L'histoire

Roderic Dallas

Roderic Dallas


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Roderic Dallas est né à Mount Stanley, Queensland, le 30 juillet 1891. Dallas a rejoint l'armée australienne en 1913, mais au début de la Première Guerre mondiale, il a demandé un transfert au Royal Flying Corps. Après avoir été rejeté par le RFC, il rejoint le Royal Naval Air Service en 1915.

Pilotant une variété d'avions, y compris le Sopwith Camel, au cours des trois années suivantes, Dallas a remporté 32 victoires. Roderic Dallas, qui était juste derrière le capitaine Robert Little dans le classement australien des meilleurs as de l'aviation, a été abattu et tué par l'as allemand Johannes Werner le 1er juin 1918.

Top 5 des pilotes australiens

Victoires

Robert Petit

47

Roderic Dallas

32

Arthur Cobby

29

Roi Elwyn

26

Alexandre Pentland

23


L'HISTOIRE

En 1974, le Dallas African American Museum a été fondé sur le campus de Bishop College. Le nom original du musée était le « Centre de recherche et musée du sud-ouest de la vie et de la culture afro-américaines ». Le directeur fondateur du Musée est le Dr Harry Robinson. Le Dr Robinson est né à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane. Il a grandi dans la Louisiane rurale, a fréquenté et obtenu son baccalauréat de la Southern University à Baton Rouge. Il a obtenu ses diplômes d'études supérieures à l'Université d'Atlanta et à l'Université de l'Illinois à Champaign-Urbana. Depuis 2021, le Dr Robinson est le seul directeur et chef de la direction du Musée.

Après sa fondation, le Musée a développé et parrainé des programmes et des activités qui ont souligné sa mission. Il a parrainé des expositions d'art africain et afro-américain, une série de conférences nommée en l'honneur du premier président afro-américain de Bishop College, Joseph J. Rhoads, et une conférence biennale des femmes du Texas qui a finalement été nommée en l'honneur du journaliste de Dallas et historien local Dickie Foster. Le musée a ouvert ses portes dans une petite salle de 30 pi x 30 pi au deuxième étage de la bibliothèque Zale du Bishop College, pour laquelle le Dr Robinson a également été le bibliothécaire en chef. Bien que le Dr Robinson ait finalement déplacé le musée au sous-sol de la bibliothèque Zale, l'espace d'exposition était limité. Néanmoins, il a exposé les œuvres d'artistes afro-américains locaux, a parrainé une variété de programmes pour les jeunes et les adultes et a servi de pièce maîtresse aux efforts et aux programmes de sensibilisation communautaire du Bishop College. Après son ouverture, le Musée a reçu d'importants dons d'art africain de M. et Mme Stanley Marcus, M. et Mme George Perutz et de la Meadows Foundation.

En 1979, le musée a raccourci son nom en musée de la vie et de la culture afro-américaines et est devenu indépendant du Bishop College. La crise financière actuelle du Bishop College a forcé la séparation. Le musée a créé une organisation de gouvernance indépendante à but non lucratif appelée la Fondation de l'art afro-américain. Bien que le musée se soit séparé du Bishop College, il était toujours installé sur son campus dans la bibliothèque Zale. Dans ses efforts pour augmenter son espace d'exposition et ses installations de programme, en 1981, le Musée s'est lancé dans une campagne de financement pour rénover une chapelle sur le campus du Bishop College. La campagne n'a pas été couronnée de succès. Malgré une série de programmes communautaires conçus pour collecter des fonds, une subvention du National Institute of Museum Services et une subvention défi de 75 000 $ de la Meadows Foundation, le musée n'a recueilli que 325 000 $. Mais il lui fallait 800 000 $ pour commencer le projet de rénovation.

Bishop College a déclaré faillite en 1988 et le musée a déménagé ses bureaux à Dallas Fair Park. Son emplacement temporaire était dans le salon Magnolia, un bâtiment qui abritait également le centre d'information du parc des expositions. En utilisant des galeries et des sites d'exposition et des auditoriums hors site dans la ville, tels que la bibliothèque publique de Dallas, le Hall of State, El Centro College et le Trammell Crow Center, le musée a continué à parrainer une pléthore d'expositions et de programmes éducatifs et communautaires. . Certaines de ses principales expositions comprenaient «Black Presence in Dallas: A History of Black Political Activism in Dallas County, 1936-1986» (1987) «Sacred Symbols: Animals of Pharaoh's Egypt» (1989) et «Juneteenth: 125 Years Later» ( 1990). Ses programmes comprenaient : le brunch biennal A. Maceo Smith, le rodéo annuel Texas Black Invitational, l'exposition d'art noir du sud-ouest, des cours communautaires d'histoire afro-américaine, des camps d'été d'histoire afro-américaine, un bol annuel du patrimoine afro-américain pour le lycée et collégiens et une foire d'histoire afro-américaine. Au cours de son 15e anniversaire en 1989-1990, le musée a parrainé la première conférence de l'État sur l'histoire afro-américaine au Texas, la série de conférences Arco et un concert du Boys Choir of Harlem.

Au cours de l'année de son 15e anniversaire, le Musée a également célébré une autre étape importante : le 4 novembre 1989, le Dr Robinson, le conseil d'administration du Musée, et une foule de dignitaires, dont la mairesse de Dallas Annette Strauss, ont inauguré le terrain à Fair Park pour le Le nouveau bâtiment du musée. En 1985, avant même la fermeture du Bishop College, le Dr Robinson avait entrepris de construire un nouveau bâtiment pour le musée à Fair Park. Après des discussions avec Harry Parker, le directeur du Dallas Museum of Art, les deux ont négocié avec le Dallas Park Board, la Friends of Fair Park Association et d'autres parties prenantes pour déplacer le musée vers Fair Park. Les négociations comprenaient la fourniture d'un financement partiel pour le nouveau bâtiment du musée à partir d'une émission d'obligations de la ville de 1985 pour moderniser Fair Park et d'autres institutions artistiques de la ville. L'émission d'obligations a été acceptée et le musée a reçu 1,2 million de dollars pour construire un nouveau bâtiment de 3 millions de dollars à Fair Park. Après quatre ans de collecte de fonds, y compris des dons importants et des contributions de la Meadows Foundation, Nationsbank, Exxon et plus de 50 000 donateurs individuels, le musée a inauguré son nouveau bâtiment en 1989. Mais, en raison de l'augmentation des coûts de construction qui s'est finalement élevée à 4,6 millions de dollars, le bâtiment de 38 000 pieds carrés du Musée n'a ouvert ses portes que le 13 novembre 1993.

L'ouverture du nouveau bâtiment a offert au Dr Robinson et au personnel du Musée une variété de nouvelles possibilités d'expositions et de programmes. Pour reconnaître et souligner la nouvelle phase de l'histoire du musée, le conseil d'administration a raccourci son nom en « Musée afro-américain ». Le nouveau bâtiment offrait un espace pour les collections d'archives et d'art les plus importantes du musée et un lieu pour les ouvrir au public et à l'usage des universitaires. Le musée s'est spécialisé dans la collecte et l'exposition d'art populaire afro-américain. Il abrite et expose une collection de 200 pièces d'art populaire du nom de l'ancien président du conseil d'administration de Dallas Park, Billy Allen (la collection d'art populaire Billy). Le musée possède également les principales collections suivantes : les archives photographiques du magazine Sepia, les archives politiques noires du comté de Dallas, les archives du Bishop College, les archives de l'histoire des femmes noires du Texas, la collection du cimetière Freedman et la collection A. Maceo Smith. Il s'agit du référentiel officiel de «Black Texana» pour l'État du Texas et abrite le Texas Black Sports Hall of Fame. Les programmes actuels du musée comprennent : des concerts mensuels « Jazz sous le dôme », un projet d'histoire orale parrainé par l'African American Education Archives and History Program, la conférence annuelle des écrivains noirs de Tulisoma et un programme Junior Docent.

En 2019, l'African American Museum a célébré son 45e anniversaire. Avec un large soutien de la communauté, il est devenu l'un des musées les plus réussis à promouvoir et à préserver l'histoire et la culture afro-américaines aux États-Unis. Par exemple, en 2019-2020, le musée a parrainé deux expositions largement acclamées : « Le paradoxe de la liberté : l'esclavage à Jefferson's Monticello » et « La collection d'art et d'histoire afro-américaine de Kinsey ». Ces deux expositions ont attiré plus de 75 000 visiteurs au musée et ont souligné le succès du musée à attirer un public diversifié de la communauté locale ainsi que des personnes visitant Dallas d'ailleurs.

Le musée afro-américain a également ajouté le Dallas County Education Hall of Fame en tant qu'exposition permanente. Cette exposition présente des éducateurs afro-américains exceptionnels du comté de Dallas ainsi que ceux qui se sont battus pour la déségrégation et l'amélioration de l'éducation des enfants dans les écoles publiques du comté.

Le Musée afro-américain a également continué à collecter les papiers personnels des membres de la communauté locale et des artefacts qui mettent en valeur l'expérience africaine et afro-américaine. Actuellement, le Musée détient cinquante-huit collections d'archives et plus de 200 artefacts.

Récemment, des recherches ont déterminé que le musée est situé très près du même site sur lequel le Hall of Negro Life a été construit pour afficher et célébrer les contributions des Afro-Américains à l'État du Texas et aux États-Unis lors du centenaire du Texas de 1936. Le Hall of Negro Life présentait des artistes afro-américains, des expositions qui présentaient les contributions des Afro-Américains à la science et à l'agriculture, et leurs contributions sans précédent et critiques au développement de la nation en général. Malheureusement, à la fin du centenaire du Texas, le Hall of Negro Life a été démoli et littéralement oublié par la plupart des résidents de Dallas ainsi que par les visiteurs de Fair Park. Ainsi, le succès de l'African American Museum dans l'exposition et la préservation de l'histoire et de la culture des Afro-Américains à Dallas comble le vide laissé par la destruction du Hall of Negro Life et fournit un nouvel héritage sur lequel la ville de Dallas et l'État du Texas peut construire.


Centre d'études en traduction

En 1975, l'École a accueilli le Dr Rainer Schulte, une autorité de premier plan sur les études de traduction, la littérature latino-américaine et européenne du 20e siècle, la littérature et les arts et la poésie.

Le Dr Dennis M. Kratz a rejoint l'École en 1978 en tant que professeur agrégé d'arts et de sciences humaines. Co-éditeur de Revue de traduction, ancien président de l'American Literary Translators Association et médiéviste de formation, lui et le Dr Schulte ont fondé le Center for Translation Studies pour promouvoir le discours à travers les langues et les cultures étrangères. Le Dr Kratz a ensuite occupé le poste de doyen de l'École des arts et des sciences humaines pendant 22 ans.


L'Opéra de Dallas a été officiellement fondé en 1957, ouvrant par un concert très médiatisé, mettant en vedette une Maria Callas étincelante et glamour. Au cours des années qui ont suivi, TDO a présenté de nombreux artistes internationaux lors de leurs débuts aux États-Unis, notamment Dame Joan Sutherland, Plácido Domingo, Jon Vickers, Montserrat Caballé, Teresa Berganza, Helga Dernesch, Dame Gwyneth Jones, Waltraud Meier, réalisateur/designer Franco Zeffirelli et Clémentine Margaine.

Au cours des dernières années, l'engagement de la société envers l'engagement communautaire, le développement du public, les diffusions simultanées publiques, les collaborations artistiques, les productions et la programmation innovantes, les améliorations technologiques, la gestion financièrement responsable et le soutien aux artistes émergents ont considérablement fait progresser et élargi la mission de l'Opéra de Dallas.

Maestro Nicola Rescigno

Premières d'opéra

Champion des nouvelles œuvres, l'Opéra de Dallas a présenté les premières américaines de cinq opéras, ainsi que des premières mondiales supplémentaires. La compagnie a chargé le compositeur Jake Heggie et le librettiste Gene Scheer de créer un opéra acclamé par la critique basé sur le roman du XIXe siècle d'Herman Melville, Moby-Dick (avril 2010), et un nouveau cycle de chansons, Une question de lumière (créée en avril 2011), inspirée des œuvres d'art exposées au Dallas Museum of Art. TDO a également commandé un nouvel opéra passionnant à Jake Heggie et au librettiste lauréat d'un Tony Award Terrence McNally, Grand Scott, pour la mezzo-soprano Joyce DiDonato. (Un enregistrement live des performances a été publié sur CD). Parmi les autres premières mondiales récentes, citons la célébration kaléidoscopique des fêtes du compositeur américain Mark Adamo, Devenir Père Noël (maintenant disponible en DVD et Blu-ray) ainsi que le drame d'une intensité phénoménale de 2015, Everest, du compositeur britannique Joby Talbot et du librettiste Gene Scheer.

L'engagement de la compagnie envers l'opéra exceptionnel de chaque époque se reflète dans sa décision de lancer une série dédiée à la musique de chambre avec une toute nouvelle production du chef-d'œuvre obsédant de Peter Maxwell Davies de 1980, Le phare. Dirigée par Nicole Paiement, la principale chef d'orchestre invitée de l'Opéra de Dallas et seulement la deuxième femme à monter sur le podium au TDO, et mise en scène par le directeur artistique du Dallas Theatre Center Kevin Moriarty pour ses débuts à l'opéra, la production a suscité un buzz majeur et des éloges de la critique. D'autres œuvres de chambre choisies pour des productions TDO et des concerts exceptionnels vont de Benjamin Britten Le tour de vis chez Arjuna Dilemme, inspiré d'un ancien texte hindou mis en musique par Douglas J. Cuomo.

Éducation et familles

Notre engagement renouvelé envers les enfants et les familles s'est traduit par la création de plusieurs nouveaux programmes d'éducation une production de la charmante de Georges Bizet Docteur Miracle, nouvellement traduit en anglais et mis en scène en partenariat avec le Dallas Children’s Theatre Jacques Offenbach’s Pépito Donizetti L'élixir d'amour et des productions familiales de John Davies Jacques et le haricot magique, Les trois petits cochons, et Les musiciens de Brême. Au total, nos initiatives de sensibilisation à l'éducation touchent la vie de plus de 25 000 enfants chaque année.

Scène d'accueil de l'opéra

L'Opéra de Dallas a inauguré des représentations sur la scène principale dans le Foster + Partners conçu Margot et Bill Winspear Opera House au AT&T Performing Arts Center en octobre 2009 avec une nouvelle production de Verdi Otello et a offert sa première diffusion publique gratuite lors de la soirée d'ouverture de la saison suivante (Don Giovanni), qui est devenu une norme qui perdure encore aujourd'hui. En avril 2012, l'Opéra de Dallas a étendu sa diffusion simultanée au-delà du Dallas Arts District pour servir environ 15 000 personnes qui ont afflué dans le Cowboys Stadium d'Arlington pour une diffusion simultanée record du Texas de l'œuvre de Mozart. La flûte magique, et encore en avril suivant pour Puccini Turandot – les deux aident à remplir la mission de l'Opéra d'apporter cette forme d'art chère à la grande communauté du nord du Texas. À partir de notre diffusion simultanée 2013 de Carmen à Klyde Warren Park, une nouvelle tradition automnale a attiré des milliers de personnes à Uptown pour assister à des spectacles de Tosca, Les Noces de Figaro, Moby-Dick et plus.

La série de récitals de chansons d'art Robert E. et Jean Ann Titus, qui réunit les meilleurs récitalistes du monde à Dallas pour partager leur talent artistique dans des lieux intimes, occupe une autre niche vitale de la scène des arts de la scène. Michael Fabiano et Laurent Philippe, Nadine Sierra et Bryan Wagorn, Frederica von Stade et Jake Heggie, Stephen Costello et Ailyn Pérez, et Matthew Polenzani et Julius Drake ont ébloui ces performances !

Cultiver le talent

L'un des développements récents les plus importants à l'Opéra de Dallas est la création du Linda and Mitch Hart Institute for Women Conductors pour soutenir les femmes chefs d'orchestre exceptionnellement talentueuses à l'aube de carrières majeures, maintenant élargi pour inclure des programmes spéciaux pour les femmes administratrices talentueuses s'efforçant d'atteindre le sommet de leur profession. Des professeurs éminents ont inclus Emmanuel Villaume, Nicole Paiement, Marin Alsop, Marc Scorca, Carlo Montanaro, Ian Robertson, Sheri Greenawald, Paul Hsun-Ling Chou, Zizi Mueller, Alec Treuhaft et Carol Lazier.


Histoire de JPMorgan Chase à Dallas

La présence de JPMorgan Chase à Dallas remonte à 1916, lorsque la Mercantile National Bank a été fondée. Un habitant de Dallas, Robert Thornton, et trois amis, ont mis leurs économies en commun pour ouvrir une banque privée, même si les critiques ont déclaré que Dallas ne se développerait jamais suffisamment pour avoir besoin d'une autre banque. La nouvelle entreprise s'est fait un nom en sollicitant des affaires auprès des gens ordinaires de Dallas - conducteurs de wagons de glace, agriculteurs et conducteurs de tramways. Pour se distinguer des grandes banques de Dallas déjà établies, Mercantile offrait des horaires bancaires plus pratiques et a été la première de la ville à proposer des prêts automobiles. Plusieurs autres prédécesseurs de JPMC, notamment Bank One et Chemical Bank, ont joué un rôle majeur dans la croissance des activités bancaires de Dallas au fil des ans.

Mercantile a reçu une charte bancaire de l'État du Texas en 1917 et en 1923, une charte nationale. Au fil des ans, Mercantile est devenu une grande institution prospère de Dallas, érigeant le plus haut bâtiment de la ville en 1943 avec des fonctionnalités bancaires innovantes.

Au début des années 1970, la Texas Commerce Bank, dont le siège est à Houston, a acquis plusieurs banques dans les zones périphériques de Dallas-Fort Worth, et en 1975, elle a acquis cinq petites banques dans le nord de Dallas. Une présence longtemps recherchée au centre-ville de Dallas est venue en 1977 lorsque Texas Commerce a acquis Main Street National Bank of Dallas (fondée en 1964).

Chronologie de Dallas

La fusion de la Mercantile National Bank of Dallas et de la Bank of the Southwest, basée à Houston, a donné naissance à MCorp, qui est devenue la deuxième plus grande entité bancaire du Texas.

Banc One Corp. a acheté les actifs et passifs de 20 banques affiliées à MCorp avec 63 succursales sur les principaux marchés du Texas, formant Bank One, Texas NA. Avec l'achat en 1990 de Bright Banc Savings Association de Dallas, Banc One est devenue la quatrième plus grande institution financière du Texas, avec le plus grand réseau de succursales à Dallas.

Texas Commerce Bancshares, Inc. (racheté par Chemical Banking Corp. en 1987) a acquis des composants majeurs de First City Bancorporation of Texas, ce qui a doublé le nombre d'installations dans le Metroplex de Dallas-Fort Worth.

À la suite de la fusion de Chase et de Chemical Banks, Chase Texas est devenue la banque principale de plus de grandes entreprises et d'entreprises du marché intermédiaire que toute autre banque du Texas, tout en maintenant une forte présence bancaire sur les marchés clés du Texas grâce à ses 124 emplacements. De plus, Chase Texas était la plus grande banque pour les services de confiance aux particuliers et aux entreprises dans le sud-ouest.

J.P. Morgan & Co. a ouvert un bureau à Dallas comme base pour servir les clients fortunés du sud-ouest.

JPMorgan Chase a acheté une parcelle de terrain de 49 acres à Headquarters Drive et Communications Parkway à Legacy West à Plano, le futur site d'un nouveau centre d'entreprise à la pointe de la technologie à Dallas.

JPMorgan Chase est l'un des plus gros employeurs de la région de Dallas-Fort Worth. Au cours des 12 dernières années, nous sommes passés de 36 succursales à Dallas-Fort Worth à plus de 240.


Histoire

D Magazine a été fondée en 1974 par deux diplômés de l'Université du Texas, Wick Allison et Jim Atkinson. Tous deux avaient pour vision de donner à Dallas un magazine urbain indépendant avec un impact qui servirait les intérêts des lecteurs. Ils ont développé leur concept après les heures de travail pendant qu'Allison, originaire de Dallas, fréquentait une école supérieure à la Southern Methodist University et Atkinson a fait un reportage sur le quotidien de KERA. Rédaction programme. Leur vision était soutenue financièrement par de jeunes gens d'affaires de Dallas qui partageaient leur conviction de la nécessité d'un magazine urbain fort.

Ce qui n'était qu'une idée, cependant, est devenu une réalité lorsque Stanley Marcus, le détaillant légendaire, a envoyé une lettre à ses 200 000 titulaires de carte Neiman Marcus dans la région de Dallas leur recommandant de s'abonner au nouveau magazine encore inédit. En octobre 1974, le nouveau magazine a fait ses débuts avec la couverture alors choquante de "Power in Dallas: Who Holds the Cards", une analyse du légendaire établissement de Dallas et des directions d'entreprise imbriquées par lesquelles ils géraient les affaires de la ville. Sans surprise, la question était un nouveau jour pour le journalisme de Dallas. Il s'est vendu dans les kiosques à journaux locaux.

Tout le monde n'était pas satisfait du nouveau magazine. Il a été fréquemment attaqué, et même poursuivi, par des politiciens et des intérêts commerciaux qui étaient contrariés par son contenu éditorial franc et ses positions fortes. Mais les lecteurs ont continué à soutenir même lorsque les annonceurs ne l'ont pas fait, et en 1977, lorsqu'il a lancé ses prix annuels « Best and Worst », D Magazine a été un succès financier et éditorial sans réserve.

En 1990, D Magazine a été vendu à American Express. En 1995, Wick Allison a repris la direction du magazine et, en 1996, a conduit un groupe d'investisseurs à acheter le magazine. Aujourd'hui, D Magazine fait à nouveau partie de l'élément vital de Dallas. La circulation a grimpé d'environ 500 pour cent depuis 1996, et est devenu l'un des magazines les plus vendus par habitant aux États-Unis dans les kiosques à journaux locaux. La raison de son succès est son attachement à la qualité éditoriale. D Magazine a été nommé huit fois « Meilleur magazine de la ville » au pays par la City and Regional Magazine Association.


Histoire

En 1841, John Neely Bryan, un avocat et commerçant du Tennessee, a construit la première cabane (maintenant restaurée) dans la région au bord de la rivière. D'autres colons se sont installés dans la région et un site de ville a été aménagé en 1844. L'origine du nom de la communauté est incertaine. États Unis. Ses premiers établissements ont été augmentés par des immigrants suisses et allemands et, à la fin des années 1850, par des artisans français de la colonie utopique fouriériste infructueuse de La Réunion, toute proche. Un grand nombre d'Afro-Américains se sont installés dans la région après la guerre de Sécession.

La croissance commerciale a été stimulée par l'arrivée des chemins de fer dans les années 1870. Un énorme marché de gros s'est développé, avec de nombreux magasins de détail de la ville desservant le sud-ouest américain, Neiman-Marcus, est devenu internationalement connu. Les communautés adjacentes d'East Dallas et d'Oak Cliff ont été annexées en 1889 et 1903, respectivement, augmentant considérablement la taille de la ville.

Les céréales, le cuir et surtout le coton produits localement (cultivés dans les champs d'argile noire autour de Dallas) ont alimenté la croissance initiale de la ville et ont été suivis par l'assurance et, plus tard, le pétrole. Le Dallas Cotton Exchange a été organisé en 1907 et, dans les premières décennies du 20e siècle, était l'un des plus grands marchés du coton au monde. De plus, la ville était l'un des principaux fabricants de machines d'égrenage du coton. Également au début du XXe siècle, Dallas était un centre de transformation des aliments et de fabrication de textiles et de produits en cuir, et une usine automobile et une succursale bancaire du Système fédéral de réserve y ont été établies. Les immigrants mexicains ont contribué à la croissance démographique. En 1930 C.M. (« Papa ») Joiner a découvert le grand champ pétrolifère de l'est du Texas, qui a attiré des investissements et fait de la ville un centre majeur de l'industrie pétrolière. L'Exposition centrale du centenaire de Dallas (1936), la célébration officielle par l'État du centenaire de la révolution du Texas, a été une aubaine pour l'économie de la ville à l'époque de la Dépression et l'un des premiers centres commerciaux du pays a ouvert ses portes en 1931 dans la banlieue de Highland Park.

La ville a commencé une période de croissance spectaculaire pendant et après la Seconde Guerre mondiale, lorsque plusieurs grandes usines de fabrication d'avions ont été établies dans la région. Viennent ensuite les usines d'électronique et d'assemblage automobile. Dallas a été projetée brusquement sous les projecteurs internationaux le 22 novembre 1963, lorsque le président américain John F. Kennedy a été assassiné alors qu'il chevauchait dans un cortège de voitures à travers le centre-ville. L'aéroport international de Dallas-Fort Worth a ouvert ses portes en 1974, attirant des affaires dans la région et en faisant un emplacement attrayant pour le siège social de l'entreprise. Le secteur pétrolier a atteint son apogée au début des années 1980, mais à la fin de la décennie, l'industrie avait fait faillite, et par la suite sa contribution à l'économie a considérablement diminué. En 1987, Annette Strauss est devenue la première femme maire élue de la ville, et en 1995, le premier maire afro-américain, Ron Kirk, a été élu.


Roderic Johnson arrêté

Roderic Johnson a été réservé le lundi 10 juin 2030. Johnson a été incarcéré dans le système de prison du comté de Tarrant à ou autour de Dallas - Ft Worth, TX.

Le , avec une date de naissance enregistrée du 22/11/1974 a été arrêté pour suspicion des crimes ci-dessous :

La caution a été fixée à pour Johnson qui est répertorié comme un fichier .

Roderic Johnson a été arrêté dans le comté de Tarrant au Texas et Roderic Johnson a une présomption d'innocence, ce qui signifie que même si la personne a été arrêtée, elle est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité soit prouvée par un tribunal. Présomption d'innocence » sert à souligner que l'accusation a l'obligation de prouver chaque élément de l'infraction au-delà de tout doute raisonnable (ou à un autre niveau de preuve selon le système de justice pénale) et que l'accusé n'a aucune charge de la preuve. Pour plus d'informations sur la présomption d'innocence, wikipedia est un excellent point de départ.

Ces informations sont mises à disposition par le bureau du shérif local du comté de Tarrant au Texas. Pour en savoir plus sur le département des shérifs du comté de Tarrant, vous pouvez visiter leur site Web. Ils peuvent également les contacter sur leur page contactez-nous.

Roderic Johnson est présumé innocent jusqu'à preuve du contraire.

Clause de non-responsabilité: Les informations de réservation proviennent directement du bureau du shérif du comté et nous n'offrons aucune garantie quant à la qualité des informations présentées sur ce site. Pour obtenir les informations les plus précises et à jour, veuillez contacter le bureau de votre shérif local. Nous ne sommes pas affiliés au bureau du shérif et ne donnons aucune garantie quant à l'exactitude de ces informations. Les informations présentées sur ce site ne doivent pas être utilisées pour déterminer la culpabilité, déterminer l'innocence, générer des antécédents criminels ou effectuer des vérifications d'antécédents.


G.B. Bibliothèque Dealey-Collections spéciales

Le G.B. La bibliothèque Dealey collecte activement des documents documentant l'histoire de Dallas, du comté de Dallas et du Texas. Il conserve une vaste collection de photographies, de documents, d'artefacts, de livres et de périodiques.

Les fonds de la Dallas Historical Society comprennent des collections de personnalités telles que l'avocat pionnier John C. McCoy et la femme d'affaires du XIXe siècle Sarah Horton Cockrell. Les autres collections comprennent les documents du membre du Congrès Hatton W. Sumners, du chef du parti démocrate Thomas B. Love, de George W. Briggs, de Sam Acheson, de Joseph W. Bailey, de l'éditeur de Dallas Morning News George B. Dealey, d'Elmer Scott, de Margaret Scruggs Caruth, de John M. Moore, le directeur de l'ISD de Dallas, John Leslie Patton, l'ancien surintendant de la DISD, le Dr WT White et la Commission du centenaire du Texas en 1936. La collection se concentre sur l'histoire sociale, économique et politique de Dallas et du Texas. Les objets rares incluent les éperons d'Antonio López de Santa Anna et la montre de James W. Fannin. Ces dernières années, la société a fait de gros efforts pour acquérir des articles documentant les différentes cultures vivant à Dallas et au nord du Texas.


Pleins feux sur une recrue non repêchée des Chargers de Los Angeles: Roderic Teamer

L'idée d'apporter plusieurs nouvelles sécurités était attendue cette intersaison, surtout après que l'équipe a choisi de passer du vétéran Jahleel Addae. Cela a laissé Derwin James, Adrian Phillips, Jaylen Watkins et Rayshawn Jenkins comme seules sécurités sur la liste.

Nasir Adderley a été repêché au deuxième tour et il y a un autre niveau d'excitation qui l'entoure et ce qu'il peut faire.

Teamer devra faire l'équipe en empruntant la voie non repêchée. Il a participé à ses quatre saisons pour la Green Wave après avoir fréquenté le lycée de la Nouvelle-Orléans. Il a terminé sa carrière universitaire avec 198 plaqués au total, quatre sacs et trois interceptions.

Mais que peut-il apporter aux Chargers ?

Les Bolts semblent avoir cinq solides sécurités en place et il est difficile d'imaginer que l'équipe garde plus que cela sur leur liste finale. Cependant, si une recrue non repêchée a fait une impression jusqu'à présent, c'est Teamer, qui a fait plusieurs interceptions dans le minicamp obligatoire de l'équipe.

Plus de Battement de boulon

Le coordinateur défensif Gus Bradley a fait l'éloge de la sécurité percutante lorsqu'il a parlé à Chris Hayre du site officiel de l'équipe.

&ldquoNous avons un agent libre qui joue beaucoup en ce moment. Il semble être un peu autour du ballon. C'est ce que vous espérez voir, les gars qui comprennent la défense pour que vous puissiez voir leur instinct.

Chance de faire partie de la liste finale (échelle 1-10): 2

Il y a tout simplement trop de joueurs devant Teamer sur le tableau de profondeur pour qu'il puisse faire cette liste. Même s'il a un camp formidable dans les équipes spéciales, cela le fera probablement atterrir dans l'équipe d'entraînement. Cependant, attirer l'attention de Bradley et des autres joueurs de l'équipe est de bon augure pour lui, du moins à ce titre.

Avoir 20 pour cent de chances de faire partie de l'alignement de 53 joueurs n'est pas génial, mais je lui donnerais 80 à 90 pour cent de chances de gagner une place dans l'équipe d'entraînement et de pouvoir continuer sa carrière de joueur de cette façon et peut-être être un gars l'équipe pourrait s'appuyer sur dès la saison prochaine.


Voir la vidéo: Choses Qui Se Passent (Mai 2022).