allée jusqu'à protester contre une convention de confiseurs en 1925 et a été arrêtée pour trouble à l'ordre public.

Jarvis s'est battue pour avoir tout le mérite d'avoir fondé la fête des mères, une bataille qui a consommé une grande partie de son temps et de son argent et l'a finalement laissée pauvre, aveugle et vivant dans un sanatorium à la fin de sa vie. Elle est décédée en 1948 à 84 ans.

"Cette femme, décédée sans le sou dans un sanatorium dans un état de démence, était une femme qui aurait pu profiter de la fête des mères si elle le voulait", selon l'historienne Katharine Antolini du West Virginia Wesleyan College.

"Mais elle a pesté contre ceux qui l'ont fait, et cela lui a tout coûté, financièrement et physiquement."

Aujourd'hui, environ 133 millions de cartes de fête des mères sont échangées chaque année (plus que n'importe quel jour férié en dehors de Noël et de la Saint-Valentin) et la journée génère plus de 20 milliards de dollars de dépenses de consommation rien qu'aux États-Unis, selon une enquête annuelle de la National Retail Federation.


Se souvenir d'Anna Jarvis, la femme derrière la fête des mères

La fondatrice de la fête des mères, Anna Jarvis, a travaillé sans relâche au nom des vacances qu'elle a fondées &mdash, puis, plus tard, contre.

Peu de gens avaient une relation aussi compliquée avec la fête des mères&# x2019 qu'Anna Jarvis l'a fait avec les vacances.

Malgré sa campagne inlassable pour que les vacances soient reconnues par le gouvernement des États-Unis, Jarvis a fini par dénoncer l'institution qu'elle a créée, se mettant en faillite alors qu'elle luttait contre sa commercialisation perçue. Comment est-ce arrivé?

Les racines de la fête des mères&# x2019 &# x2014 au moins la participation de Jarvis&# x2019s &# x2014 remontent aux années 1850. Sa mère, Ann Reeves Jarvis, a organisé des clubs de travail de mères dans leur État d'origine, la Virginie-Occidentale, pour diverses causes. Lorsque la guerre civile a éclaté, Jarvis senior a déplacé l'attention des groupes de la lutte contre la mortalité infantile (en poussant pour plus de conditions sanitaires dans les traitements médicaux des femmes et des enfants) à s'occuper des soldats blessés (des deux côtés).

En 1868, Jarvis senior a lancé ce qu'elle a appelé la Journée de l'amitié des mères pour essayer de briser l'inimitié entre l'Union et les mères loyalistes confédérées en Virginie de l'Ouest, qui a coïncidé avec les efforts d'une Julia Ward Howe (qui a écrit &# x201CLe l'hymne de la bataille République&# x201D) pour inciter les femmes à jouer un rôle plus actif dans le maintien de la paix en politique avec une &# x201CMother&# x2019s Day Proclamation&# x201D qu'elle a publié en 1870.

Avance rapide jusqu'en 1905, lorsque la mère d'Anna Jarvis&# x2019 est décédée. Anna ne l'a pas bien pris, elle a relu toutes les cartes de sympathie et les lettres qui lui ont été envoyées, en soulignant les phrases particulièrement élogieuses d'Ann. Les dates entourant la première célébration de la fête des mères de Jarvis&# x2019 sont quelque peu floues : Les New York Times arrimé Jarvis&# x2019s campagne comme commençant en 1907, tandis que d'autres sources mettent la date au 10 ou 12 mai 1908. Les paramètres, cependant, sont restés cohérents : une église méthodiste dans la ville natale de Jarvis de Grafton, Virginie-Occidentale et le Wanamaker&# x2019s grand magasin de Philadelphie, en Pennsylvanie, où Anna s'était depuis installée. (L'un de ses premiers soutiens était John Wanamaker. Un autre était H.J. Heinz.)

Jarvis n'a pas assisté à la première fête des mères&# x2019 en Virginie-Occidentale, au lieu de consacrer son temps à l'événement de Philadelphie, mais elle a inauguré l'une des traditions de la maison de vacances&# x2019s de loin en envoyant 500 œillets blancs &# x2014 Ann&# x2019s fleur préférée — domicile de la Virginie-Occidentale. La fleur est devenue le symbole de la fête&# x2019 : &# x201CLe l'œillet ne laisse pas tomber ses pétales, mais les serre contre son cœur lorsqu'il meurt, et ainsi, aussi, les mères serrent leurs enfants contre leur cœur, leur mère aime ne jamais mourir,&# x201D Jarvis a expliqué dans une interview de 1927.

Jarvis a fait des progrès rapides : en 1910, la Virginie-Occidentale est devenue le premier État à adopter la fête. (Juste l'année précédente, plusieurs sénateurs américains avaient rejeté l'idée de la fête, l'appelant entre autres — “puerile,” �surd” et “trifling.”) Dans 1914, la mesure visant à établir la fête des mères&# x2019 comme le deuxième dimanche de mai a adopté le Congrès et a été promulguée par le président Woodrow Wilson.

VIDÉO CONNEXE: Ce que la mère de Hoda Kotb lui a appris est la même chose qu'elle veut transmettre à sa fille Haley Joy

« Pour Jarvis, [la fête des mères] était un jour où vous rentriez chez vous pour passer du temps avec votre mère et la remercier pour tout ce qu'elle avait fait », a déclaré Katharine Antolini, historienne wesleyenne de Virginie-Occidentale. National Geographic.

« Il ne s'agissait pas de célébrer toutes les mères. C'était pour célébrer la meilleure mère que vous ayez jamais connue - votre mère - en tant que fils ou fille. C'est pourquoi Jarvis a souligné le singulier "Fête des Mères", plutôt que le pluriel "Fête des Mères", a expliqué Antolini.

Pour son succès relativement rapide dans la réalisation de son objectif, Jarvis n'a jamais relâché sa garde. Elle s'est constituée en association internationale de la fête des mères et a défendu le &# x201Ccopyright&# x201D avec zèle contre les personnes qu'elle pensait diluant la maison de vacances&# x2019s. Ces personnes se sont principalement tournées vers les industries florales, des cartes de vœux et des bonbons, ce qui n'a pas dissuadé Jarvis : une fois, elle a refusé avec colère une commission sur les ventes d'œillets pour la fête des mères de la livraison télégraphique du fleuriste. This may have proved shortsighted — Jarvis was quickly burning through her coffers defending Mother’s Day.

Jarvis didn’t limit her efforts to the courtroom, either. Frank Herinm, a former football coach and faculty member at University of Notre Dame (whose idea for a “Mother’s Day” actually predated Jarvis’s‘) was the target of a 1920s statement she wrote called “Kidnapping Mother’s Day: Will You Be an Accomplice?” She organized boycotts and personally protested the efforts of people she accused of diluting Mother’s Day’s message. In 1923, she crashed a confectioner’s convention around in Philadelphia, in 1925, she took on the American War Mothers, who were using Mother’s Day carnation sales to raise money for the war effort. That year, she was actually arrested for disturbing the peace at the AWM’s convention. In 1934, she even came after the Postal Service for issuing a Mother’s Day stamp featuring the painting popularly known as “Whistler’s Mother” by James Whistler. By 1944, a Semaine d'actualités article reported she had 33 Mother’s Day-related lawsuits going at once.


US Mother's Day 2020: how the campaign was won – and why the woman behind it turned against her work

Anna Jarvis created the celebration of motherhood, but why did she later resent the US holiday?

Mother's Day in the United States, or Mom's Day as it is sometimes known, is an annual holiday celebrating mothers, motherhood and maternal bonds in general, as well as the positive contributions they make to society in raising their children.

While Britons celebrated Mother's Day on March 22, the US occasion takes place every year on the second Sunday of May. This year it falls on Sunday, May 10.

But when did the US celebration of Mother's Day begin and how did it encourage the revival of Mothering Sunday in the UK? Here is everything you need to know about the American celebration of motherly figures.

How did US Mother's Day begin?

It was American social activist Anna Jarvis (1864-1948) from West Virginia who campaigned for an official day for mothers in the US. She is regarded as the "Mother of Mother's Day" and dedicated her life to lobbying for the holiday. She vowed to do so after her mother, Ann's, death, which fell on May 9 1905.

Ann Jarvis, who died in 1905, was a peace activist during the American Civil War and cared for soldiers from both sides of the conflict. She also set up Mother’s Day Work Clubs to address public health issues. It was this work that her daughter Anna wanted to continue by starting a day especially for mothers.

Jarvis had to fight hard to be heard as during the 1900s women's rights had not yet progressed enough for her to be taken seriously. She found it difficult to gain support in a male-dominated society.

But a breakthrough came on May 8, 1908 when she helped arrange the first ever Mother's Day service at Andrew's Methodist Episcopal Church in Grafton, West Virginia, which was attended by 407 children and their mothers. The church is now known as the International Mother’s Day Shrine and has been designated a historic landmark.

Although US Congress rejected her bid to make the day a national holiday in 1908, by 1911 people in all US states had started celebrating the day. In 1914, President Woodrow Wilson proclaimed the second Sunday in May to be 'Mother's Day', to honour the day Anna Jarvis' mother died.

As the years passed, it became increasingly commercial and industries saw it as a way to make money from the public. Jarvis became concerned at this, saying "I wanted it to be a day of sentiment, not profit."

She also didn't like the selling of flowers and the use of greetings cards which she described as "a poor excuse for a letter you are too lazy to write". She organised boycotts of Mother's Day and threatened lawsuits against companies involved, eventually being arrested for protesting at a Mother's Day carnation sale by the American War Mothers.

Mothering Sunday in Britain

In Britain the day is known as Mothering Sunday. Originating as a religious occasion much earlier than US Mother's Day, the UK celebration is always on the fourth Sunday of Lent, exactly three weeks before Easter Sunday and usually in the second half of March or early April.

From the 16th century, it was custom for people to return home to their families and their ‘mother’ church on Laetare Sunday – the middle of Lent. Those who did so were said to have gone "a-mothering".

The day soon became a holiday event, when young domestic servants were given a day off work to return home and visit their mothers and "mother" churches.

While the religious celebration was significant for many years, by the early 1900s it began to decline, following the Americanisation of Mother's Day.

But the day later took off again in Britain when vicar's daughter Constance Smith was inspired by a 1913 newspaper report of Jarvis' campaign and began a push for the day to be officially marked in England.

Smith, of Coddington, Nottinghamshire, founded the Mothering Sunday Movement and even wrote a booklet The Revival of Mothering Sunday in 1920. Interestingly, neither Smith nor Jarvis became mothers themselves.

By 1938 Mothering Sunday had become a significant celebration with Boy Scouts, Girl Guides and various parishes across Britain marking the day and communities adopting the imported traditions of American and Canadian soldiers during the war.

By the 1950s it was celebrated throughout Britain much the same as US Mother's Day and businesses realised the commercial opportunities, leading to the card and flower-heavy version of the day we celebrate today.

Is it Mother’s Day or Mothers' Day?

Armchair linguists tend to disagree on whether the apostrophe in Mother's Day should come before or after the "s". Those who argue it should fall after the "s" say the day is a celebration of all mothers and the punctuation should reflect that.

However, Anna Jarvis trademarked the term "Mother's Day" – with the apostrophe before the "s" – in 1912, saying the word should "be a singular possessive, for each family to honour its own mother, not a plural possessive commemorating all mothers in the world".

President Woodrow Wilson used this spelling when he announced the day in 1914 this means the correct version of the word is spelled with the apostrophe before the 's'.

Mother's Day around the world

As the years passed, Jarvis's Mother's Day was adopted in countries all over the world. The majority of countries celebrate the occasion on the same day as Americans, including Japan, Italy, Germany, Greece, Canada, Australia, South Africa, India and China.

In many countries, including the US and Australia, it is custom to wear a carnation on the day. A colourful carnation signifies that a person's mother is living while a white carnation is used to honour a deceased mother.

Many other nations also celebrate mothers, but at different times of the year. In Norway, Mother's Day is always on the second Sunday of February, while in Thailand it's on August 12 – the same day as the Queen of Thailand's birthday.

Several countries, including Afghanistan, Belarus, Vietnam, Romania and Kosovo, celebrate the occasion on International Women's Day, which falls on March 8 every year.


Anna Jarvis, The Creator of Mother's Day, Died Hating The Holiday She Created

Mother’s Day is just around the corner, which means you’re Probablement scrambling to buy your mom a gift as a small token of your appreciation for all she’s done for you.

Held annually on the second Sunday in May, this holiday is often associated with bouquets and breakfast in bed, even expensive jewelry. But the modern motifs of a wholesome holiday are a relatively new concept. In fact, the creator of the holiday, Anna Jarvis, sought to abolish the holiday she created, initially established to be devoted to love and appreciation, since it turned into a capitalist frenzy. Arguably, today’s iteration of Mother’s Day is a shell of its original self, with specific promotions being offered as a way to make money for corporations.

Jarvis’s mission to found Mother’s Day stemmed from a desire to pay tribute to her late mother, Ann Reeves Jarvis.

“Anna remembered, as a young girl, hearing her mother often repeat a simple prayer: ‘I hope and pray that someone, some time, will found a memorial mother’s day commemorating her for the matchless service she renders to humanity in every field of life. She is entitled to it.’ The holiday’s design was thus a tribute to Mrs. Jarvis,” says Katharine Antolini, Wesleyan assistant professor and author of the book Memorializing Motherhood: Anna Jarvis and the Struggle for Control of Mother’s Day.

Anna decided the holiday should be celebrated on the second Sunday in May because it was the date closest to the anniversary of her mother’s death in 1905, Antolini explains. The first official observance of Mother’s Day took place on the morning of May 10, 1908, at the Andrews Methodist Episcopal Church in Graton, West Virginia, where 400 people showed up to honor the mothers in their lives. On the same day, another 15,000 people would participate in the first Mother’s Day in Philadelphia. For 70 minutes, Anna spoke at the Wanamaker Auditorium as part of the celebration.

The next year, the number of celebrants climbed as communities across the nation hosted Mother’s Day services.

“It was obvious to [Anna] that the country’s sons and daughters possessed a ‘mother-hunger in their hearts’ and craved such a day of maternal tribute,” Antolili says. “She, therefore, resolved to devote her life to the holiday’s perpetuation.”
It would take several years, but in 1914, Anna’s life’s work was realized when President Woodrow Wilson declared Mother’s Day an official holiday after the passing of a congressional resolution.

In addition to the day of observance, Anna encouraged people who could not visit their mothers to write letters expressing their gratitude and even designated the white carnation, her mother’s favorite flower, as the official emblem of the holiday, according to Antolini.

“The carnation does not drop its petals when it dies,” Antolini says. “Instead it ‘hugs them to its heart,’ described Jarvis, just as ‘mothers hug their children to their hearts, their mother love never dying.”

Despite these well-considered details, Antolini explains that the mother-centric holiday Anna created was not the one her mother had envisioned in her prayer. While both wanted to honor women for their service as mothers, they differed on how to commemorate them and on what it means to be a mother.

The elder Jarvis was inspired by her work with the Mothers’ Day Work Clubs and, to her, maternal influence reached far outside the traditional domestic areas to “serve humanity.” Antolini explains that Mrs. Jarvis imagined a maternal celebration that included “civic leadership and service mothers united in public works to empower themselves and help to empower others.”
Her daughter, however, approached appreciating motherhood differently — from a daughter’s perspective. According to Antolini, Anna had no children and lived with her siblings.

“Instead of a day reserved exclusively for mothers in celebration of their maternal influence, as envisioned by Mrs. Jarvis, Anna designed a day reserved for ‘sons and daughters to honor themselves by showing gratitude to the [mother] who watched over them with tender care in childhood days,” Antolini says.

The difference, according to Antolini, is in the celebration of mothers’ collective power (Mothers’ Day) and “the impressive breadth of their maternal role,” and a singular event (Mother’s Day) celebrating a sentimental image of motherhood defined by children. While Mrs. Jarvis wanted mothers to have “an active role in their own tribute,” her daughter’s national holiday ultimately reduces a mother to a “passive figure of praise.”

While Anna Jarvis had a different vision for the holiday than her mother, as the years passed, her own hopes for Mother’s Day were distorted by commercialism. As industries capitalized on the day’s marketability, Anna became increasingly distressed about the use of her holiday as a money-making venture. She wanted the holiday to be a “holy day.”

“Despite her calls to the nation to adopt her holiday, Anna considered it her intellectual and legal property, and not part of the public domain,” Antolini explains. “Never did she intend for the observance to become the ‘burdensome, wasteful, expensive gift-day,’ as other holidays had become by the early 20th century.”

Protective of what she viewed as her intellectual property, Antolini says a 1944 Semaine d'actualités article alleged that Anna once had 33 lawsuits pending at one time and included disclaimers on a Mother’s Day International Association press release threatening legal action against people who used the holiday names and emblems without permission. To further her dominion over the now-commercialized holiday, Anna copyrighted her own photo, incorporated herself as “Mother’s Day International Association” and even verbally attacked first lady Eleanor Roosevelt for using “her” holiday to raise money for charity.

Meanwhile, Anna Jarvis’s Mother’s Day wasn’t the only celebration dedicated to mothers during this time. Writer, abolitionist, and suffragist Julia Ward Howe established “Mothers’ Peace Day” in 1872, according to Antolini. She says the non-official holiday was celebrated on June 2 yearly until 1913, and was originally established after the Civil War for mothers who had lost their sons. Anna’s Mother’s Day would eventually replace this celebration, which was primarily acknowledged by peace organizations.

In Indiana, a man named Frank Hering was gaining credit as the “Father of Mother’s Day”, according to Antolini, for his “public plea for a nationwide observance of a Mother’s Day” in 1904. Hering, a former University of Notre Dame football coach, promoted his idea through his association with the Fraternal Order of the Eagles, though he did not provide information about when to observe this holiday, despite wanting it to be on a Sunday,” Antolini says.

“It was not Hering who pushed for states to make it a state holiday or responsible for the day becoming a national and international celebration. so Anna hated it when he got credit,” Antolini explains. “She also believed that he was financially profiting from the day just to line his own pockets and advance his own political career.”

Ultimately, as the 111th anniversary of Jarvis’s holiday comes to pass, the holiday has transformed into a celebration of mothers outside the typical sphere of domestication. In the 21st century, women are recognized to be more than caregivers — they’re individuals with careers, passions, and interests outside of family.

The emphasis on commercialization has increased tremendously since the holiday’s inception, with an expected $25 billion to be spent this year alone, a nearly $2 billion increase from 2018. While increased spending was not the intent of either Anna or her mother, people around the world continue to shower their mothers with love and affection, and honor their memory in ways that feel right for them, and that is what’s most important.


Voir la vidéo: LE FAUX PASTEUR (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Briggere

    Réponse faisant autorité, plaisir ...

  2. Coireail

    la réponse avec un gain assuré)



Écrire un message