L'histoire

Les Marines cèdent le contrôle de la région du I Corps

Les Marines cèdent le contrôle de la région du I Corps


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les Marines américains étaient responsables de cette zone depuis leur arrivée au Sud-Vietnam en 1965. Le changement de responsabilité de cette zone faisait partie de l'initiative du président Richard Nixon visant à réduire les effectifs des troupes américaines alors que les Sud-Vietnamiens acceptaient davantage de responsabilités pour les combats. Après le départ de la 3e division de marine du Vietnam à la fin de 1969, la 1re division de marine était la seule division de marine à opérer au sud du Vietnam.


Le Régiment comprend quatre bataillons d'infanterie et une compagnie de quartier général :

  • Quartier général de la Compagnie 5e Marines (HQ/5e Marines) (1/5) (2/5) (3/5) (2/4) - (affecté au 5e Régiment de Marines dans le but de faciliter le 4e Marines en tant qu'"hôte" quartier général régimentaire pour les bataillons sur les affectations du programme de déploiement d'unités au 3e MARDIV à Okinawa.)

Première Guerre mondiale Modifier

L'unité a été activée le 8 juin 1917 à Philadelphie, en Pennsylvanie, en tant que 5th Regiment of Marines. Ils se sont immédiatement déployés en France, sont arrivés le 26 juin et ont été affectés à la 1re division d'infanterie de l'armée des États-Unis. Plus tard cette année-là, en octobre, ils ont été réaffectés à la 4e brigade de marines sous la 2e division d'infanterie.

Au printemps 1918, le régiment participe à la féroce bataille du bois Belleau et reçoit le surnom de Devil Dog.

Le Cinquième participe ensuite aux campagnes offensives de l'Aisne, à la bataille de Saint-Mihiel et à l'offensive Meuse-Argonne. Ils participèrent également aux campagnes défensives de Toulon-Troyon, Château-Thierry, Marbache et Limey. De 1918 à 1919, le régiment a participé à l'occupation de la Rhénanie allemande. En août 1919, il est retourné à la base du Corps des Marines de Quantico, en Virginie. Il a été inactivé le 13 août 1919.

Les actions du régiment en France leur ont valu le droit de porter la Fourragère (vu dans le contour du logo de l'unité), l'un des deux seuls dans le Corps des Marines (l'autre étant le 6e Régiment de Marines). Le prix était le résultat d'être les seuls régiments de l'American Expeditionary Force à recevoir trois citations Croix de guerre : deux dans l'ordre de l'armée et une dans l'ordre du corps—Fourragère et Croix de guerre avec deux palmes et étoile dorée . La Fourragère est devenue une partie de l'uniforme de l'unité, et tous les membres de l'organisation sont autorisés à porter la décoration sur l'épaule gauche de l'uniforme lorsqu'ils sont membres de l'organisation.

Trois Marines du régiment ont reçu la Médaille d'honneur pour leurs actions pendant la guerre. Le sergent Louis Cukela, le sergent d'artillerie Ernest A. Janson et le sergent Matej Kocak ont ​​chacun reçu deux médailles d'honneur (une de la marine et une de l'armée) pour une seule action, ce qui en fait trois des dix-neuf doubles récipiendaires de la médaille. En outre, deux officiers de la marine américaine attachés au 5th Marines ont reçu la médaille d'honneur : le lieutenant-commandant Alexander Gordon Lyle du Navy Dental Corps et le lieutenant Orlando H. Petty du Medical Corps. [4]

Années de l'entre-deux-guerres Modifier

L'unité a été réactivée le 8 juillet 1920. Des éléments du régiment ont participé au service de garde du courrier dans l'est des États-Unis de novembre 1921 à mai 1922 et à nouveau d'octobre 1926 à février 1927.

Ils se sont ensuite déployés au Nicaragua à partir de janvier 1927. Ils ont continuellement combattu les rebelles nicaraguayens jusqu'à ce qu'ils soient à nouveau inactivés le 11 avril 1930.

Le 5th Marines a été réactivé pour la dernière fois le 1er septembre 1934, à Quantico, en Virginie et a été affecté à la 1st Marine Brigade. En 1940, ils ont été déployés à Guantánamo Bay, à Cuba, et réaffectés à la 1re division des Marines en février 1941. Ils ont été placés en garnison à New River, en Caroline du Nord.

Seconde Guerre mondiale Modifier

Après le déclenchement de la guerre, le 5e Marines se déploya à Wellington, en Nouvelle-Zélande, en juin 1942. Pendant la Seconde Guerre mondiale, ils combattirent à Guadalcanal, en Nouvelle-Bretagne, à l'est de la Nouvelle-Guinée, à Peleliu et à Okinawa. Immédiatement après la guerre en septembre 1945, ils se sont déployés à Tientsin, en Chine, et ont participé à l'occupation du nord de la Chine jusqu'en mai 1947. Ils ont été redéployés à Guam en mai 1947 et réaffectés à la 1re brigade de marines provisoire. En 1949, ils ont été transférés au Marine Corps Base Camp Pendleton.

Guerre de Corée et début des années 1950 Modifier

Le 5 août 1950, le 5e Marines est déployé dans le périmètre de Pusan ​​dans le cadre de la brigade maritime provisoire. De là, ils ont participé au débarquement d'Inchon, à la bataille du réservoir de Chosin et ont combattu sur le front centre-est et le front occidental jusqu'à la fin des hostilités. Immédiatement après la guerre, ils participèrent à la défense de la zone démilitarisée coréenne de juillet 1953 à février 1955. Le régiment retourna à Camp Pendleton en mars 1955.

Guerre du Vietnam Modifier

Le 5 mars 1966, le 5e Marines est déployé en République du Vietnam. Ils sont restés au Vietnam pendant les cinq années suivantes, combattant à Rung Sat, Chu Lai, Hue, Phu Loc, Que Son Valley, An Hoa, Tam Kỳ et Da Nang. Le 5th Marines a finalement quitté le Vietnam en avril 1971. En 2003, l'ancien sniper du 5th Marine devenu auteur de la guerre du Vietnam, John J. Culbertson, [5] documenté dans 13 Cent Killers : les 5e tireurs d'élite de la marine au Vietnam, les histoires de tireurs d'élite du 5e Régiment de Marines qui, comme le décrit l'éditeur, "se sont battus avec des fusils à verrou et des primes sur la tête pendant le combat le plus acharné de la guerre, de 1967 à la bataille du Têt pour Hue au début de 1968". [6]

Années d'après-guerre jusqu'aux années 1990 Modifier

Des éléments des régiments ont participé à l'opération New Arrivals, la relocalisation des réfugiés vietnamiens à Camp Pendleton, en Californie, de juillet à décembre 1975. Leur action majeure suivante a été l'opération Desert Shield et l'opération Desert Storm d'août 1990 à avril 1991. Opérations de combat dans le sud-ouest L'Asie a été rapidement suivie par l'opération Sea Angel au Bangladesh en mai-juin 1991. En décembre 1992, le BLT 2/9 affecté à la 15e MEU (SOC) a atterri en Somalie et a mené des opérations de combat.

Guerre mondiale contre le terrorisme Modifier

Le 5 février 2003, le 5e Marines a été déployé au Koweït avec ses 1er, 2e et 3e bataillons (1/5, 2/5, 3/5) dans le cadre de la force qui ferait partie de l'invasion de l'Irak. Ils étaient appuyés par des éléments du 1er bataillon de reconnaissance blindé léger, du 2e bataillon de chars, de diverses batteries de tir du 11e Marines, des 2e et 3e bataillons d'amphibiens d'assaut, de la compagnie B du 1er bataillon du génie de combat, et de la compagnie de soutien au combat 115 (CSSC- 115). Ces pièces jointes ont porté la force du régiment jusqu'à plus de 6 000 personnes chaque jour. C'était le plus grand que le régiment avait été dans son histoire. [7]

Le 21 mars, le régiment est devenu la première unité à traverser en Irak [ citation requise ] alors qu'il s'apprêtait à s'emparer des champs pétrolifères de Rumayllah. Pour la route vers le nord, RCT-5 a avancé sur une autoroute à quatre voies avant de se diriger vers l'est en direction du Tigre jusqu'à ce que la 1re division des marines se réunisse pour pénétrer dans la zone rouge qui englobait Bagdad et sa banlieue. Une fois tous les objectifs fixés, les Marines ont occupé les secteurs de sécurité assignés et ont mené des opérations de combat de suivi. Pendant une grande partie de l'attaque au nord, le régiment a dirigé la 1re division des Marines dans l'attaque la plus profonde de l'histoire du Corps des Marines. [ citation requise ] Le régiment a subi 12 tués et 126 grièvement blessés en 33 jours de combat.

D'octobre 2004 à mars 2005, le personnel du quartier général du régiment, dirigé par le colonel Stuart Navarre, a été déployé en Irak afin de prendre en charge le rôle de la direction de la formation des forces de sécurité irakiennes à l'appui de la 1re division de marine au camp Blue Diamond. Parce que le régiment n'a pas été déployé en tant qu'équipe de combat régimentaire, le personnel du quartier général a pris la responsabilité de travailler avec la Garde nationale irakienne d'Al Anbar (ING) et la police irakienne à Ramadi.

Déploiement de Falloujah, 2006-2007 Modifier

En février 2006, le régiment a été déployé en tant qu'équipe de combat régimentaire 5 dans la province d'Al Anbar, en Irak, et a pris le contrôle de la grande région de Fallujah à partir du 8e régiment de marines. Ils ont mené des opérations de combat, qui comprenaient la formation et le conseil des forces irakiennes en collaboration avec les équipes de transition militaire (MiTT) et les équipes de transition de la police (PiTT). Le RCT-5 a campé au Camp Fallujah sous le commandement du I Marine Expeditionary Force (FWD) jusqu'en janvier 2007, date à laquelle ils ont été relevés en place par le 6e Régiment de Marines (RCT 6), la première fois en 94 ans que les deux régiments ont été ensemble sur le champ de bataille. [8]

En décembre 2007, le 5e Régiment de Marines avait perdu 221 membres lors d'opérations de combat en Irak. Cela comprend les membres du régiment et d'autres bataillons qui ont servi sous le 5e Marines. [9]

Début décembre 2007, le 5th Marines a consacré un mémorial aux 221 hommes tués en Irak. Les noms incluent ceux de sept soldats de l'armée attachés au régiment. Un groupe de résidents du comté d'Orange a formé un groupe appelé le fonds commémoratif du 5e régiment de marines au début de 2007 et a collecté plus de 72 000 $ pour payer le mémorial. Inspiré des barrières en Irak pour aider à prévenir les attentats à la bombe contre les voitures et les camions, le mémorial porte une inscription en haut indiquant « Fallen and Never Forgotten » et une en bas « Freedom Fighter Fallen Warrior ». [dix]

Déploiement d'Al Asad, 2008-2009 Modifier

Fin décembre 2007 et début janvier 2008, le régiment s'est à nouveau déployé en tant qu'équipe de combat régimentaire 5 (RCT-5) dans la province d'Al Anbar, en Irak et a pris le contrôle de la grande région d'Al Asad et de la partie ouest de la province à partir du 2e régiment de marines. (RCT-2). Ils ont mené des opérations de combat, qui comprenaient la formation et le conseil des forces irakiennes, et avec RCT-1 et Multi National Forces-West (MNF-W), ont supervisé la pacification de l'Anbar et son transfert éventuel au contrôle provincial irakien. RCT-5 a également participé à la phase initiale de rétrogradation de milliers d'équipements hors d'Irak. RCT-5 était à Camp Ripper, Al Asad, sous le commandement de la I Marine Expeditionary Force (FWD) et dirigé par le colonel Patrick J. Malay. En janvier 2009, le RCT-5 a été relevé par le 8th Marine Regiment (RCT-8). Tout au long du déploiement, RCT-5 a perdu un marine et un soldat qui ont servi dans des unités du régiment tout en menant des opérations de combat.

Au début de 2009, le 5e Marines a été désigné comme force de contingence en raison de déploiements consécutifs de 13 mois à l'appui de l'opération Iraqi Freedom (OIF). Le régiment a continué à participer à des exercices et à des déploiements d'urgence avec la 1re Division de marines et a préparé des forces pour le déploiement.

Déploiement en Afghanistan, 2011-2012 Modifier

En août 2011, 5e Marines déployés en tant qu'équipe de combat régimentaire 5 (RCT-5), pour la première fois dans la province d'Helmand, en Afghanistan, dans le cadre de l'opération Enduring Freedom. Ils ont mené un Relief-In-Place (RIP) avec le 1er Régiment de Marines (RCT-1) et, sous le commandement du Colonel Roger Turner, ont pris le contrôle de leur zone d'opérations des districts de Marjah, Garmsir et Nawa. RCT-5 était basé à Camp Dwyer. Leur objectif était de développer des forces de défense locales à Garmsir et Nawa, d'encadrer et d'étendre la force de police dans le sud du Helmand, de fournir une formation supplémentaire à l'armée nationale afghane et de soutenir la rétrogradation de milliers de pièces d'équipement hors d'Afghanistan. Début juillet 2012, RCT-5 a réalisé un RIP avec RCT-6. RCT-5 est retourné à Camp Pendleton, en Californie, début août 2012.

En août 2012, le lieutenant-colonel Jason Bohm a été choisi pour être le prochain commandant du régiment.

Exercice Desert Cimeterre, printemps 2013 Modifier

D'avril à début mai 2013, le 5e Marines a participé à l'exercice Desert Scimitar au Marine Corps Air Ground Combat Center, 29 Palms, Californie. Le but de l'exercice était de commander et de contrôler une force opérationnelle air-sol des Marines (MAGTF) ​​dans le cadre du passage du Corps des Marines de la contre-insurrection à la guerre conventionnelle et linéaire à la lumière de la fin de la guerre en Afghanistan. L'exercice d'entraînement comprenait des unités de combat terrestre, d'aviation et d'éléments logistiques. Le 5e Régiment de Marines a été formé en tant qu'équipe de combat régimentaire, se concentrant sur la pratique des tactiques traditionnelles de commandement et de contrôle de la guerre en dirigeant l'infanterie, l'artillerie et les moyens blindés. Le régiment a pratiqué des tirs directs d'armes légères et moyennes avec des fantassins servant avec le 2e Bataillon, le 5e Marines et le 1er Bn, 7e Marines, des tirs indirects hautement explosifs avec l'artillerie du 2e Bataillon, 11e Marines, des actifs de soutien blindés du 1er Bataillon de chars et du 3e Light Armored Bataillon de reconnaissance pendant l'exercice. [11]

Fin mai 2013, les Marines du 5e Régiment de Marines ont participé à une exposition d'entraînement avec le 21e Régiment d'infanterie de marine français à Fréjus, en France. Les Marines ont découvert et utilisé des systèmes d'armes français, dont le fusil d'assaut FAMAS G2. Ils ont également utilisé des kayaks pour s'aventurer dans la mer Méditerranée, offrant aux Marines l'occasion de se renseigner sur les tactiques de reconnaissance des Marines français. [12]

En juin 2013, les Marines servant avec le 5e Régiment de Marines se sont réunis pour l'opération du régiment Enduring Freedom Memorial Cérémonie d'inauguration. Plus d'une centaine de Marines, d'anciens combattants et de Gold Star Mothers se sont réunis au San Mateo Memorial Garden pour rejoindre le régiment lors de la cérémonie. Les noms des Marines et des marins qui ont combattu et sont morts au service d'un 5e bataillon de Marines ou de l'équipe de combat régimentaire 5 en Afghanistan sont gravés dans le mémorial en granit de 7 tonnes. Le mémorial de 7 pieds de haut, 8 pieds et 4 pouces de large a été créé à Barre, Vermont, et s'est rendu à Camp Pendleton au cours d'un voyage de 10 jours où il a été escorté à chaque kilomètre du voyage par Patriot Guard Riders, une moto club qui soutient fortement les militaires en les accueillant à la maison après les déploiements. Les mots « TOMBE MAIS JAMAIS OUBLIÉ » sont gravés au bas de la pierre commémorative. [13]

Groupe de travail spécial air-sol maritime, mai 2014 – décembre 2016 Modifier

En mai 2014, le 5e Régiment de Marines a été nommé élément de quartier général d'une force opérationnelle air-sol marine à usage spécial (SP-MAGTF). [14] Le SP-MAGTF agira en tant qu'unité de réponse aux crises du CENTCOM avec le colonel Jason Bohm le commandant. Cela prouvera également la capacité du CENTCOM à soutenir les événements de coopération en matière de sécurité dans le théâtre tels que les exercices, ainsi qu'à répondre aux imprévus. Le groupe de travail sera situé au Koweït, mais finira par opérer à partir de plusieurs endroits différents au Moyen-Orient. Le SP-MAGTF est composé de 2 300 Marines du siège de l'entreprise, 5e Régiment de Marines, Camp Pendleton, Californie, 2e Bataillon, 7e Marines, Twentynine Palms, Californie, Marine Medium Tiltrotor Squadron 363, Miramar, Californie et Marine Aerial Refueler Transport Squadron 234, Naval Air Station Joint Reserve Base Fort Worth, Texas. La plupart des unités seront déployées pendant six ou sept mois, bien que le quartier général du régiment puisse voir une rotation plus longue. [15]

En janvier 2015, le SPMAGTF opérait dans six pays au sein du CENTCOM. Pour des raisons de sécurité et par déférence envers les partenaires étrangers dans la région, il n'a pas reçu de nom propre. Le groupe de travail a effectué quotidiennement des missions cinétiques et non cinétiques à l'appui de l'opération Inherent Resolve, l'intervention dirigée par les États-Unis contre ISIS. Les forces du Corps des Marines ont utilisé l'infrastructure existante pour créer un site de capacité de partenariat en Irak conçu pour augmenter les capacités des Forces de sécurité irakiennes (ISF). De plus, la SPMAGTF a profité d'opportunités de formation bilatérales en théâtre. L'unité a participé à l'exercice Red Reef avec les forces de la Marine, du Corps des Marines et de la Marine royale saoudienne. [16]

Le 30 mars 2015, l'Advance Party (ADVON) est retourné à Camp Pendleton, en Californie. Le 12 avril 2015, le corps principal est revenu. [17] Le 5e Marines a cédé le commandement au 7e Marines. [18]

En avril 2016, le 5e Marines a de nouveau dirigé l'élément de commandement du Groupe de travail spécial air-sol marin-Réponse aux crises-Commandement central lors d'un déploiement de 9 mois en danger. Le SPMAGTF a mené des opérations de combat contre ISIS à l'appui de l'opération Inherent Resolve, avec des lignes d'effort axées sur la coopération en matière de sécurité dans le théâtre, les opérations d'urgence, la réponse aux crises, et l'avancement de la force dans la zone d'opérations du Commandement central, de retour en décembre 2016 après un succès déploiement

Mars 2017 à aujourd'hui Modifier

Le 2 mars 2017, le colonel George C. Schreffler III a pris le commandement du 5e Marines. [14]

Une citation d'unité ou une mention élogieuse est une récompense décernée à une organisation pour l'action citée. Les membres de l'unité qui ont participé auxdites actions sont autorisés à porter sur leurs uniformes la citation d'unité décernée. Le 5e Régiment de Marines a reçu les récompenses suivantes :


Contenu

Comme indiqué dans 10 U.S.C. § 5063 et tels qu'introduits à l'origine en vertu de la loi sur la sécurité nationale de 1947, les trois principaux domaines de responsabilité du Corps des Marines sont :

  • Saisie ou défense de bases navales avancées et autres opérations terrestres pour soutenir les campagnes navales
  • Développement de tactiques, de techniques et d'équipements utilisés par les forces de débarquement amphibies en coordination avec l'armée de terre et l'armée de l'air et
  • Toutes autres fonctions que le Président ou le Département de la Défense peuvent ordonner.

Cette dernière clause découle d'un langage similaire dans les actes du Congrès "Pour une meilleure organisation du Corps des Marines" de 1834, et « Établir et organiser un corps de marines » de 1798. En 1951, le Comité des services armés de la Chambre des représentants a qualifié la clause de « l'une des fonctions statutaires et traditionnelles les plus importantes du Corps des Marines ». Il a noté que le Corps a le plus souvent effectué des actions de nature non navale, y compris ses actions célèbres à Tripoli, la guerre de 1812, Chapultepec, et de nombreuses tâches de contre-insurrection et professionnelles (comme celles en Amérique centrale, dans le monde Première guerre et guerre de Corée). Bien que ces actions ne soient pas décrites avec précision comme un soutien à des campagnes navales ni comme une guerre amphibie, leur fil conducteur est qu'elles sont de nature expéditionnaire, utilisant la mobilité de la Marine pour intervenir en temps voulu dans les affaires étrangères au nom des intérêts américains. [18]

Le Marine Band, surnommé le " President's Own " par Thomas Jefferson, fournit de la musique pour les fonctions de l'État à la Maison Blanche. [19] Les marines des compagnies de cérémonie A et B, cantonnées à Marine Barracks, Washington, DC, gardent les retraites présidentielles, y compris Camp David, et les marines du détachement de vol exécutif du HMX-1 assurent le transport par hélicoptère du président et du vice-président, avec les indicatifs d'appel radio « Marine One » et « Marine Two », respectivement. [20] L'Executive Flight Detachment assure également le transport par hélicoptère des membres du Cabinet et d'autres VIP.En vertu du Foreign Service Act de 1946, les gardes de sécurité maritime du Marine Embassy Security Command assurent la sécurité des ambassades, légations et consulats américains dans plus de 140 postes dans le monde. [21]

La relation entre le Département d'État et le Corps des Marines des États-Unis est presque aussi ancienne que le Corps lui-même. Depuis plus de 200 ans, les Marines ont servi à la demande de divers secrétaires d'État. Après la Seconde Guerre mondiale, une force alerte et disciplinée était nécessaire pour protéger les ambassades, les consulats et les légations américaines à travers le monde. En 1947, il a été proposé que le ministère de la Défense fournisse du personnel du Corps des Marines pour le service de garde du service extérieur en vertu des dispositions de la loi sur le service extérieur de 1946. Un protocole d'accord formel a été signé entre le département d'État et le secrétaire à la Marine. le 15 décembre 1948, et 83 Marines ont été déployés dans des missions à l'étranger. Au cours de la première année du programme, 36 détachements ont été déployés dans le monde. [22]

Mission historique Modifier

Le Corps des Marines a été fondé pour servir d'unité d'infanterie à bord des navires de guerre et était responsable de la sécurité du navire et de son équipage en menant des combats offensifs et défensifs lors des opérations d'arraisonnement et en défendant les officiers du navire de la mutinerie à cette dernière extrémité, leurs quartiers sur le navire était souvent stratégiquement positionné entre les quartiers des officiers et le reste du navire. Les Marines continentaux organisaient des raids, à la fois en mer et à terre. Le premier débarquement d'assaut amphibie des États-Unis a eu lieu au début de la guerre d'indépendance, le 3 mars 1776, lorsque les Marines ont pris le contrôle de Fort Montagu et de Fort Nassau, un dépôt de munitions britannique et un port naval à New Providence, aux Bahamas. Le rôle du Corps des Marines s'est considérablement élargi depuis lors, alors que l'importance de sa mission navale d'origine diminuait avec l'évolution de la doctrine de la guerre navale et la professionnalisation du service naval, le Corps s'est adapté en se concentrant sur des missions autrefois secondaires à terre. La doctrine avancée des bases du début du 20e siècle a codifié leurs fonctions de combat à terre, décrivant l'utilisation des Marines dans la saisie de bases et d'autres fonctions sur terre pour soutenir les campagnes navales.

Tout au long de la fin du XIXe et du XXe siècle, des détachements de la Marine ont servi à bord de croiseurs, de cuirassés et de porte-avions de la Marine. Les détachements de marine ont servi dans leurs fonctions traditionnelles en tant que force de débarquement d'un navire, en équipant les armes du navire et en assurant la sécurité à bord. Les détachements de marine ont été complétés par des membres de la compagnie du navire pour les équipes de débarquement, comme lors de la première expédition de Sumatra en 1832, et se poursuivant dans les campagnes caribéennes et mexicaines du début du XXe siècle. Les Marines ont développé des tactiques et des techniques d'assaut amphibie sur les côtes défendues à temps pour une utilisation dans la Seconde Guerre mondiale. [23] Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Marines ont continué à servir sur les navires capitaux. Ils étaient souvent affectés aux batteries anti-aériennes de l'homme. [ citation requise ]

En 1950, [24] le président Harry Truman a répondu à un message du représentant américain Gordon L. McDonough. McDonough avait exhorté le président Truman à ajouter une représentation des Marines aux chefs d'état-major interarmées. Le président Truman, écrivant dans une lettre adressée à McDonough, a déclaré que "Le Corps des Marines est la force de police de la Marine et tant que je serai président, c'est ce qu'il restera. Ils ont une machine de propagande qui est presque égale à celle de Staline." McDonough a ensuite inséré la lettre du président Truman, datée du 29 août 1950, dans le Record du Congrès. Les membres du Congrès et les organisations maritimes ont réagi, qualifiant les propos du président Truman d'insulte et ont exigé des excuses. Truman s'est excusé auprès du commandant des Marines de l'époque en écrivant : « Je regrette sincèrement le choix malheureux de langage que j'ai utilisé dans ma lettre du 29 août au membre du Congrès McDonough concernant le Corps des Marines. Alors que Truman s'était excusé pour sa métaphore, il n'a pas modifié sa position selon laquelle le Corps des Marines devrait continuer à rendre compte au secrétaire de la Marine. Il n'a fait amende honorable qu'en faisant une visite surprise à la Marine Corps League quelques jours plus tard, lorsqu'il a répété : « Quand je fais une erreur, j'essaie de la corriger. J'essaie d'en faire le moins possible. Il a reçu une ovation debout. [25]

Lorsque les croiseurs à canon ont été retirés dans les années 1960, les détachements de Marines restants n'ont été vus que sur des cuirassés et des porte-avions. Sa mission initiale d'assurer la sécurité à bord des navires a pris fin dans les années 1990. [ citation requise ]

Capacités Modifier

Le Corps des Marines remplit un rôle militaire essentiel en tant que force de guerre amphibie. Il est capable de mener une guerre asymétrique avec des forces conventionnelles, irrégulières et hybrides. Bien que le Corps des Marines n'emploie aucune capacité unique, en tant que force, il peut rapidement déployer une force opérationnelle interarmes presque partout dans le monde en quelques jours. La structure de base de toutes les unités déployées est une force opérationnelle air-sol marine (MAGTF) ​​qui intègre un élément de combat au sol, un élément de combat aérien et un élément de combat logistique sous un élément de commandement commun. Alors que la création de commandements conjoints en vertu de la loi Goldwater-Nichols a amélioré la coordination interservices entre chaque branche, la capacité du Corps à maintenir en permanence des forces opérationnelles multi-éléments intégrées sous un commandement unique permet une mise en œuvre plus fluide des principes de guerre interarmes. [26]

L'étroite intégration d'unités de Marines disparates découle d'une culture organisationnelle centrée sur l'infanterie. Toutes les autres capacités marines existent pour soutenir l'infanterie. Contrairement à certaines armées occidentales, le Corps est resté conservateur contre les théories proclamant la capacité de nouvelles armes à gagner des guerres de manière indépendante. Par exemple, l'aviation maritime s'est toujours concentrée sur l'appui aérien rapproché et n'a pratiquement pas été influencée par les théories de la puissance aérienne proclamant que le bombardement stratégique peut à lui seul gagner des guerres. [23]

Cette focalisation sur l'infanterie est associée à la doctrine de « Chaque Marine [est] un fusilier », un précepte du Commandant Alfred M. Gray, Jr., mettant l'accent sur les capacités de combat d'infanterie de chaque Marine. Tous les Marines, quelle que soit leur spécialisation militaire, reçoivent une formation de carabinier et tous les officiers reçoivent une formation supplémentaire en tant que commandants de peloton d'infanterie. [27] Pendant la Seconde Guerre mondiale à la bataille de l'île Wake, lorsque tous les avions de la Marine ont été détruits, les pilotes ont continué le combat en tant qu'officiers au sol, dirigeant les commis d'approvisionnement et les cuisiniers dans un dernier effort défensif. [28] La flexibilité d'exécution est mise en œuvre en mettant l'accent sur « l'intention du commandant » comme principe directeur pour l'exécution des ordres, en spécifiant l'état final mais en laissant ouverte la méthode d'exécution. [29]

Les techniques d'assaut amphibie développées pour la Seconde Guerre mondiale ont évolué, avec l'ajout de la doctrine de l'assaut aérien et de la guerre de manœuvre, au "Manœuvre opérationnelle depuis la mer" doctrine de projection de puissance depuis les mers. [11] Les Marines sont crédités du développement de la doctrine d'insertion d'hélicoptères et ont été les premiers dans l'armée américaine à adopter largement les principes de guerre de manœuvre, qui mettent l'accent sur l'initiative de bas niveau et l'exécution flexible. Dans à la lumière de la guerre récente qui s'est éloignée des missions traditionnelles du Corps, [30] il a renouvelé l'accent mis sur les capacités amphibies. [31]

Le Corps des Marines s'appuie sur la Marine pour le transport maritime afin de fournir ses capacités de déploiement rapide. En plus de baser un tiers de la Fleet Marine Force au Japon, les unités expéditionnaires de la Marine (MEU) sont généralement stationnées en mer afin qu'elles puissent fonctionner comme premiers intervenants en cas d'incidents internationaux. [32] Pour faciliter un déploiement rapide, le Maritime Pre-Positioning System a été développé : des flottes de porte-conteneurs sont positionnées dans le monde entier avec suffisamment d'équipements et de fournitures pour qu'une force expéditionnaire de la Marine se déploie pendant 30 jours. [ citation requise ]

Doctrine Modifier

Deux petits manuels publiés dans les années 1930 établissent la doctrine de l'USMC dans deux domaines. Les Petit manuel de guerre a posé le cadre des opérations de contre-insurrection maritime du Vietnam à l'Irak et l'Afghanistan tandis que le Manuel provisoire des opérations d'atterrissage établi la doctrine des opérations amphibies de la Seconde Guerre mondiale. "Manœuvre opérationnelle depuis la mer" était la doctrine de la projection de puissance en 2006. [11]

Fondation et Guerre d'Indépendance Américaine Modifier

Le Corps des Marines des États-Unis tire ses racines des Marines continentaux de la guerre d'indépendance américaine, formés par le capitaine Samuel Nicholas par une résolution du deuxième congrès continental du 10 novembre 1775, pour lever deux bataillons de Marines. Cette date est célébrée comme l'anniversaire du Corps des Marines. Nicholas a été nommé pour diriger les Marines par John Adams. [33] En décembre 1775, Nicholas a levé un bataillon de 300 hommes par recrutement dans sa ville natale de Philadelphie. [ citation requise ]

En janvier 1776, les Marines prennent la mer sous le commandement du commodore Esek Hopkins et en mars entreprennent leur premier débarquement amphibie, la bataille de Nassau aux Bahamas, occupant le port britannique de Nassau pendant deux semaines. [34] Le 3 janvier 1777, les Marines sont arrivés à la bataille de Princeton attachés à la brigade du général John Cadwalader, où ils avaient été affectés par le général George Washington en décembre 1776, Washington se retirait à travers le New Jersey et, "ayant désespérément besoin de vétéran soldats », avait ordonné à Nicolas et aux Marines de se joindre à l'armée continentale. La bataille de Princeton, où les Marines ainsi que la brigade du général Cadwalader ont été personnellement ralliés par Washington, a été le premier engagement de combat terrestre des Marines, environ 130 Marines étaient présents à la bataille. [34]

À la fin de la Révolution américaine, la Continental Navy et les Continental Marines ont été dissous en avril 1783. L'institution a été ressuscitée le 11 juillet 1798 en préparation de la quasi-guerre avec la France, le Congrès a créé le United States Marine Corps. [35] [ meilleure source nécessaire ] Les Marines avaient été enrôlés par le Département de la Guerre dès août 1797 [36] [ meilleure source nécessaire ] pour le service dans les frégates nouvellement construites autorisées par la "Loi du Congrès pour fournir un armement naval" du 18 mars 1794, [37] [ meilleure source nécessaire ] qui précisait le nombre de Marines à recruter pour chaque frégate. [ citation requise ]

L'action la plus célèbre des Marines de cette période a eu lieu pendant la première guerre de Barbarie (1801-1805) contre les pirates de Barbarie, [38] lorsque William Eaton et le premier lieutenant Presley O'Bannon ont dirigé 8 Marines et 500 mercenaires dans le but de capturer Tripoli . Bien qu'ils n'aient atteint que Derna, l'action de Tripoli a été immortalisée dans l'hymne des Marines et l'épée mamelouke portée par les officiers de la Marine. [39]

Guerre de 1812 et après Modifier

Pendant la guerre de 1812, des détachements de marine sur des navires de la marine ont participé à certains des grands duels de frégates qui ont caractérisé la guerre, qui étaient les premiers et derniers engagements du conflit. Leur contribution la plus importante a été de tenir le centre de la ligne défensive du général Andrew Jackson lors de la bataille de la Nouvelle-Orléans en 1815, la dernière grande bataille et l'un des engagements les plus unilatérales de la guerre. Avec des nouvelles répandues de la bataille et de la capture du HMS cyan, HMS Levant et HMS manchot, les derniers engagements entre les forces britanniques et américaines, les Marines avaient acquis une réputation d'experts tireurs d'élite, en particulier dans les actions défensives et de navire à navire. [39] Ils ont joué un grand rôle dans la défense de 1813 de Sacket's Harbour, New York et Norfolk et Portsmouth, Virginie, [40] prenant également part à la défense de Plattsburgh en 1814 dans la vallée de Champlain lors de l'une des dernières offensives britanniques le long de la Frontière canado-américaine. La bataille de Bladensburg, livrée le 24 août 1814, a été l'un des pires jours pour les armes américaines, bien que quelques unités et individus aient accompli un service héroïque. Parmi eux se trouvaient les 500 marins du commodore Joshua Barney et les 120 marines du capitaine Samuel Miller USMC, qui ont infligé la majeure partie des pertes britanniques et ont été la seule résistance américaine efficace pendant la bataille. Une dernière contre-attaque désespérée des Marines, avec des combats rapprochés, n'a cependant pas suffi. Les forces de Barney et Miller ont été dépassées. En tout 114 Marines, 11 ont été tués et 16 blessés. Au cours de la bataille, le bras du capitaine Miller a été grièvement blessé, pour son service vaillant au combat, Miller a été breveté au grade de major USMC. [41]

Après la guerre, le Corps des Marines est tombé dans un malaise qui a pris fin avec la nomination d'Archibald Henderson comme cinquième commandant en 1820. Sous son mandat, le Corps a assumé des fonctions expéditionnaires dans les Caraïbes, le golfe du Mexique, Key West, Afrique de l'Ouest , les îles Falkland et Sumatra. Le commandant Henderson est crédité d'avoir contrecarré les tentatives du président Jackson de combiner et d'intégrer le Corps des Marines à l'armée. [39] Au lieu de cela, le Congrès a adopté la Agir pour une meilleure organisation du corps des marines en 1834, stipulant que le Corps faisait partie du Département de la Marine en tant que service jumeau de la Marine. [42] Ce serait la première de nombreuses fois que l'existence indépendante du Corps a été contestée. [ citation requise ]

Le commandant Henderson s'est porté volontaire pour servir les Marines dans les guerres séminoles de 1835, menant personnellement près de la moitié de l'ensemble du corps (deux bataillons) à la guerre. Une décennie plus tard, lors de la guerre américano-mexicaine (1846-1848), les Marines ont lancé leur célèbre assaut contre le palais de Chapultepec à Mexico, qui sera plus tard célébré sous le nom de « salles de Montezuma » dans l'hymne des Marines. En toute justice pour l'armée américaine, la plupart des troupes qui ont effectué l'assaut final dans les salles de Montezuma étaient des soldats et non des Marines. [43] Les forces américaines étaient dirigées par le général d'armée Winfield Scott. Scott a organisé deux groupes d'assaut d'environ 250 hommes chacun pour un total de 500 hommes dont 40 Marines. [ citation requise ]

Dans les années 1850, les Marines ont servi au Panama et en Asie et ont été attachés à l'escadron des Indes orientales du commodore Matthew Perry lors de son voyage historique en Extrême-Orient. [44]

Guerre civile américaine à la Première Guerre mondiale Modifier

Le Corps des Marines a joué un petit rôle dans la guerre civile (1861-1865), leur tâche la plus importante était le blocus. Alors que de plus en plus d'États se séparaient de l'Union, environ un tiers des officiers du Corps ont quitté les États-Unis pour rejoindre la Confédération et former le Corps des Marines des États confédérés, qui a finalement joué un petit rôle dans la guerre. Le bataillon de recrues formé pour la première bataille de Bull Run a mal performé, se retirant avec le reste des forces de l'Union. [32] Le devoir de blocus comprenait des opérations amphibies basées en mer pour sécuriser les bases avancées. Fin novembre 1861, les Marines et les marins débarquèrent en force de reconnaissance de l'USS Drapeau à Tybee Island, en Géorgie, pour occuper le phare et la tour Martello à l'extrémité nord de l'île. Ce sera plus tard la base militaire pour le bombardement du fort Pulaski. [45] En avril et mai 1862, les Marines de l'Union ont participé à la capture et à l'occupation de la Nouvelle-Orléans et à l'occupation de Baton Rouge, en Louisiane, [46] des événements clés de la guerre qui ont aidé à assurer le contrôle de l'Union sur le bassin inférieur du fleuve Mississippi et la Confédération un port important et une base navale sur la côte du golfe. [ citation requise ]

Le reste du 19ème siècle a été marqué par le déclin de la force et l'introspection sur la mission du Corps des Marines. La transition de la marine de la voile à la vapeur a remis en question le besoin de marines sur les navires de guerre. Pendant ce temps, les Marines ont servi de ressource pratique pour les interventions et les débarquements afin de protéger les intérêts américains à l'étranger. Le Corps a été impliqué dans plus de 28 interventions distinctes au cours des 30 années écoulées entre la fin de la guerre de Sécession et la fin du XIXe siècle. [47] Ils ont été appelés à endiguer les troubles politiques et ouvriers aux États-Unis. [48] ​​Sous le mandat du Commandant Jacob Zeilin, les coutumes et les traditions marines ont pris forme : le Corps a adopté l'emblème du Corps des Marines le 19 novembre 1868. C'est à cette époque que « L'hymne des Marines » a été entendu pour la première fois. Vers 1883, les Marines adoptèrent leur devise actuelle "Semper fidelis" (Toujours fidèle). [39] John Philip Sousa, le musicien et compositeur, s'est enrôlé comme apprenti Marine à l'âge de 13 ans, servant de 1867 à 1872, et de nouveau de 1880 à 1892 en tant que chef de la Marine Band. [ citation requise ]

Pendant la guerre hispano-américaine (1898), les Marines ont mené les forces américaines à terre aux Philippines, à Cuba et à Porto Rico, démontrant leur préparation au déploiement. À Guantánamo Bay, à Cuba, les Marines ont saisi une base navale avancée qui est toujours utilisée aujourd'hui. Entre 1899 et 1916, le Corps a continué son record de participation à des expéditions étrangères, y compris la guerre américano-philippine, la rébellion des Boxers en Chine, au Panama, les pacifications cubaines, l'incident de Perdicaris au Maroc, Veracruz, Saint-Domingue et les guerres de la banane. en Haïti et au Nicaragua [ citation requise ] les expériences acquises dans les opérations de contre-insurrection et de guérilla au cours de cette période ont été consolidées dans le Petit manuel de guerre. [49] [ meilleure source nécessaire ]

Première Guerre mondiale Modifier

Pendant la Première Guerre mondiale, les Marines ont fait partie de l'American Expeditionary Force sous le commandement du général John J. Pershing lorsque l'Amérique est entrée en guerre le 6 avril 1917. Le Marine Corps disposait d'un vaste bassin d'officiers et de sous-officiers ayant une expérience de la bataille et a donc connu une forte expansion. Le Corps des Marines des États-Unis est entré en guerre avec 511 officiers et 13 214 enrôlés et, le 11 novembre 1918, il avait atteint un effectif de 2 400 officiers et 70 000 enrôlés. [50] Les Afro-Américains ont été entièrement exclus du Corps des Marines pendant ce conflit. [51] Opha May Johnson a été la première femme à s'enrôler dans les Marines, elle a rejoint la Réserve du Corps des Marines en 1918 pendant la Première Guerre mondiale, devenant officiellement la première femme Marine. [52] Depuis lors jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale, 305 femmes se sont enrôlées dans le Corps. [53] Pendant la bataille de Belleau Wood en 1918, les Marines et les médias américains ont rapporté que les Allemands les avaient surnommés Teufel Hunden, signifiant "Devil Dogs" pour leur réputation de troupes de choc et de tireurs d'élite à des distances allant jusqu'à 900 mètres, il n'y a aucune preuve de cela dans les archives allemandes (comme Teufelshunde serait l'expression allemande appropriée). Néanmoins, le nom est resté dans la tradition de la marine américaine. [54]

Entre les deux guerres mondiales, le Corps des Marines était dirigé par le commandant John A. Lejeune, et sous sa direction, le corps étudia et développa des techniques amphibies qui seraient d'une grande utilité pendant la Seconde Guerre mondiale. De nombreux officiers, dont le lieutenant-colonel Earl Hancock "Pete" Ellis, prévoyaient une guerre dans le Pacifique avec le Japon et entreprirent les préparatifs d'un tel conflit.Jusqu'en 1941, alors que la perspective d'une guerre grandissait, le Corps a fait pression de toute urgence pour des exercices amphibies conjoints avec l'armée et a acquis du matériel amphibie qui s'avérerait d'une grande utilité dans le conflit à venir. [55]

Seconde Guerre mondiale Modifier

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les Marines ont joué un rôle central dans la guerre du Pacifique, aux côtés de l'armée américaine. Les batailles de Guadalcanal, Bougainville, Tarawa, Guam, Tinian, Cape Gloucester, Saipan, Peleliu, Iwo Jima et Okinawa ont vu des combats acharnés entre les Marines et l'armée impériale japonaise. Quelque 600 000 Américains ont servi dans le Corps des Marines des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. [56]

La bataille d'Iwo Jima, qui a commencé le 19 février 1945, était sans doute l'engagement maritime le plus célèbre de la guerre. Les Japonais avaient appris de leurs défaites lors de la campagne des Mariannes et avaient préparé de nombreuses positions fortifiées sur l'île, notamment des casemates et un réseau de tunnels. Les Japonais opposent une résistance farouche, mais les forces américaines atteignent le sommet du mont Suribachi le 23 février. La mission a été accomplie avec des pertes élevées de 26 000 victimes américaines et 22 000 japonais. [57]

Les Marines ont joué un rôle relativement mineur sur le théâtre européen. Néanmoins, ils ont continué à fournir des détachements de sécurité aux ambassades et aux navires américains, ont fourni du personnel à de petites équipes d'opérations spéciales larguées en Europe occupée par les nazis dans le cadre des missions de l'Office of Strategic Services (OSS, le précurseur de la CIA), et ont agi en tant que personnel. planificateurs et entraîneurs pour les opérations amphibies de l'armée américaine, y compris le débarquement en Normandie. [58] [59] À la fin de la guerre, le Corps était passé de deux brigades à six divisions, cinq escadres aériennes et des troupes de soutien, totalisant environ 485 000 Marines. De plus, 20 bataillons de défense et un bataillon de parachutistes ont été levés. [60] Près de 87 000 Marines ont été blessés pendant la Seconde Guerre mondiale (dont près de 20 000 tués) et 82 ont reçu la Médaille d'honneur. [61]

En 1942, les Navy Seabees ont été créés avec le Corps des Marines assurant leur organisation et leur entraînement militaire. De nombreuses unités Seabee ont reçu la norme USMC et ont été redésignées "Marine". Bien que le Corps leur ait donné leur organisation militaire, leur entraînement militaire, leur a distribué des uniformes et rebaptisé leurs unités, les Seabees sont restés dans la Marine. [note 2] [62] [63] L'historien de l'USMC Gordon L. Rottmann écrit que l'une des "plus grandes contributions de la Marine au Corps des Marines pendant la Seconde Guerre mondiale était la création des Seabees." [64]

Malgré la prédiction du secrétaire à la Marine James Forrestal selon laquelle le hissage du drapeau des Marines à Iwo Jima signifiait « un Corps des Marines pour les cinq cents prochaines années », [65] [66] le Corps a fait face à une crise institutionnelle immédiate après la guerre en raison d'un budget. Les généraux de l'armée poussant pour un établissement de défense renforcé et réorganisé ont tenté d'intégrer la mission et les actifs des Marines dans la marine et l'armée. S'appuyant sur le soutien du Congrès réuni à la hâte et avec l'aide de la soi-disant « Révolte des amiraux », le Corps des Marines a repoussé de tels efforts pour démanteler le Corps, ce qui a entraîné une protection statutaire du Corps des Marines dans le National Security Act de 1947. [67] Peu de temps après, en 1952, la Loi Douglas-Mansfield a accordé au commandant une voix égale avec les chefs d'état-major interarmées sur les questions relatives aux Marines et a établi la structure de trois divisions actives et escadres aériennes qui restent aujourd'hui. [ citation requise ]

Guerre de Corée Modifier

La guerre de Corée (1950-1953) a vu la brigade de marine provisoire formée à la hâte tenir la ligne défensive du périmètre de Pusan. Pour exécuter une manœuvre de flanc, le général Douglas MacArthur a appelé les forces des Nations Unies, y compris les Marines américains, à effectuer un débarquement amphibie à Inchon. Le débarquement réussi a entraîné l'effondrement des lignes nord-coréennes et la poursuite des forces nord-coréennes au nord près de la rivière Yalu jusqu'à l'entrée de la République populaire de Chine dans la guerre. Les troupes chinoises ont encerclé, surpris et dépassé les forces américaines surdimensionnées et en infériorité numérique. Le X Corps de l'armée américaine, qui comprenait la 1re division de marine et la 7e division d'infanterie de l'armée, se sont regroupés et ont infligé de lourdes pertes lors de leur retrait des combats vers la côte, connu sous le nom de bataille du réservoir de Chosin.

Les combats se sont calmés après la bataille du réservoir de Chosin, mais à la fin de mars 1953, le calme relatif de la guerre a été rompu lorsque l'Armée populaire de libération a lancé une offensive massive sur trois avant-postes occupés par le 5e régiment de marine. Ces avant-postes portaient les noms de code « Reno », « Vegas » et « Carson ». La campagne était connue sous le nom de campagne des villes du Nevada. Il y a eu des combats brutaux sur la colline de Reno, qui a finalement été capturée par les Chinois. Bien que Reno ait été perdu, le 5th Marines a tenu Vegas et Carson pendant le reste de la campagne. Au cours de cette seule campagne, les Marines ont subi environ 1 000 pertes et auraient pu souffrir beaucoup plus sans la Task Force Faith de l'armée américaine. Les Marines continueraient une bataille d'usure autour du 38e parallèle jusqu'à l'armistice de 1953. [68] Pendant la guerre, le Corps est passé de 75 000 réguliers à une force de 261 000 Marines, principalement des réservistes, 30 544 Marines ont été tués ou blessés pendant la guerre et 42 ont reçu la Médaille d'honneur. [69]

Guerre du Vietnam Modifier

Le Corps des Marines a servi pendant la guerre du Vietnam, prenant part à des batailles telles que la bataille de Hue et la bataille de Khe Sanh en 1968. Les individus de l'USMC opéraient généralement dans les régions du nord du I Corps du sud du Vietnam. Pendant qu'ils étaient là-bas, ils étaient constamment engagés dans une guerre de guérilla contre le Viet Cong, ainsi qu'une guerre conventionnelle intermittente contre l'armée nord-vietnamienne, ce qui a fait connaître le Corps des Marines dans tout le Vietnam et a acquis une réputation effrayante du Viet Cong. Des parties du Corps étaient responsables du programme d'action combiné moins connu qui mettait en œuvre des techniques non conventionnelles de contre-insurrection et travaillait comme conseillers militaires auprès du Corps des Marines de la République du Vietnam. Les Marines ont été retirés en 1971 et sont revenus brièvement en 1975 pour évacuer Saigon et tenter un sauvetage de l'équipage du SS Mayagüez. [70] Le Vietnam était la guerre la plus longue jusqu'à ce moment-là pour les Marines à sa fin, 13 091 avaient été tués au combat, [71] [72] 51 392 avaient été blessés et 57 médailles d'honneur avaient été décernées. [73] [74] En raison des politiques concernant la rotation, plus de Marines ont été déployés pour le service pendant le Vietnam que la Seconde Guerre mondiale. [75]

Alors qu'il se remettait du Vietnam, le Corps a atteint un point bas préjudiciable dans son histoire de service causé par des punitions des cours martiales et non judiciaires liées en partie à l'augmentation des absences et des désertions non autorisées pendant la guerre. La refonte du Corps a commencé à la fin des années 1970, libérant les plus délinquants, et une fois que la qualité des nouvelles recrues s'est améliorée, le Corps s'est concentré sur la réforme du Corps des sous-officiers, une partie vitale de ses forces. [26]

Intérim : de la guerre du Vietnam à la guerre contre le terrorisme Modifier

Après la guerre du Vietnam, les Marines américains ont repris leur rôle expéditionnaire, participant à l'opération ratée de sauvetage d'otages en Iran en 1980, l'opération Eagle Claw, l'opération Urgent Fury et l'opération Just Cause. Le 23 octobre 1983, la caserne des Marines à Beyrouth a été bombardée, causant les pertes en temps de paix les plus élevées de son histoire (220 Marines et 21 autres militaires ont été tués) et entraînant le retrait américain du Liban. En 1990, les Marines de la Force opérationnelle interarmées Sharp Edge ont sauvé des milliers de vies en évacuant des ressortissants britanniques, français et américains de la violence de la guerre civile libérienne.

Au cours de la guerre du golfe Persique de 1990 à 1991, des groupes de travail maritimes se sont formés pour l'opération Desert Shield et ont ensuite libéré le Koweït, ainsi que les forces de la coalition, dans le cadre de l'opération Desert Storm. [39] Les Marines ont participé à des opérations de combat en Somalie (1992-1995) pendant les opérations Restore Hope, Restore Hope II et United Shield pour fournir une aide humanitaire. [76] En 1997, les Marines ont participé à l'opération Silver Wake, l'évacuation de citoyens américains de l'ambassade des États-Unis à Tirana, en Albanie. [ citation requise ]

Guerre mondiale contre le terrorisme Modifier

À la suite des attentats du 11 septembre 2001, le président George W. Bush a annoncé la guerre mondiale contre le terrorisme. L'objectif déclaré de la guerre mondiale contre le terrorisme est « la défaite d'Al-Qaïda, d'autres groupes terroristes et de toute nation qui soutient ou héberge des terroristes ». [77] Depuis lors, le Corps des Marines, aux côtés des autres services militaires, s'est engagé dans des opérations mondiales dans le monde entier à l'appui de cette mission. [ citation requise ]

Au printemps 2009, l'objectif du président Barack Obama de réduire les dépenses du ministère de la Défense a été dirigé par le secrétaire Robert Gates dans une série de coupes budgétaires qui n'ont pas modifié de manière significative le budget et les programmes du Corps, en coupant uniquement le VH-71 Kestrel et en réinitialisant le VXX. programme. [78] [79] [80] Cependant, la National Commission on Fiscal Responsibility and Reform a pointé du doigt le Corps pour le poids d'une série de coupes recommandées à la fin de 2010. [81] À la lumière de la séquestration du budget en 2013, le général James Amos fixe l'objectif d'une force de 174 000 Marines. [82] Il a témoigné qu'il s'agissait du nombre minimum qui permettrait une réponse efficace même à une seule opération d'urgence, mais cela réduirait le rapport temps de paix entre les bases d'attache et le temps déployé à un niveau historiquement bas. [83]

Campagne d'Afghanistan Modifier

Des Marines et d'autres forces américaines ont commencé à s'installer au Pakistan et en Ouzbékistan à la frontière de l'Afghanistan dès octobre 2001 en préparation de l'opération Enduring Freedom. [84] Les 15e et 26e Marine Expeditionary Units ont été parmi les premières forces conventionnelles en Afghanistan à l'appui de l'opération Enduring Freedom en novembre 2001. [85]

Depuis lors, les bataillons et escadrons de Marines se sont succédé, engageant les forces des talibans et d'Al-Qaïda. Des marines de la 24e unité expéditionnaire de marines ont envahi la ville de Garmsir, détenue par les talibans, le 29 avril 2008, dans la province de Helmand, lors de la première grande opération américaine dans la région depuis des années. [86] En juin 2009, 7 000 Marines avec la 2nd Marine Expeditionary Brigade se sont déployés en Afghanistan dans le but d'améliorer la sécurité [87] et ont commencé l'Opération Strike of the Sword le mois suivant. En février 2010, la 2e brigade expéditionnaire de marines a lancé la plus grande offensive de la campagne afghane depuis 2001, la bataille de Marjah, pour chasser les talibans de leur bastion clé dans la province d'Helmand. [88] Après Marjah, les Marines ont progressé vers le nord jusqu'à la rivière Helmand et ont nettoyé les villes de Kajahki et Sangin. Les Marines sont restés dans la province d'Helmand jusqu'en 2014. [ citation requise ]

Campagne d'Irak Modifier

Les Marines américains ont servi dans la guerre en Irak, avec ses services sœurs. La I Marine Expeditionary Force, ainsi que la 3e division d'infanterie de l'armée américaine, ont dirigé l'opération Iraqi Freedom. [89] Les Marines ont quitté l'Irak à l'été 2003 mais sont revenus au début de 2004. Ils se sont vu confier la responsabilité de la province d'Al Anbar, la grande région désertique à l'ouest de Bagdad. Au cours de cette occupation, les Marines ont mené des assauts sur la ville de Fallujah en avril (Opération Vigilant Resolve) et en novembre 2004 (Opération Phantom Fury) et ont assisté à d'intenses combats dans des endroits tels que Ramadi, Al-Qa'im et Hīt. [90] Leur séjour en Irak a suscité la controverse avec les meurtres de Haditha et l'incident de Hamdania. [91] [92] L'Éveil d'Anbar et la montée subite de 2007 ont réduit les niveaux de violence. Le Corps des Marines a officiellement mis fin à son rôle en Irak le 23 janvier 2010 lorsqu'il a transféré la responsabilité de la province d'Al Anbar à l'armée américaine. [93] Les Marines sont retournés en Irak à l'été 2014 en réponse à la montée de la violence là-bas. [94]

Opérations en Afrique Modifier

Tout au long de la guerre mondiale contre le terrorisme, les Marines américains ont soutenu des opérations en Afrique pour contrer l'extrémisme islamique et la piraterie dans la mer Rouge. Fin 2002, la Force opérationnelle interarmées combinée - Corne de l'Afrique a été constituée au Camp Lemonnier, à Djibouti, pour assurer la sécurité régionale. [95] Malgré le transfert du commandement général à la Marine en 2006, les Marines ont continué à opérer dans la Corne de l'Afrique jusqu'en 2007. [96]

Département de la Marine Modifier

Le ministère de la Marine, dirigé par le secrétaire à la Marine, est un département militaire du ministère de la Défense des États-Unis au niveau du cabinet qui supervise le Corps des Marines et la Marine. L'officier de marine le plus ancien est le commandant (à moins qu'un officier de marine ne soit le président des chefs interarmées ou le vice-président des chefs interarmées), responsable devant le secrétaire de la Marine de l'organisation, du recrutement, de la formation et de l'équipement du Corps des Marines afin que ses forces sont prêtes à être déployées sous le commandement opérationnel des commandants des combattants. Le Corps des Marines est organisé en quatre subdivisions principales : le Quartier général du Corps des Marines (HQMC), les Forces opérationnelles, l'Etablissement de soutien et la Réserve des forces maritimes (MARFORRES ou USMCR). [ citation requise ]

Quartier général du Corps des Marines Modifier

Le quartier général du Corps des Marines (HQMC) se compose du commandant du Corps des Marines, du commandant adjoint du Corps des Marines, du directeur d'état-major du Corps des Marines, de plusieurs commandants adjoints, du sergent-major du Corps des Marines et de divers officiers d'état-major spéciaux et du Corps des Marines. les chefs d'agence qui relèvent directement du commandant ou du commandant adjoint. Le HQMC est soutenu par le quartier général et le bataillon des services, l'USMC, qui fournit un soutien administratif, d'approvisionnement, de logistique, de formation et de services au commandant et à son personnel. [ citation requise ]

Forces opérationnelles Modifier

Les forces opérationnelles sont divisées en trois catégories : les forces du corps des marines (MARFOR) affectées aux commandements unifiés des combattants, à savoir les forces de sécurité des forces marines de la flotte (FMF) gardant les installations navales à haut risque et les détachements de gardes de sécurité dans les ambassades américaines. En vertu du mémo "Forces for Unified Commands", conformément au plan de commandement unifié, les forces du corps des marines sont affectées à chacun des commandements des combattants à la discrétion du secrétaire à la défense. Depuis 1991, le Marine Corps a maintenu des quartiers généraux de composant à chacun des commandements de combat unifiés régionaux. [97]

Les forces du Corps des Marines sont divisées en commandement des forces (MARFORCOM) et en commandement du Pacifique (MARFORPAC), chacun dirigé par un lieutenant-général à double poste en tant que commandant général de la FMF Atlantique (FMFLANT) ou de la FMF Pacifique (FMFPAC), respectivement. MARFORCOM/FMFLANT a le contrôle opérationnel de la II Marine Expeditionary Force MARFORPAC/FMFPAC a le contrôle opérationnel de la I Marine Expeditionary Force et de la III Marine Expeditionary Force. [32]

Groupe de travail air-sol marin Modifier

Le cadre de base pour les unités marines déployables est le Marine Air-Ground Task Force (MAGTF), une structure flexible de taille variable. Une MAGTF intègre un élément de combat au sol (GCE), un élément de combat aérien (ACE) et un élément de combat logistique (LCE) sous un élément de commandement commun (CE), capable de fonctionner indépendamment ou dans le cadre d'une coalition plus large. La structure de la MAGTF reflète une forte préférence du Corps pour l'autosuffisance et un engagement envers les armes combinées, deux atouts essentiels pour une force expéditionnaire. Le Corps des Marines se méfie et se méfie de la dépendance à l'égard de ses services sœurs et des opérations conjointes en général. [26]

Établissement de soutien Modifier

Bases et stations du Corps des Marines Modifier

Le Corps des Marines exploite de nombreuses bases importantes, dont 14 hébergent des forces opérationnelles, plusieurs installations de soutien et de formation, ainsi que des installations satellites. [98] Les bases du Corps des Marines sont concentrées autour des emplacements des Forces expéditionnaires des Marines, bien que des unités de réserve soient dispersées à travers les États-Unis. Les principales bases sont Camp Pendleton sur la côte ouest, qui abrite le I Marine Expeditionary Force Camp Lejeune sur la côte est, qui abrite le II Marine Expeditionary Force et le Camp Butler à Okinawa, au Japon, qui abrite le III Marine Expeditionary Force. [ citation requise ]

Les autres bases importantes comprennent les stations aériennes, les dépôts de recrutement, les bases logistiques et les commandes d'entraînement. Le Marine Corps Air Ground Combat Center Twentynine Palms en Californie est la plus grande base du Corps des Marines et abrite l'entraînement interarmes et au tir réel le plus complexe du Corps. La base du Corps des Marines de Quantico, en Virginie, abrite le Commandement du développement du combat du Corps des Marines et est surnommée le "Carrefour du Corps des Marines". [99] [100] Le Marine Corps maintient une présence significative dans la région de la capitale nationale, avec des quartiers généraux du Marine Corps dispersés entre le Pentagone, Henderson Hall, Washington Navy Yard et Marine Barracks, Washington, DC De plus, les Marines opèrent des détachements dans de nombreuses installations appartenant à d'autres branches pour mieux partager les ressources, comme les écoles spécialisées. Les Marines sont également présents et exploitent de nombreuses bases avancées lors d'opérations expéditionnaires. [ citation requise ]

Réserve des Forces maritimes Modifier

La réserve des forces maritimes (MARFORRES/USMCRR) se compose du groupe du quartier général de la force, de la 4e division maritime, de la 4e escadre d'avions marins et du 4e groupe logistique maritime. Les MARFORRES/USMCR sont capables de former une 4e Marine Expeditionary Force ou de renforcer/augmenter les forces d'active. [ citation requise ]

Le Marine Corps Forces Special Operations Command (MARSOC) comprend le Marine Raider Regiment, le Marine Raider Support Group et le Marine Raider Training Center (MRTC). Le Raider Regiment et le Raider Support Group se composent d'une compagnie de quartier général et de trois bataillons d'opérations. Le MRTC assure les fonctions de sélection, d'évaluation, de sélection, de formation et de développement pour les unités MARSOC. Les forces capables d'opérations spéciales du Corps des Marines comprennent : les compagnies de liaison avec les tirs d'artillerie navale, la force de réaction aux incidents chimiques et biologiques, les bataillons de reconnaissance de la division marine, les compagnies de reconnaissance de la force, la force maritime spéciale et les équipes de réaction spéciales. De plus, toutes les MEU déployées sont certifiées « Capable d'opérations spéciales », à savoir. "MEU(SOC)", cependant les forces capables d'opérations spéciales ne sont pas considérées comme des forces d'opérations spéciales. [ citation requise ]

Bien que la notion d'une contribution des forces d'opérations spéciales de la Marine au Commandement des opérations spéciales des États-Unis (USSOCOM) ait été envisagée dès la fondation de l'USSOCOM dans les années 1980, le Corps des Marines s'y est opposé. Le commandant Paul X. Kelley a exprimé la conviction que les Marines ne devraient soutenir que les Marines et que le Corps ne devrait pas financer une capacité d'opérations spéciales qui ne soutiendrait pas directement les opérations des Marines.[101] Cependant, une grande partie de la résistance au sein du Corps s'est dissipée lorsque les chefs des Marines ont regardé les 15e et 26e MEU (SOC) du Corps « rester sur la touche » pendant les toutes premières étapes de l'opération Enduring Freedom tandis que d'autres unités conventionnelles et spéciales unités opérationnelles de l'armée, de la marine et de l'armée de l'air activement engagées dans des opérations en Afghanistan. [102] Après une période de développement de trois ans, le Corps a accepté en 2006 de fournir une unité de 2 500 hommes, le Marine Forces Special Operations Command, qui relèverait directement de l'USSOCOM. [103]

Direction Modifier

Le commandant du Corps des Marines est l'officier le plus haut gradé du Corps des Marines, à moins qu'un Marine ne soit le président ou le vice-président des chefs d'état-major interarmées. Le commandant a la responsabilité du titre 10 du code américain de doter, former et équiper le Corps des Marines et n'a aucune autorité de commandement. Le commandant est membre des chefs d'état-major interarmées et relève du secrétaire à la Marine. [104]

Le commandant adjoint du Corps des Marines agit en tant qu'adjoint en chef du commandant. Le sergent-major du Corps des Marines est le plus âgé des Marines enrôlés et agit en tant que conseiller du commandant. Le quartier général du Corps des Marines comprend le reste des avocats et du personnel du commandant, avec des commandants adjoints qui supervisent divers aspects des actifs et des capacités du corps. Le commandant actuel et 38e est David Berger, qui a pris ses fonctions le 11 juillet 2019. [105] [106] Le 35e et actuel commandant adjoint est Gary L. Thomas, tandis que le 19e et actuel sergent-major est Troy E. Black. [ citation requise ]

Femmes Modifier

Les femmes ont servi dans le Corps des Marines des États-Unis depuis 1918. [107] La ​​première femme à s'être enrôlée était Opha May Johnson (1878-1955). [108] [109] En janvier 2017, trois femmes ont rejoint un bataillon d'infanterie à Camp Lejeune. Les femmes n'avaient pas servi dans l'infanterie de marine avant cela. [110] En 2017, les Marines ont publié pour la première fois une annonce de recrutement axée sur les femmes. [111] En octobre 2019 [mise à jour] , les femmes Marines représentaient 7,8% de la force. [ citation requise ]

En décembre 2020, le Marine Corps a lancé un programme d'essai pour intégrer des femmes dans les entreprises de formation de leur dépôt de recrutement à San Diego, le Congrès ayant mandaté la fin du programme réservé aux hommes. Pour les 60 recrues féminines, qui devraient commencer à s'entraîner à San Diego en février 2021, le Corps transférera des instructeurs féminins de leur dépôt de recrues à Parris Island, qui a déjà un programme mixte. [112] 53 de ces recrues sont diplômées avec succès du camp d'entraînement en avril 2021 et deviennent des Marines. [113] [114]

Structure de classement Modifier

Comme dans le reste des forces armées des États-Unis (à l'exception de l'Air Force et de la Space Force, qui ne nomment pas actuellement d'adjudants), les grades du Corps des Marines se répartissent en trois catégories : officier commissionné, adjudant et enrôlé, par ordre décroissant. d'autorité. Pour standardiser la rémunération, chaque rang se voit attribuer une note de rémunération. [115]

Officiers commissionnés Modifier

Les officiers commissionnés se distinguent des autres officiers par leur commission, qui est l'autorité écrite officielle, délivrée au nom du président des États-Unis, qui confère le grade et l'autorité d'un officier de marine. Les officiers commissionnés portent la "confiance spéciale et la confiance" du président des États-Unis. [18] Les officiers commissionnés du Corps des Marines sont promus sur la base d'un système "up or out" conformément à la loi de 1980 sur la gestion du personnel des officiers de défense. [ citation requise ]

DoD américain
niveau de rémunération
O-1 O-2 O-3 O-4 O-5 O-6 O-7 O-8 O-9 O-10
code OTAN OF-1 OF-2 OF-3 OF-4 OF-5 OF-6 OF-7 DE-8 DE-9
Insigne
Insigne d'uniforme de service
Titre Sous lieutenant Premier lieutenant Capitaine Majeur Lieutenant colonel Colonel Brigadier général Major général Lieutenant général Général
Abréviation 2ndLt 1er lieutenant Capitaine Maj Lieutenant-colonel Col Bgén GénMaj LtGen Génération

Adjudants Modifier

Les adjudants sont principalement d'anciens experts enrôlés dans un domaine spécialisé spécifique et n'assurent généralement le leadership que dans cette spécialité.

Niveau de rémunération du DoD américain W-1 W-2 W-3 W-4 W-5 Artilleur marin
Insigne
code OTAN WO-1 WO-2 WO-3 WO-4 WO-5
Insigne
Titre Adjudant 1 Adjudant-chef 2 Adjudant-chef 3 Adjudant-chef 4 Adjudant-chef 5
Abréviation WO Adjuc2 Adjuc3 Adjuc4 Adjuc5

Enrôlé Modifier

Les Marines enrôlés dans les grades de rémunération E-1 à E-3 constituent la majeure partie des rangs du Corps. Bien qu'ils ne détiennent techniquement pas de grades de leadership, la philosophie du Corps met l'accent sur le leadership parmi tous les Marines, et les Marines juniors se voient souvent attribuer des responsabilités normalement réservées aux supérieurs. Ceux dans les grades de rémunération E-4 et E-5 sont des sous-officiers (sous-officiers). [116] Ils supervisent principalement les Marines juniors et agissent comme un lien vital avec la structure de commandement supérieure, en veillant à ce que les ordres soient exécutés correctement. Les Marines E-6 et supérieurs sont des sous-officiers d'état-major (SNCO), chargés de superviser les sous-officiers et d'agir en tant que conseillers enrôlés auprès du commandement. [ citation requise ]

Les niveaux E-8 et E-9 ont respectivement deux et trois rangs par niveau de rémunération, chacun avec des responsabilités différentes. Les premiers grades de sergent et de sergent-major sont axés sur le commandement, servant de Marines enrôlés supérieurs dans une unité, chargés d'aider le commandant en matière de discipline, d'administration, de moral et de bien-être de l'unité. Les sergents-chefs et les sergents-chefs d'artillerie assurent le leadership technique en tant que spécialistes professionnels dans leur MOS spécifique. Le sergent-major du Corps des Marines également E-9, est un billet conféré au Marine enrôlé supérieur de l'ensemble du Corps des Marines, personnellement sélectionné par le commandant. Il est possible pour un Marine enrôlé d'occuper un poste supérieur au sergent-major du Corps des Marines, ce qui a été le cas de 2011 à 2015 avec la nomination du sergent-major Bryan B. Battaglia au poste de conseiller principal enrôlé auprès du président, qui est le plus ancien membre enrôlé de l'armée américaine, servant dans les chefs d'état-major interarmées. [ citation requise ]

Niveau de rémunération du DoD américain E-1 E-2 E-3 E-4 E-5 E-6 E-7 E-8 E-9
Code OTAN OU-1 OU-2 OU-3 OU-4 OU-5 OU-6 OU-7 OU-8 OU-9
Robe
Insigne d'uniforme
Pas d'insigne Pas d'insigne
Titre Privé Privé
première classe
Lance
corporel
Corporel Sergent Personnel
sergent
Artillerie
sergent
Maître
sergent
D'abord
sergent
Maître d'artillerie
sergent
Sergent
Majeur
Sergent-major
du Corps des Marines
Conseiller principal enrôlé
au président
Abréviation Pvt PFC LCpl Cpl Sergent SSgt GySgt MSgt 1er Sgt MGySgt SgtMaj SMMC CASE

Spécialité professionnelle militaire Modifier

La spécialité professionnelle militaire (MOS) est un système de classification des emplois. À l'aide d'un code à quatre chiffres, il désigne le domaine et la profession spécifique qu'exerce un Marine. Séparé entre officier et enrôlé, le MOS détermine la dotation en personnel d'une unité. Certains MOS changent avec le rang pour refléter les postes de supervision, d'autres sont secondaires et représentent une affectation temporaire en dehors des fonctions normales ou des compétences spéciales d'un Marine. [ citation requise ]

Formation initiale Modifier

Chaque année, plus de 2 000 nouveaux officiers de marine sont commissionnés et 38 000 recrues sont acceptées et formées. [32] Tous les nouveaux Marines, enrôlés ou officiers, sont recrutés par le Marine Corps Recruiting Command. [117]

Les officiers commissionnés sont commissionnés principalement par l'une des trois sources suivantes : le Naval Reserve Officer Training Corps, l'Officier Candidates School ou l'United States Naval Academy. Après la mise en service, tous les officiers de marine, indépendamment de la voie d'accession ou des exigences de formation complémentaire, fréquentent l'école de base à la base du Corps des Marines de Quantico. À l'école de base, les sous-lieutenants, les adjudants et certains officiers étrangers apprennent l'art de l'infanterie et de la guerre interarmes. [18]

Les Marines enrôlés assister à la formation des recrues, connu sous le nom camp d'entraînement, au Marine Corps Recruit Depot San Diego ou au Marine Corps Recruit Depot Parris Island. Historiquement, le fleuve Mississippi servait de ligne de démarcation qui délimitait qui serait formé là où, alors que plus récemment, un système de district a assuré une répartition plus égale des recrues masculines entre les deux installations. Toutes les recrues doivent passer un test de condition physique pour commencer à s'entraîner. Ceux qui échouent recevront une attention et une formation individualisées jusqu'à ce que les normes minimales soient atteintes. La formation des recrues marines est la plus longue parmi les services militaires américains, elle dure 13 semaines, y compris le traitement et le traitement. [118]

Après la formation des recrues, les Marines enrôlés fréquentent ensuite l'École d'infanterie au Camp Geiger ou au Camp Pendleton. Les fantassins de marine commencent leur entraînement au combat, dont la durée varie, immédiatement avec le bataillon d'entraînement d'infanterie. Les Marines de tous les autres MOS s'entraînent pendant 29 jours à l'entraînement au combat maritime, apprenant des compétences d'infanterie communes, avant de continuer vers leurs écoles MOS, dont la durée varie. [119]

Le Corps des Marines possède les uniformes les plus stables et les plus reconnaissables de l'armée américaine, le Dress Blues remonte au début du XIXe siècle [32] et l'uniforme de service au début du XXe siècle. Seule une poignée de compétences (parachutiste, équipage aérien, neutralisation des explosifs et munitions, etc.) justifient des insignes distinctifs, et les insignes de grade ne sont pas portés sur les couvre-chefs uniformes (à l'exception de la couverture de service de garnison d'un officier). Alors que d'autres militaires s'identifient généralement à un sous-groupe autant ou plus qu'à leur service (Ranger, sous-marinier, équipage, etc.), les uniformes des Marines ne reflètent pas une telle division. [ citation requise ]

Les Marines ont quatre uniformes principaux : la tenue vestimentaire, le service, l'utilitaire et l'entraînement physique. Ces uniformes ont quelques variations mineures mais très distinctes du personnel enrôlé aux officiers et sous-officiers. Le Corps des Marines uniforme vestimentaire est le plus élaboré, porté pour des occasions formelles ou cérémonielles. Il existe quatre formes différentes de l'uniforme. Les variantes des uniformes sont appelées "Alphas", "Bravos", "Charlies" ou "Deltas". Les plus courants étant les « Blue Dress Alphas ou Bravos », appelés « Dress Blues » ou simplement « Blues ». Il est le plus souvent vu dans les annonces de recrutement et équivaut à une cravate noire. Il existe une robe "bleu-blanc" pour l'été et une robe de soirée pour les occasions formelles (cravate blanche). Les versions avec une chemise kaki au lieu du manteau (Blue Dress Charlie/Delta) sont portées comme uniforme de travail quotidien par les recruteurs de la Marine et le personnel du NROTC. [120]

Les uniforme de service était autrefois la tenue de travail quotidienne prescrite en garnison, mais elle a été largement remplacée dans ce rôle par l'uniforme utilitaire. Constitué de couleurs vert olive et kaki, il est communément appelé « Verts ». Il est à peu près équivalent en fonction et en composition à un costume d'affaires. [120] [ vérification échouée ]

Les uniforme utilitaire, actuellement l'uniforme utilitaire de combat du Corps des Marines, est un uniforme de camouflage destiné à être porté sur le terrain ou pour le sale boulot en garnison, bien qu'il ait été normalisé pour le service régulier. Il est rendu en camouflage pixelisé MARPAT qui brise la forme du porteur. En garnison, les uniformes des bois et du désert sont portés en fonction du lieu d'affectation du Marine. [121] [ meilleure source nécessaire ] Les Marines considèrent les services publics comme un uniforme de travail et ne permettent pas leur port en dehors de la base, sauf en transit vers et depuis leur lieu de service et en cas d'urgence. [120]

Traditions et coutumes officielles Modifier

Comme dans toute organisation militaire, les traditions officielles et officieuses du Corps des Marines servent à renforcer la camaraderie et à distinguer le service des autres. L'adhésion du Corps à sa riche culture et à son histoire est citée comme une raison de sa haute esprit de corps. [18] Une partie importante de la culture du Corps des Marines est la terminologie navale maritime traditionnelle dérivée de son histoire avec la Marine. Les Marines ne sont pas des "soldats" ou des "marins". [122]

Les Emblème du Corps des Marines est l'Aigle, le Globe et l'Ancre, parfois abrégé "EGA", adopté en 1868. [123] Le sceau du Corps des Marines comprend l'emblème, se trouve également sur le drapeau du Corps des Marines des États-Unis et établit l'écarlate et l'or comme couleurs officielles. [124] La devise de la Marine Semper Fidelis moyens Toujours fidèle en latin, apparaissant souvent comme Semper Fi. Les Hymne des Marines remonte au 19ème siècle et est la plus ancienne chanson officielle des forces armées des États-Unis. Semper Fi est aussi le nom de la marche officielle du Corps, composée par John Philip Sousa. Les devises "Fortitudine" (Avec courage) Par mer et par terre, une traduction des Royal Marines' Par jument, par terram et Aux rivages de Tripoli ont été utilisés jusqu'en 1868. [125]

Deux styles d'épées sont portés par les Marines : l'épée mamelouk des officiers, semblable au shamshir persan présenté au lieutenant Presley O'Bannon après la bataille de Derna, et l'épée des sous-officiers des Marines. [32] L'anniversaire du Corps des Marines est célébré chaque année le 10 novembre lors d'une cérémonie de coupe de gâteau où la première tranche de gâteau est donnée au plus ancien des Marines présents, qui à son tour la remet au plus jeune des Marines présents. La célébration comprend une lecture du message d'anniversaire du commandant Lejeune. [126] Close Order Drill est fortement souligné au début de la formation initiale d'un Marine, incorporé dans la plupart des événements officiels, et est utilisé pour enseigner la discipline en inculquant des habitudes de précision et de réponse automatique aux ordres, augmente la confiance des officiers subalternes et des sous-officiers grâce à l'exercice du commandement et donner aux Marines la possibilité de manipuler des armes individuelles. [127]

Traditions et coutumes non officielles Modifier

Les Marines ont plusieurs surnoms génériques :

  • Chien du diable : Les soldats allemands pendant la Première Guerre mondiale ont déclaré qu'à Belleau Wood, les Marines étaient si vicieux que les fantassins allemands les appelaient Teufel Hunden – « chien du diable ». [128][129][130][131]
  • Gyrène : couramment utilisé entre collègues Marines. [132]
  • Collier en cuir : fait référence à un collier en cuir qui faisait autrefois partie de l'uniforme des Marines pendant la période de la guerre d'Indépendance. [133]
  • Jarhead a plusieurs explications souvent contestées. [134]

Certaines autres traditions non officielles incluent des devises et des exclamations :

  • Oora est commun chez les Marines, étant similaire dans la fonction et le but aux hooah de l'armée et de l'Air Force et aux cris hooah de la Marine. De nombreuses étymologies possibles ont été proposées pour le terme. [135]
  • Semper Fi est une salutation courante parmi les Marines en service et les vétérans.
  • Improviser, s'adapter et se surpasser est devenu un mantra adopté dans de nombreuses unités. [136]

Les Marines ont historiquement eu des problèmes avec l'extrémisme dans leurs rangs, en particulier la suprématie blanche. En 1976, le chapitre Camp Pendleton du Ku Klux Klan comptait plus de 100 membres et était dirigé par un Marine en service actif. En 1986, un certain nombre de Marines ont été impliqués dans le vol d'armes pour le White Patriot Party. L'USMC et le reste de l'armée ont depuis fait un effort sérieux pour lutter contre l'extrémisme dans les rangs. [137]

Marines vétérans Modifier

Le Corps encourage l'idée que "Marine" est un titre mérité, et la plupart du personnel du Corps des Marines prend à cœur l'expression "Une fois un Marine, Toujours un Marine". Ils rejettent le terme "ex-Marine" dans la plupart des circonstances. Il n'y a pas de réglementation concernant l'adresse des personnes qui ont quitté le service actif, de sorte qu'un certain nombre de termes usuels sont devenus d'usage courant. [67]

Un Marine libéré honorablement peut être appelé « Marine » ou « Vétéran du Corps des Marines ». Il est inapproprié de décrire ce personnel comme « anciens Marines » ou « ex-Marines ». Le terme « marine à la retraite » est généralement réservé à ceux qui ont officiellement pris leur retraite après 20 ans ou plus de service, ou à ceux qui ont été médicalement retraités. Selon l'une des "lettres blanches du commandant" du commandant Alfred M. Gray, Jr., il est approprié de faire référence à un marine par son dernier grade gagné. [138]

Programme d'arts martiaux Modifier

En 2001, le Marine Corps a lancé un programme d'arts martiaux conçu en interne, appelé Marine Corps Martial Arts Program (MCMAP). En raison de l'attente que les missions de maintien de la paix urbaines et de type policier deviendraient plus courantes au 21e siècle, mettant les Marines en contact encore plus étroit avec des civils non armés, MCMAP a été mis en œuvre pour fournir aux Marines un ensemble plus large et plus polyvalent de moins que létal options pour contrôler des individus hostiles et non armés. C'est un objectif déclaré du programme d'inculquer et de maintenir le "Warrior Ethos" au sein des Marines. [139] Le MCMAP est un mélange éclectique de différents styles d'arts martiaux fusionnés. MCMAP se compose de coups de poing et de pied du Taekwondo et du Karaté, du transfert de poids de l'adversaire du Jujitsu, du grappling au sol impliquant des techniques de verrouillage des articulations et des étranglements du jiu-jitsu brésilien, et un mélange de combats au couteau et au bâton/bâton dérivés d'Eskrima, et des coups de coude et des coups de pied. boxe du Muay Thai. Les Marines commencent la formation MCMAP dans un camp d'entraînement, où ils obtiendront la première des cinq ceintures disponibles. Les ceintures commencent au bronzage et évoluent vers le noir et sont portées avec des uniformes utilitaires standard. [140]

En 2013, le carabinier d'infanterie typique transporte un équipement d'une valeur de 14 000 $ (à l'exclusion des lunettes de vision nocturne), contre 2 500 $ une décennie plus tôt. Le nombre de pièces d'équipement (de la radio aux camions) dans un bataillon d'infanterie typique a également augmenté, passant de 3 400 pièces d'équipement en 2001 à 8 500 en 2013. [141]

Armes d'infanterie Modifier

L'arme de base de l'infanterie du Corps des Marines est le fusil de service M16A4. La plupart des Marines non fantassins ont été équipés du M4 Carbine [142] et du Colt 9mm SMG. [143] L'arme latérale standard est le pistolet M9A1. Le Colt M1911 est également remis en service en tant que pistolet de combat rapproché M45A1 (CQBP) en petit nombre. Le tir de suppression est assuré par les mitrailleuses M27 IAR, M249 SAW et M240, respectivement au niveau de l'escouade et de la compagnie. En 2018, le M27 IAR a été sélectionné pour être le fusil standard du Corps. [ citation requise ]

Le tir indirect est assuré par le lance-grenades M203 et le lance-grenades M32 dans les escouades, le mortier M224 de 60 mm dans les compagnies et le mortier M252 de 81 mm dans les bataillons. La mitrailleuse lourde de calibre M2 .50 et le lance-grenades automatique MK19 (40 mm) sont disponibles pour une utilisation par l'infanterie débarquée, bien qu'ils soient le plus souvent montés sur véhicule. La puissance de feu de précision est fournie par la série M40 et le Barrett M107, tandis que les tireurs désignés utilisent le DMR (remplacé par le M39 EMR) et le SAM-R. [144]

Le Corps des Marines utilise une variété de roquettes et de missiles à tir direct pour fournir à l'infanterie une capacité anti-blindage offensive et défensive. Le SMAW et l'AT4 sont des roquettes non guidées qui peuvent détruire le blindage et les défenses fixes (par exemple, les bunkers) à des distances allant jusqu'à 500 mètres. Le M72 LAW, plus petit et plus léger, peut détruire des cibles à des distances allant jusqu'à 200 mètres. [145] [146] Le Predator SRAW, le FGM-148 Javelin et le BGM-71 TOW sont des missiles guidés antichars. Le Javelin peut utiliser des profils d'attaque par le haut pour éviter une armure frontale lourde. Le Predator est une arme de tir et d'oubli à courte portée, le Javelin et le TOW sont des missiles plus lourds efficaces au-delà de 2 000 mètres qui donnent à l'infanterie une capacité offensive contre les blindés. [147]

Véhicules terrestres Modifier

Le Corps exploite le même HMMWV que l'Armée, qui est en train d'être remplacé par le Joint Light Tactical Vehicle (JLTV). Cependant, pour ses besoins spécifiques, le Corps utilise un certain nombre de véhicules uniques. Le LAV-25 est un véhicule de transport de troupes blindé à roues dédié, semblable au véhicule Stryker de l'Armée de terre, utilisé pour assurer la mobilité stratégique. [148] La capacité amphibie est fournie par le véhicule amphibie d'assaut AAV-7A1, un véhicule blindé à chenilles qui sert également de transport de troupes blindé, devant être remplacé par le véhicule de combat amphibie, un véhicule plus rapide doté d'un blindage et d'un armement supérieurs. La menace des mines terrestres et des engins explosifs improvisés en Irak et en Afghanistan a poussé le Corps à acheter des véhicules blindés lourds qui peuvent mieux résister aux effets de ces armes dans le cadre du programme de véhicules protégés contre les embuscades résistantes aux mines. [149] [150]

Les Marines exploitent l'obusier M777 de 155 mm, y compris le High Mobility Artillery Rocket System (HIMARS), un système d'artillerie-roquettes monté sur camion. Les deux sont capables de tirer des munitions guidées. [151] En 2020, le Marine Corps a retiré ses chars M1A1 Abrams et éliminé toutes ses unités de chars. Le général David Berger a expliqué la décision décrivant le système d'armes marines de longue date comme "opérationnellement inadapté à nos défis les plus prioritaires". Le mouvement laisse l'armée comme le seul opérateur de chars américains. [152]

Avion Modifier

La capacité organique de l'aviation du Corps des Marines est essentielle à sa mission amphibie. Le Corps exploite des aéronefs à voilure tournante et à voilure fixe principalement pour fournir un soutien d'assaut et un soutien aérien rapproché à ses forces terrestres. D'autres types d'avions sont utilisés dans une variété de rôles de soutien et à des fins spéciales. Les capacités de transport léger et d'attaque sont fournies par le Bell UH-1Y Venom et le Bell AH-1Z Viper. [153] Les escadrons de transport moyen utilisent le tiltrotor MV-22 Osprey. Les escadrons de transport lourd sont équipés de l'hélicoptère CH-53E Super Stallion, qui est remplacé par le CH-53K amélioré. [154]

Les escadrons d'attaque des Marines pilotent l'AV-8B Harrier II tandis que la mission de chasse/attaque est assurée par les versions monoplace et biplace de l'avion de chasse d'attaque F/A-18 Hornet. L'AV-8B est un avion V/STOL qui peut opérer à partir de navires d'assaut amphibies, de bases aériennes terrestres et de courts aérodromes expéditionnaires, tandis que le F/A-18 ne peut être piloté qu'à partir de porte-avions ou de porte-avions. Les deux devraient être remplacés par 340 versions STOVL B du F-35 Lightning II [155] et 80 versions du porte-avions F-35C pour un déploiement avec des ailes aériennes de porte-avions de la Marine. [156] [157] [158] [159]

Le Corps exploite ses propres moyens de ravitaillement en vol organique sous la forme du KC-130 Hercules, mais il reçoit également une grande quantité de soutien de l'US Air Force. Le Hercules sert également d'avion de ravitaillement au sol et de transport aérien tactique. L'avion de guerre électronique de l'USMC, l'EA-6B, a été retiré en 2019. Les Marines exploitent des véhicules aériens sans pilote : le RQ-7 Shadow et le Scan Eagle pour la reconnaissance tactique. [160] [161]

Marine Fighter Training Squadron 401 (VMFT-401), exploite des avions F-5E, F-5F et F-5N Tiger II à l'appui de la formation de l'adversaire de combat aérien (agresseur). Marine Helicopter Squadron One (HMX-1) exploite les hélicoptères VH-3D Sea King et VH-60N Whitehawk dans le rôle de transport VIP, notamment Marine One, mais doit être remplacé. [ citation requise ] Un seul avion Hercules C-130 du Corps des Marines, "Fat Albert", est utilisé pour soutenir l'équipe de démonstration en vol de l'US Navy, les "Blue Angels". [162]

En général, le Marine Corps partage de nombreuses ressources avec les autres branches des forces armées des États-Unis. Cependant, le Corps a toujours cherché à maintenir sa propre identité en ce qui concerne la mission, le financement et les actifs, tout en utilisant le soutien disponible des plus grandes branches. Alors que le Corps des Marines a beaucoup moins d'installations aux États-Unis et dans le monde que les autres branches, de nombreux postes de l'armée, stations navales et bases de l'armée de l'air ont une présence marine. Ils s'entraînent également avec d'autres pays. [ citation requise ]

Marine des États-Unis Modifier

L'homologue du Corps des Marines relevant du Département de la Marine est la Marine des États-Unis. En conséquence, la Marine et le Corps des Marines entretiennent des relations étroites, plus qu'avec les autres branches de l'armée. Les livres blancs et la littérature promotionnelle ont couramment utilisé l'expression « Navy-Marine Corps Team », [163] [164] ou se réfèrent à « le service naval ». Le chef des opérations navales (CNO) et le commandant du Corps des Marines relèvent tous deux directement du secrétaire de la Marine.

Sur le plan opérationnel, le Marine Corps fournit les Fleet Marine Forces pour le service avec les flottes de la Marine, y compris les unités expéditionnaires des Marines déployées à l'avant embarquées à bord des navires de guerre amphibies de la Marine. Le Corps contribue également à certains actifs de chasse/attaque à voilure fixe de l'aviation maritime (escadrons d'aéronefs et unités d'augmentation de la maintenance des aéronefs connexes) dans le cadre des Carrier Air Wings déployés à bord des porte-avions. Le Marine Corps Security Force Regiment fournit des bataillons de sécurité basés sur l'infanterie et des entreprises de l'équipe de sécurité antiterroriste de la flotte pour garder et défendre les bases de la Marine hautement prioritaires et à l'étranger. La sécurité pour la retraite présidentielle située à bord de la base navale américaine de Thurmont, à savoir, Camp-David est fourni par le bataillon d'infanterie de marine stationné dans le cadre de la garnison à bord de Marine Barracks Washington.

La coopération entre les deux services comprend la formation et l'instruction de certains futurs officiers du Corps des Marines (la plupart sont formés et commandés par l'OCS du Corps des Marines), tous les aviateurs navals du Corps des Marines (pilotes d'avions) et les officiers de vol de la Marine (officiers des systèmes d'armes et de capteurs aéroportés), et du personnel enrôlé de la Marine et du Corps des Marines. Le Corps reçoit une partie importante de ses officiers de la United States Naval Academy (USNA) et du Naval Reserve Officers Training Corps (NROTC). Le personnel et le corps professoral de l'USNA et du NROTC comprennent des instructeurs du Corps des Marines. Les aviateurs et officiers de vol du Corps des Marines sont formés dans le Naval Air Training Command (NATRACOM) et sont désignés, ou ailé en tant qu'Aviateurs de la Marine ou Officiers de Vol de la Marine. Le Marine Corps fournit des instructeurs de vol au Naval Air Training Command ainsi que des instructeurs de forage à l'École des aspirants-officiers de la Marine. De nombreux Marines enrôlés, en particulier ceux dans les spécialités de maintenance aéronautique, sont formés dans des centres de formation technique de la Marine. Le Corps des Marines fournit également un soutien à la formation au combat au sol à divers membres du personnel médical, des unités et des commandes de la Marine sur le terrain (Hospital Corpsmen), de la Naval Construction Force (Seabee) et de la Navy Expeditionary Warfare.

L'entraînement côte à côte est considéré comme essentiel, car la Marine fournit un soutien en matière de transport, de logistique et de combat pour mettre les unités de la Marine au combat, telles que les navires de prépositionnement maritime et l'appui-feu naval. La plupart des actifs de l'aviation marine proviennent en fin de compte de la Marine, en ce qui concerne l'acquisition, le financement et les tests, et les porte-avions de la Marine se déploient généralement avec un escadron de la Marine aux côtés des escadrons de la Marine. Les Marines ne recrutent ni ne forment des non-combattants tels que des aumôniers ou du personnel médical/dentaire. Le personnel naval remplit ces rôles. Certains de ces marins, en particulier les hommes du corps hospitalier et les spécialistes des programmes religieux, portent généralement des uniformes de marine arborant des insignes de la marine. A l'inverse, le Corps des Marines est chargé de mener des opérations terrestres pour soutenir les campagnes navales, y compris la saisie de bases navales. Les deux services gèrent conjointement une équipe de sécurité réseau.

Les marines et les marins partagent de nombreuses traditions navales, en particulier la terminologie et les coutumes. Les récipiendaires de la Médaille d'honneur du Corps des Marines portent la variante Marine de cette récompense et d'autres [23] et, à quelques exceptions près, les récompenses et les insignes de la Marine et du Corps des Marines sont identiques. Une grande partie des tests pour les nouveaux avions du Corps des Marines est effectuée à la base aéronavale de Patuxent River. L'équipe de démonstration en vol des Blue Angels de la Marine est composée à la fois d'officiers de la Marine et des Marines et d'hommes enrôlés. [23]

En 2007, le Corps des Marines s'est associé à la Marine et à la Garde côtière pour adopter une nouvelle stratégie maritime appelée Une stratégie coopérative pour la puissance maritime du 21e siècle qui élève la notion de prévention de la guerre au même niveau philosophique que la conduite de la guerre. [165] Cette nouvelle stratégie trace une voie pour que la Marine, la Garde côtière et le Corps des Marines travaillent ensemble avec les autres et les partenaires internationaux pour empêcher les crises régionales, d'origine humaine ou naturelle, de se produire ou de réagir rapidement le cas échéant pour éviter les impacts négatifs aux États Unis.

Armée des États-Unis Modifier

Les capacités de combat du Corps des Marines se chevauchent avec celles de l'armée des États-Unis, cette dernière ayant historiquement considéré le Corps comme empiétant sur les capacités de l'armée et rivalisant pour le financement, les missions et la renommée. L'attitude remonte à la fondation des Continental Marines, lorsque le général George Washington a refusé que les premiers bataillons de Marines soient tirés parmi son armée continentale. Plus important encore, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les efforts de l'armée pour restructurer l'establishment de la défense américaine comprenaient la dissolution du Corps et le regroupement de ses capacités dans les autres services. À la tête de ce mouvement se trouvaient des officiers de l'armée aussi éminents que le général Dwight D. Eisenhower et le chef d'état-major de l'armée George C. Marshall. [67] Néanmoins, pendant la guerre de Corée, les Marines ont reçu l'admiration d'officiers de l'armée tels que le général Douglas MacArthur et le major-général Frank E. Lowe. Plus récemment, alors que la plupart des années 2000 ont été consacrées à des opérations en Afghanistan et en Irak, le secrétaire à la Défense Robert Gates s'est dit préoccupé par le fait que les Marines deviennent une « deuxième armée ». [30]

Du point de vue de la doctrine, l'objectif du Corps des Marines est d'être expéditionnaire et indépendant, et met l'accent sur la mobilité amphibie et les armes combinées, ce qui en fait une force beaucoup plus légère que de nombreuses unités de l'armée. Cependant, l'armée maintient des armes de combat beaucoup plus grandes et diversifiées (infanterie, blindés, artillerie, opérations spéciales), des transports terrestres et de la logistique, tandis que les Marines disposent d'une arme aérienne plus diversifiée (qui constitue un pourcentage plus important des forces) et est généralement organique. au MAGTF. Les Marines fonctionnent comme des unités expéditionnaires et sont complètement amphibies. Le corps des Marines se concentre sur les unités d'infanterie standardisées avec les autres armes dans des rôles de soutien, comme le montre le credo "Chaque Marine un fusilier". Cet engagement envers des unités standardisées peut être vu dans l'expérience de courte durée des Marine Raiders. Largement connue comme la première unité d'opérations spéciales américaine, créée pendant la Seconde Guerre mondiale (février 1941 [166] ), était considérée comme controversée, car l'idée d'une «unité d'élite, au sein d'une unité d'élite» n'était pas dans l'intérêt du Corps des Marines. [167] Alors que le 75th Ranger Regiment de l'armée américaine, également créé pendant la Seconde Guerre mondiale (décembre 1941), jouit encore aujourd'hui d'un grand prestige en raison de son service continu. En 2003, sur l'insistance du secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld [168], le Marine Corps devait créer les successeurs actuels des Marine Raiders et les rejoindre au Special Operations Command en commençant par la création du MCSOCOM Detachment One. [102]

Culturellement, les Marines et les soldats partagent la plupart de l'argot et de la terminologie militaires américains, mais le Corps utilise un grand nombre de termes et de traditions navales incompatibles avec le mode de vie de l'armée, ainsi que leur propre langue vernaculaire. De nombreux Marines considèrent que leur culture a une profonde tradition guerrière, avec l'éthique que "Chaque Marine est un fusilier" et l'accent mis sur l'entraînement croisé et la préparation au combat malgré l'occupation militaire réelle, que ce soit l'infanterie ou autre. Sur le plan de la doctrine, les Marines ont tendance à décentraliser et à pousser le leadership vers les rangs inférieurs, tout en favorisant l'initiative à un degré plus élevé. [169]

Force aérienne des États-Unis Modifier

Alors que certains des actifs de l'Aviation du Corps des Marines proviennent en fin de compte de la Marine, une grande partie du soutien provient de l'US Air Force. Le Corps des Marines fait un usage intensif du commandement de la mobilité aérienne de l'USAF pour transporter par voie aérienne des Marines et de l'équipement, tout en utilisant le soutien aérien rapproché de l'Air Force. L'armée de l'air peut également attacher des unités du groupe de contrôle aérien tactique aux forces terrestres marines conventionnelles pour assurer la coordination de l'appui aérien rapproché. [170]

L'armée de l'air fournit traditionnellement le commandant de la composante aérienne de la force interarmées (JFACC) qui contrôle les « sorties de défense aérienne, d'interdiction et de reconnaissance à longue portée » tandis que le commandant de la MAGTF conserve le contrôle des actifs d'aviation organiques des Marines, mais les missions de l'aviation maritime ne sont pas directement dans le soutien du MAGTF sera généralement contrôlé par le JFACC. [171] [172] [173]

Garde-côte des États-Unis Modifier

Le Marine Corps partage une sphère d'opération avec des unités de la United States Coast Guard, y compris l'exploitation du Joint Maritime Training Center (JMTC) (anciennement connu sous le nom de Special Missions Training Center (SMTC)), une unité de la Garde côtière, de la Marine et Centre de formation du Corps des Marines situé sur le Marine Corps Base Camp Lejeune à Camp Lejeune, Caroline du Nord. [ citation requise ]

Selon le ministère de la Marine (d'où le Marine Corps reçoit son financement), pour l'exercice 2019, le Marine Corps a reçu un financement de 43,2 milliards de dollars. [174]

Résumé des crédits – Corps des Marines des États-Unis (en millions de dollars) [175]
Zone FY2018 FY2019
Personnel militaire 13,197 13,888
Personnel de réserve 763 785
Contribution au Fonds de santé des retraités admissibles à l'assurance-maladie 903 831
Contribution au Fonds de santé des retraités admissibles à l'assurance-maladie, réserves 81 74
Opération et maintenance 8,118 7,843
Exploitation et entretien, Réserve 287 275
Approvisionnement 2,019 2,858
Achat de munitions, Marine/Corps des Marines 1,038* 1,182*
Construction militaire, Marine et Corps des Marines 1,993* 2,593*
Total affecté 28,399 30,329

* pas exact puisque certains champs sont combinés avec les dépenses de la Marine [ citation requise ]

En 2013, l'USMC est devenue la première branche militaire américaine à disposer d'un budget annuel entièrement audité. [176]


Les 4 plus grands mythes que les Marines américains continuent de se dire

Les Marines américains adorent parler de leur histoire - des batailles gagnées à l'héritage des objets d'uniforme - mais parfois, la frontière entre l'histoire et les mythes devient un peu confuse.

Il y a certaines choses dans la tradition marine qui sont transmises comme une tradition ou une légende qui n'ont aucun fondement dans les faits. La vérité fait mal, Marines, mais il est plus important de bien comprendre notre histoire.

Voici les quatre plus grands mythes que les Marines ont entretenus au fil des ans :

1. La "rayure de sang" sur le pantalon d'uniforme bleu des sous-officiers et des officiers commémore la bataille de Chapultapec en 1847.

Selon la légende de la Marine, un grand nombre d'officiers et de sous-officiers de la Marine ont péri lors de l'assaut du château de Chapultapec, au Mexique, en 1847. Pour signifier leur bravoure, le Corps a par la suite autorisé une "bande de sang rouge" pour les sous-officiers et les officiers à souvenez-vous et honorez leur sacrifice.

Cela semble légitime, mais c'est encore un autre mythe. À la suite d'une pratique de l'uniforme de l'armée environ dix ans avant cette bataille, le corps a commencé à mettre des rayures sur ses pantalons. Le choix de couleur des rayures a changé au cours de ces années jusqu'à ce que le rouge uni soit adopté en 1849, selon le Marine Corps Museum. Le Corps a choisi le rouge à l'époque non pas pour commémorer Chapultapec, mais pour correspondre aux accents rouges de la veste bleue.

"Bien qu'il s'agisse d'une histoire merveilleuse et qui est enseignée aux nouvelles recrues, ce n'est qu'une histoire", a déclaré Beth L. Crumley, de la division d'histoire de la marine, dans un e-mail.

Les Marines ont commencé à porter la rayure écarlate sur un pantalon bleu en 1840, empruntant la tradition de l'armée. De plus, sept Marines ont été tués à Chapultepec sur une force de 400 à 450 Marines.

2. Les Marines ne se sont jamais rendus. Le plus grand mythe de tous les temps.

Des entrepreneurs civils sont emmenés en captivité après la capture de Wake par les Japonais, le 23 décembre 1941. Certains, jugés importants par les Japonais pour terminer les projets de construction, y ont été retenus. Craignant une cinquième colonne montante, les Japonais exécutèrent 98 entrepreneurs en octobre 1943 après des attaques aériennes américaines, une atrocité pour laquelle le commandant de l'atoll, le contre-amiral Shigematsu Sakaibara, fut pendu après la Seconde Guerre mondiale.

Les Marines américains sont (et devraient être) fiers de leurs exploits sur le champ de bataille, de la lutte contre les pirates barbaresques aux combats en Irak et en Afghanistan. Mais avec cette longue histoire de bataille vient l'affirmation selon laquelle les Marines ne se sont jamais rendus. Bien que cette affirmation serve à motiver les Marines à toujours se battre aussi dur que ceux qui l'ont précédé, c'est un mythe total.

Juste un jour après l'attaque surprise japonaise sur Pearl Harbor, les Marines - sous le commandement du major James Devereux - étaient assiégés sur un petit atoll du Pacifique appelé Wake Island. Les Marines du 1er bataillon de défense ont mené un combat incroyable de 15 jours, coulant des navires, endommageant ou détruisant plus de 70 avions et repoussant les Japonais malgré des obstacles écrasants.

Mais les Marines ont finalement été incapables de repousser l'ennemi. Bien que leur combat soit une incroyable histoire de bravoure des Marines dans les premiers jours de l'implication des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, ils se sont finalement rendus aux Japonais le 23 décembre 1941.

Environ une heure après le lever du jour (06h30), le commandant Keene a décroché le téléphone au quartier général des entrepreneurs et a trouvé le commandant Cunningham et le major Devereux en conversation sur la ligne. Ce dernier a déclaré être malmené à son poste de commandement. Il ne croyait pas, dit-il, que le bataillon puisse tenir plus longtemps. Cunningham a dit à Devereux que s'il ne se sentait pas capable de continuer à se battre, il devrait se rendre. Une discussion entre les deux hommes s'ensuit. "Vous savez, Wilkes est tombé", a déclaré Devereux. Cunningham a répondu que oui. Devereux déclara alors qu'il ne pensait pas devoir prendre la décision de se rendre, que Cunningham, le commandant de l'île, devait décider. S'arrêtant un instant, Cunningham dit alors à Devereux qu'il autorisait la reddition et qu'il devait prendre les mesures nécessaires pour l'exécuter.Incertain de sa capacité à contacter le commandant japonais, Devereux a également demandé à Cunningham d'essayer d'entrer en contact avec l'ennemi. Cunningham a répondu : « Je verrai ce que je peux faire. »

À 10 h 15, Kliewer a vu des hommes portant un drapeau blanc descendre la plage. Le major Devereux était parmi eux, avec un groupe de ce qui semblait être des officiers japonais. Ils se sont arrêtés à environ 50 pieds de la tranchée de Kliewer et lui ont ordonné de se rendre. Les hommes de Kliewer ont déconseillé d'abandonner : "Ne vous rendez pas, lieutenant. Les Marines ne se rendent jamais. C'est un canular.

"C'était une chose difficile à faire", a écrit Kliewer plus tard, "mais nous avons démonté nos armes et nous nous sommes retournés."

Certains diront que techniquement, les Marines ne se sont pas rendus à Wake, parce que le commandant de la Marine l'a ordonné. Un argument similaire est avancé en faisant référence à Guam ou à la capitulation des Marines (sous le commandement d'un général de l'armée) aux Philippines. Mais cela n'explique pas que les Marines tentent de se rendre lors du raid peu connu de l'île de Makin, bien qu'ils aient échoué après avoir été incapables de trouver un Japonais auquel se rendre.

De plus, il y a d'autres occasions où les Marines se sont rendus tout au long de l'histoire du service dans ce livre de l'historien Albert Nofi, y compris les 40 Marines de la "Task Force Drysdale" qui se sont rendus aux Chinois pendant la bataille du réservoir de Chosin en Corée. .

"Nous ne nous rendons pas parce que vous nous avez battus", a déclaré le major des Marines John McLaughlin aux Chinois, selon HistoryNet. “Nous nous rendons pour soigner nos blessés. Si nous ne pouvons pas faire évacuer nos blessés, nous continuerons à nous battre.

3. L'anniversaire du corps des Marines américain moderne est le 10 novembre 1775.

Le 10 novembre 1775, le Congrès continental de Philadelphie, Penn. autorisa la levée de deux bataillons de Marines pour servir "pour et pendant la guerre actuelle entre la Grande-Bretagne et les colonies". Peu de temps après cette résolution, des Marines furent recrutés et servis à bord de navires, notamment comme tireurs d'élite éliminant les officiers ennemis.

Ce que beaucoup de Marines ne savent pas, cependant, c'est que le Continental Marine Corps a été dissous après la guerre d'indépendance en 1783 et a cessé d'exister pendant les 15 années suivantes. Ce n'est que le 11 juillet 1798 que ce que nous appelons le Corps des Marines américain moderne a été créé par une loi du Congrès.

Pendant les 123 années suivantes, le Corps a reconnu le 11 juillet 1798 comme son anniversaire officiel, même s'il ne s'agissait que d'un mythe.

La division Histoire du Corps des Marines des États-Unis écrit (c'est nous qui soulignons) :

Jusqu'en 1921, l'anniversaire du Corps avait été célébré à une autre date. Une coupure de presse non identifiée de 1918 fait référence à la célébration du 120e anniversaire du Corps des Marines le 11 juillet, comme d'habitude sans chichi. Il est douteux qu'il y ait eu une véritable célébration. Une inspection plus poussée des documents et des publications antérieures à 1921 ne montre aucune preuve de cérémonies, de reconstitutions historiques ou de fêtes. La date de juillet a été commémorée entre 1798 et 1921 comme l'anniversaire du Corps. Pendant la Révolution, les Marines avaient combattu sur terre et sur mer, mais à la fin de la Révolution, le Corps des Marines et la Marine étaient pratiquement dissous. Le 11 juillet 1798, le président John Adams a approuvé un projet de loi qui a recréé le Corps, fournissant ainsi la raison pour laquelle cette journée est commémorée comme l'anniversaire du Corps des Marines des États-Unis.

Ce n'est que jusqu'au 1er novembre 1921, lorsque le général John A. Lejeune a publié l'ordre 47 du Corps des Marines, que l'anniversaire est passé à la date précédente pour le Corps des Marines Continental que les Marines modernes célèbrent encore aujourd'hui. Plus tard cette année, le 10 novembre 2015, le Corps des Marines célébrera 240 ans de service, mais nous devrions vraiment soustraire 15 de ce nombre. Et bien. Les mythes sont collants.

4. Les Allemands ont surnommé les Marines “devil dogs” pendant la bataille du bois de Belleau pendant la Première Guerre mondiale.

Les soldats allemands affrontant les Marines américains à Belleau Wood, en France, pendant la Première Guerre mondiale, ont remarqué leur féroce esprit de combat au combat et les ont appelés teufelhunden, ou «chiens du diable», selon la légende du Corps des Marines. Le surnom marin de "chien du diable" est apparu plus tard sur une affiche de recrutement peu de temps après la bataille.

Mais ce mythe s'effondre également sous un examen plus approfondi. Jeff Schogol, écrivant à nouveau dans Stars Stripes, s'est entretenu avec un membre de la Division de l'histoire du Marine Corps et un représentant du National Museum of the Marine Corps. Voici ce qu'ils ont dit :

"Le terme a très probablement été utilisé pour la première fois par les Marines eux-mêmes et est apparu sous forme imprimée avant la bataille de Belleau Wood", a déclaré Bob Aquilina, division de l'histoire du Corps des Marines. “Il a gagné en notoriété dans les décennies qui ont suivi la Première Guerre mondiale et est depuis devenu une partie de la tradition du Corps des Marines.”

"Nous n'avons aucune preuve qu'il provienne des troupes allemandes, bien que la tradition dit qu'il provienne des troupes allemandes se référant aux Marines", a déclaré le représentant du musée Patrick Mooney. “Aucun document écrit en allemand ne dit que les Marines sont des Devil Dogs ou toute autre orthographe ou composant linguistique correct de ‘Devil Dog’ en allemand.”

Le fait qu'un certain nombre de journaux américains aient publié des articles en avril 1918 affirmant que les Allemands avaient surnommé les Marines "les chiens du diable" est encore plus confus. C'était avant la bataille de Belleau Wood, qui a commencé le 1er juin.


Investissement progressif et désinvestissement

Les Marines affectés au "Flying Leathernecks" du Marine Fighter Squadron (VMFA) 122 effectuent la maintenance d'un F-35B Lightning II sur le pont d'envol du navire d'assaut amphibie USS America (LHA-6) le 3 octobre 2019. Photo de la marine américaine

Le Corps des Marines a déjà pris des décisions fermes sur la taille et la forme futures du service, mais certains détails sont encore en cours de traitement au cours du processus d'expérimentation.

Par exemple, Smith a déclaré que le service prévoyait de réduire à 175 000 Marines en service actif sur les 184 100 récents – mais cela suppose que chacun des bataillons d'infanterie compte de 700 à 750 Marines. Si ce chiffre monte à 760, par exemple, les nombres de force finale totale pourraient remonter un peu. Smith a déclaré qu'il n'y avait aucun appétit pour descendre en dessous de 175 000 pour la force en service actif.

De même, les Marines ont pris la décision du côté de l'aviation de s'installer sur 18 escadrons VMFA, ou escadrons de grève. Actuellement, le plan est d'avoir 10 avions chacun, mais le service détermine toujours si c'est le bon nombre d'avions par escadron, ce qui affecterait les plans d'acquisition pour les programmes F-35 B et C.

De plus, le service a décidé qu'il y aurait six escadrons de véhicules aériens sans pilote. Les trois premiers escadrons exploiteront l'UAV à moyenne altitude et longue endurance (MALE), qui est aujourd'hui le MQ-9 - un programme record avec une variante terrestre et maritime, qui, selon Smith, sera la base de la capacité des Marines à détecter et transmettre des données sur de grandes distances dans la région indo-pacifique. Quant aux trois prochains escadrons, le service doit encore déterminer ce qu'il veut, a ajouté Smith. Il pourrait s'agir de trois escadrons supplémentaires avec le MQ-9 ou une autre plate-forme MALE, ou il pourrait s'agir d'un autre drone destiné à un ensemble de missions différent, comme la logistique.

Du côté des UAV plus petits, le service commence à se départir de ses UAV RQ-21 Blackjack et expérimente à la place de nouvelles capacités comme le Martin UAV V-Bat.

Les Marines se préparent à récupérer un véhicule aérien sans pilote RQ-21A Blackjack après un vol d'entraînement au cours de l'exercice Black Shadow à Fort Stewart, Géorgie, le 19 janvier 2021. US Marine Corps Photo

"Le commandant nous a demandé comme objectif, comme point de repère, de construire un plan d'aviation composé à 40% d'équipage et à 60% sans équipage, ce qui signifie plus sans équipage qu'avec équipage", a déclaré Smith.
« C’est donc un objectif, c’est un repère. Nous pouvons ou non y parvenir. Il cherche une feuille de route qui nous y mène, et nous déterminerons ensuite quelle est la combinaison appropriée. »

Alors que les études se poursuivent sur certains aspects, les Marines ont déjà pris des décisions irréversibles : les chars ont disparu et le service est en passe de se départir complètement de toute capacité d'application de la loi en service actif, avec un seul bataillon restant du côté de la réserve. Le service se prépare à désinvestir trois bataillons d'infanterie actifs et deux de réserve. Il a initié la cession de deux escadrons de V-22 Osprey Marine Medium Tiltrotor Squadron (VMM) et perdra un troisième escadron au plus tard fin 2021. Il a également initié la cession de deux escadrons d'hélicoptères d'attaque légers H-1 et de 2.75 Escadrons d'hélicoptères lourds marins CH-53E.


Les Marines dégradent la menace russe de se concentrer sur la Chine

Un Marine sécurise un périmètre près d'une base avancée expéditionnaire pendant le Pacific Blitz 2019.

WASHINGTON : Le commandant du Corps des Marines a pour la première fois placé la Russie aux côtés de l'Iran, de la Corée du Nord et des groupes extrémistes comme des zones qui "continueront de représenter des menaces", tout en élevant la Chine au sommet incontesté des menaces auxquelles sont confrontés les décideurs américains.

"La Chine restera la menace de stimulation pour la prochaine décennie", a écrit Berger dans le mémo obtenu par Breaking Defense, un point qu'il a déjà fait valoir tout en incluant généralement la Russie en deuxième position.

L'ordonnancement de l'image de la menace du Corps des Marines au cours de la prochaine décennie marque une dégradation majeure de la façon dont le Corps voit la Russie, bien que la note du général David Berger au secrétaire à la Défense Lloyd Austin maintienne en grande partie les principales réformes internes qu'il a poussées au cours des deux dernières années. Ces efforts, qui comprennent la cession de l'inventaire des chars Abrams du Corps et la suppression de 12 000 Marines, visaient à réinventer le Corps pour des opérations à travers les étendues du Pacifique.

Dans un éditorial conjoint avec le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général CQ Brown, le mois dernier, ils ont écrit que pour « rivaliser avec la République populaire de Chine et la Russie et relever avec succès d'autres défis émergents, l'armée américaine a besoin d'un nouveau cadre pour évaluer préparation. Il devrait se concentrer moins sur la disponibilité à court terme et davantage sur la capacité future et l'avantage de combat par rapport à ses pairs.

Bien que la Russie soit redoutable, il semble que Berger ne considère plus Moscou comme un adversaire pair auquel ses troupes devront faire face car elles opèrent principalement dans le Pacifique. "Nous serons confrontés à la fois à la Chine et à d'autres concurrents utilisant des stratégies sophistiquées et multi-domaines", a-t-il ajouté, et ses 27 000 Marines dans la région "nécessitent une modernisation et une refonte importantes".

Mais, comme il l'a dit l'année dernière, Berger a informé Austin qu'il ne demandait pas plus d'argent pour le faire.

"Je n'ai demandé aucune augmentation du chiffre d'affaires pour le Corps des Marines - seulement que nous soyons autorisés à réinvestir les économies que nous créons en cédant les capacités héritées et les capacités excédentaires", a-t-il écrit, suggérant qu'il avait besoin de l'autorisation de retirer les équipements plus anciens et de réduire la taille de la force pour moderniser la façon dont il envisage.

Ce sera probablement une bonne nouvelle pour la nouvelle direction du Pentagone, qui travaille sur le budget 2022 tout en opérant sous un chiffre d'affaires plat qui restera probablement cohérent avec les deux dernières années.

"Nous mettons en service des véhicules aériens sans pilote à longue endurance et des charges utiles appropriées pour les communications aéroportées, la reconnaissance et la guerre électronique aussi rapidement que possible en utilisant les économies réalisées grâce à de tels désinvestissements", indique le mémo. « Les cessions supplémentaires prévues incluent une plus grande partie de notre artillerie à canon remorqué ainsi qu’un nombre important d’avions à voilure fixe et tournante habités. Nous supprimons également progressivement une grande partie de notre capacité logistique héritée, auparavant destinée aux opérations terrestres soutenues, tout en modernisant le reste pour les opérations maritimes distribuées. »

L'année dernière, Berger a demandé combien de F-35 les Marines pourraient supporter dans les années à venir, appelant à des escadrons plus petits, les réduisant de 16 à 10. Les plans actuels demandent aux Marines d'acheter 353 des F-35B et 67 des Variantes de porte-avions F-35C. Que ce soit le début d'un plan pour acheter moins d'avions reste incertain.


8 aliments que vous pouvez ajouter à votre alimentation pour vous aider à perdre du poids

Publié le 31 mai 2018 19:41:51

Lorsque vous essayez de perdre du poids, il est facile de supposer que supprimer des éléments de votre alimentation constituera le chemin le plus rapide vers votre objectif. Mais après avoir parlé avec un panel de nutritionnistes, INSIDER a découvert que l'addition peut être encore plus efficace pour perdre du poids que la soustraction. Pour un métabolisme plus rapide, une augmentation des vitamines et des minéraux et un niveau d'énergie plus élevé, pensez à ajouter ces huit aliments à votre plan de repas.


Les Marines commencent l'expérimentation pour affiner le manuel pour les opérations de base avancées expéditionnaires

US Marine Corps 1er lieutenant Brian W. Nickerson, un commandant de peloton avec l'équipe de débarquement du bataillon 3/4, 31e Marine Expeditionary Unit (MEU), définit la sécurité avec ses Marines lors d'un raid sur le Camp Hansen, Okinawa, Japon, le 1er février 2021. Photo du Corps des Marines des États-Unis

Le Marine Corps a publié la première version de son manuel Expeditionary Advanced Base Operations et lance un processus de deux ans d'expérimentation et d'analyse quasi-constantes pour aider à affiner le document avant qu'il ne devienne une doctrine formelle.

EABO demande à de petites formations de Marines de se déplacer par mer vers des terres stratégiques pour mener une mission - surveillance, lancement de missiles anti-navires, mise en place d'une base de ravitaillement et de réarmement avant robuste, brouillage d'un ennemi - puis retraite vers la mer et déménager ailleurs.

Le Corps des Marines investit dans de nouvelles technologies pour soutenir ce type d'opérations, notamment le navire de guerre amphibie léger, les missiles antinavires à longue portée, les systèmes sans pilote, les nouveaux équipements de communication, etc., que le service expérimente tous.

Mais le service doit s'assurer que les principes fondamentaux d'EABO sont corrects, quelle que soit la technologie que le Corps des Marines finit par mettre en service - et c'est l'objet de ce manuel provisoire et de la campagne d'expérimentation ultérieure.

Les événements à venir les plus utiles seront « ces expérimentations qui remettent en question cette [définition fondamentale d'EABO], puis remettent en question les missions et les tâches qui sont écrites dans le chapitre 1, dès le départ. Ils vont vraiment se concentrer sur, sommes-nous capables, faisons-nous bien les choses, que devons-nous changer ? » Le colonel Tony Henderson, directeur des concepts et des plans du Marine Corps Warfighting Lab, a déclaré aujourd'hui au téléphone un petit groupe de journalistes.

Tous les aspects de l'EABO - des missions, telles que le contrôle de la mer et le refus de la mer, la connaissance du domaine maritime et la surveillance avancée et le maintien en puissance aux tâches, qui incluent la défense aérienne et antimissile, les frappes offensives, la guerre anti-sous-marine et plus encore aux technologies nécessaires pour se fondre dans un environnement contesté et répartir de petits groupes sur de vastes étendues de mer et de terre – sera testé de manières grandes et petites au cours des deux prochaines années, a déclaré Henderson.

US Marines avec Charlie Company, Infantry Training Battalion, School of Infantry – West, tirent un système de missile guidé M98A2 Javelin lors d'une démonstration de tir sur le terrain dans le cadre du cours de missile antichar à la plage 204B sur le Marine Corps Base Camp Pendleton, Californie, 22 janvier 2020. ITB forme, développe et certifie les Marines en tant que fusiliers, ainsi que leur principale spécialité professionnelle militaire dans le domaine de l'infanterie, avant de les envoyer rejoindre la Fleet Marine Force. Photo du Corps des Marines des États-Unis

Le MCWL recherche des opportunités informelles, telles qu'une unité expéditionnaire maritime travaillant en amont d'un déploiement, pour insérer une petite expérience dans des opérations réelles déjà planifiées. MCWL travaille également avec la force pour planifier des exercices formels, où une unité est désignée pour essayer de nouveaux équipements ou de nouvelles tactiques, et l'ensemble de l'événement en direct est conçu autour de certains objectifs d'expérimentation.

Le lieutenant-général Eric Smith, commandant adjoint pour le développement et l'intégration du combat, a déclaré à l'USNI News au cours de l'appel que ce qui distingue l'EABO des autres types d'opérations, c'est qu'il se concentre sur les Marines vivant et opérant déjà dans un environnement contesté et l'ennemi zone d'engagement des armes, par rapport à d'autres opérations où les Marines sont à l'extérieur et essaient de se frayer un chemin.

Interrogé sur la façon dont les Marines expérimenteraient et apprendraient tout ce qui accompagne le fait d'être dans cet environnement - un besoin constant de gérer les signatures physiques et électromagnétiques, un besoin constant de maintenir une conscience de la situation et d'être à l'affût de changements subtils qui pourraient signifier que l'adversaire est sur le point de passer de la compétition au conflit - Smith a déclaré que de nombreux Marines opérant dans le Pacifique le font déjà aujourd'hui.

Plus de 20 000 Marines vivent aujourd'hui dans la zone WEZ chinoise, un chiffre qui ne fait que croître à mesure que les capacités de la Chine s'étendent. Dans le cas de la III Marine Expeditionary Force, « tout ce qu'ils font est à l'intérieur de la WEZ, car les deux tiers de cette MEF se trouvent actuellement à l'intérieur de la WEZ. Ainsi, chaque fois que [III MEF Commanding General Lt. Gen. Stacy] Clardy se rend sur le terrain, que ce soit pour un exercice avec les Thaïs ou avec les Philippins ou avec les Australiens - ou honnêtement, car nous vivons et travaillons quotidiennement avec les Japonais sur le Japon continental dans la préfecture d'Okinawa - chaque opportunité de formation est en fait une opportunité d'expérimentation », a déclaré Smith.

Par exemple, il a déclaré que la 31e unité expéditionnaire de marines expérimente actuellement un nouveau système de véhicule aérien sans pilote alors qu'elle est en cours dans le Pacifique.

Le II MEF de Caroline du Nord dirigera les expérimentations dans le Grand Nord, et le I MEF de Californie dirigera les expérimentations dans l'environnement désertique.

Les Marines américains avec la Compagnie Charlie, Battalion Landing Team 1/4, 15th Marine Expeditionary Unit, identifient un objectif lors d'une opération d'entraînement au raid aérien le 22 octobre 2020. Photo de la Marine américaine

Certaines expériences peuvent être plus formelles que d'autres, a déclaré Smith, "mais au quotidien, une fois que ce manuel est entre les mains de la [Fleet Marine Force], ce qui est maintenant - chaque fois qu'ils vont sur le terrain, c'est une expérimenter avec une radio, avec une formation, avec un concept de commandement et de contrôle qui renvoie tous au laboratoire. Vous allez donc maintenant commencer à voir une accélération très rapide du nombre d'expériences, entre guillemets, à tous les niveaux, de petite à grande.

Henderson a déclaré que les Marines se sont mis d'accord sur une approche consistant à rédiger un document non classifié pour éduquer la force sur ce que l'EABO était censé être, mener des expérimentations basées sur une compréhension commune des principes fondamentaux de l'EABO, recueillir des leçons et affiner leurs idées EABO avant de s'installer sur une doctrine EABO finale. .Le manuel provisoire, le document non classifié qui lance ce processus, a été rédigé par une équipe de six personnes composée pour la plupart de majors et de lieutenants-colonels du Corps des Marines qui avaient été officiers d'opérations d'escadron et de bataillon ou officiers exécutifs et pourraient utiliser cette expérience dans Navy-Marine Corps. formation et opérations pour éclairer la voie à suivre avec EABO.

Les commentaires font déjà leur chemin vers MCWL, a-t-il déclaré, et le laboratoire cherchera à examiner les idées d'expérimentation et à déterminer celles qui devraient être formalisées en modifications du manuel et des tactiques, techniques et procédures. Le manuel provisoire peut être mis à jour en cours de route si suffisamment de changements sont validés, et d'ici 2023, il y aura certainement une autre itération du manuel. Smith et Henderson ne se sont pas engagés sur un calendrier pour la publication de la doctrine formelle, Smith affirmant que le manuel EABO devait être « suffisamment solide sur lequel nous pouvons construire une fondation, mais pas si rigide qu'il ne puisse pas être ajusté. Et rappelez-vous, il est basé sur une menace de stimulation, et cette menace de stimulation change et bouge constamment et tente de nous tromper et tente de contrer ce que nous faisons. C'est donc un équilibre très difficile, de transformer un manuel provisoire en doctrine. »

Mais ce qui est important, ont-ils dit, c'est qu'ils agissent de toute urgence pour faire avancer le concept EABO.

2023 « était une marque que le commandant a mis sur le mur parce que c'est ce qu'il pense devoir aux commandants des combattants, aux commandants des forces interarmées, afin de réellement dissuader la menace de stimulation qui se déplace constamment. C'est donc là que '23 a été généré, et il ne m'a apporté aucun soulagement », a déclaré Smith.

En plus de travailler les bases de l'EABO, les Marines ont beaucoup à apprendre sur l'équipement dont ils auront besoin pour l'exécuter avec succès, ainsi que sur la formation et la main-d'œuvre pour le faire.

Au sujet de la technologie, Henderson a déclaré à USNI News lors de l'appel que «l'une des choses sur lesquelles nous avons débattu et débattu était, si nous mettions une technologie spécifique dans le manuel, limitions-nous l'innovation et la créativité, que ce soit de l'industrie, ou de nous-mêmes ? Et nous avons décidé de faire une erreur de la part de, soyons agnostiques et voyons de quoi vient la créativité" des Marines pensant aux problèmes auxquels ils sont confrontés dans le cadre de l'EABO et recherchant des solutions innovantes.

Marines avec Charlie Battery, Battalion Landing Team, 2e Bataillon, 4e Marines, 31e Marine Expeditionary Unit à Okinawa le 12 septembre 2020. Photo de la Marine américaine

"Le manuel a essayé d'être agnostique à la technologie et agnostique à une formation spécifique - même, dans une large mesure, agnostique à une région donnée du monde", a déclaré Henderson, qui a été sélectionné pour être promu brigadier général.

Smith a déclaré qu'il s'agissait d'une caractéristique importante car la technologie du Corps des Marines et la technologie de l'adversaire évoluent rapidement. Tant que les Marines peuvent prouver qu'EABO fonctionne avec l'équipement de communication d'aujourd'hui, la mise en place d'un meilleur système de communication encore plus difficile à intercepter et à brouiller ne fera que rendre EABO plus facile et plus efficace. Il en va de même pour la poursuite par les Marines de missiles antinavires à longue portée, pour lesquels le service a l'intention de commencer avec le missile de frappe navale et de poursuivre plus tard des systèmes encore plus performants.

De plus, au cours de toutes ces expérimentations, Smith a déclaré qu'il s'attend à en apprendre beaucoup sur les types de Marines qui devraient effectuer certaines missions et donc s'il y a des implications en matière de formation ou d'effectif. Il a souligné que le Corps des Marines était fermement convaincu qu'il autofinancerait tous ces changements en se départissant de l'équipement hérité et de certaines spécialités professionnelles - et que le développement d'une capacité EABO ne pourrait pas conduire à une augmentation globale du budget ou du personnel. force finale - mais Henderson et Smith ont déclaré qu'ils pourraient trouver de nouveaux types d'ensembles de compétences et de compétences, en particulier dans les domaines de la cyberguerre et de la guerre de l'information, où peut-être de nouvelles spécialités professionnelles militaires seront créées, ou une réflexion plus approfondie sera menée sur la manière de développer un cyberguerrier du bon rang et des bonnes compétences pour effectuer un travail.

Bien que de nombreux changements puissent résulter de cette expérimentation EABO, Smith a souligné que le Corps des Marines conserverait toujours sa capacité à effectuer des entrées forcées, une aide humanitaire et des secours en cas de catastrophe, des exercices de création de partenaires et d'autres missions traditionnelles.

"Nous sommes une force … qui est capable de faire EABO, mais ce n'est pas une force EABO", a-t-il déclaré.


La bataille du bois Belleau

Le Corps des Marines, plus que toute autre branche de l'armée américaine, valorise et embrasse son histoire. En commençant par le camp d'entraînement, chaque Marine est éduqué sur le passé fier et riche du Corps tout en apprenant ce que signifie faire partie d'une organisation aussi prestigieuse. Dans l'esprit de la valeur que le Marine Corps accorde à son histoire, nous voulions vous donner, à vous, familles et supporters des Marines, l'occasion d'embrasser et d'en apprendre davantage sur cette partie de l'héritage du Marine Corps.

Bois Belleau

Le 26 juin marque l'anniversaire de la fin de l'une des batailles les plus importantes et légendaires de l'histoire du Corps des Marines : la bataille du Bois de Belleau, ou Bois de Belleau. Ce fut une bataille qui a illustré les valeurs fondamentales du Corps des Marines d'honneur, de courage et d'engagement. C'était une bataille qui a catapulté le Corps des Marines à une notoriété mondiale. Et ce fut une bataille qui contribua à renverser le cours de « La Grande Guerre » (comme on appelait alors la Première Guerre mondiale) en faveur des Alliés.

En juin 1914, l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche déclencha une série d'événements qui conduiront au déclenchement de la Première Guerre mondiale en août de la même année. D'un côté, l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie et l'Empire ottoman (communément appelés puissances centrales). De l'autre, la Grande-Bretagne, la France, la Russie, l'Italie et le Japon (communément appelés les puissances alliées). Après trois ans de neutralité, les États-Unis entrent en guerre aux côtés des Alliés en avril 1917.

Environ un an après l'entrée en guerre, la première grande bataille impliquant des troupes américaines a eu lieu en juin 1918 à Belleau Wood, une forêt de 200 acres près de la commune de Château-Thierry, en France, à environ 53 miles au nord-est de Paris.

Résumé de la bataille

La bataille de Belleau Wood a commencé le 6 juin 1918 et s'est avérée être l'une des batailles les plus féroces menées par les troupes américaines pendant la guerre. Les 5e et 6e régiments de marine, sous le commandement de la 2e division de l'armée américaine, ont été chargés de capturer le bois de Belleau et de le débarrasser des soldats allemands.

Pour lancer leur assaut sur la forêt, les Marines devaient d'abord traverser un champ de blé sous le feu des mitrailleuses allemandes. Essayer de traverser le terrain s'est avéré être une entreprise incroyablement dangereuse et plus de 1 000 Marines sont morts le premier jour de la bataille, plus que le Corps n'avait perdu au cours de ses 143 ans d'histoire jusqu'à ce point.

Après trois semaines de combats brutaux d'arbre à arbre, y compris de multiples charges contre des nids de mitrailleuses allemandes avec des baïonnettes fixes et des combats au corps à corps, et après avoir échangé six fois la possession de la forêt avec les Allemands, les Marines ont déblayé le bois de Belleau de l'armée allemande entièrement le 26 juin, au prix de près de 2 000 Marines morts et près de 8 000 blessés. La bataille s'est avérée être la fin de la dernière grande offensive allemande de la guerre, et moins de six mois plus tard, la guerre a pris fin.

La bataille de Belleau Wood a été un événement marquant dans l'histoire du Corps des Marines. Avant la bataille, le Corps des Marines des États-Unis était une marchandise peu connue et non prouvée. Après trois semaines d'affichage du courage, de la détermination et de l'attitude gagnante à tout prix qui est devenu synonyme du Corps des Marines au cours des années qui ont suivi, tout a changé, et les Marines ont depuis été connus comme - sans doute - le la force de combat la plus redoutable au monde.

C'est également ici que le surnom de "Devil Dog" du Corps des Marines est censé être né. Selon l'histoire, les officiers allemands, dans leurs rapports de bataille, appelaient les Marines « Teufel Hunden » (en allemand pour « Devil Dogs ») en raison de la férocité avec laquelle les Marines se battaient, et le nom est resté.

Après la bataille, l'armée française a rebaptisé Belleau Wood en l'honneur des Marines, en changeant le nom en "Bois de la Brigade de Marine" - "Le bois de la Marine Brigade". De plus, les 5e et 6e Régiments de Marines ont reçu la Croix de Guerre, une récompense pour distinction et héroïsme au combat avec l'ennemi, à trois reprises au cours de la Première Guerre mondiale - les seuls régiments du Corps expéditionnaire américain à le faire. En conséquence, les 5e et 6e régiments de marine sont autorisés à porter la fourragère française, une distinction militaire qui distingue les unités militaires dans leur ensemble et qui a la forme d'un cordon tressé, sur leurs uniformes de cérémonie.

Belleau Wood a également été le théâtre de deux des citations les plus célèbres de l'histoire du Corps des Marines. Le 2 juin 1918, alors que les Marines arrivaient au bois Belleau pour soutenir l'armée française, ils trouvèrent les Français en train de battre en retraite. Un officier français a ordonné aux Marines de faire de même. Le capitaine Lloyd Williams, du 5e Régiment de Marines, a refusé de le faire et a répondu : « Retraite, enfer ! Nous venons d'arriver. » Quatre jours plus tard, le 6 juin, le premier sergent Dan Daly aurait rallié ses hommes en criant : « Allez, fils de b****** ! Voulez-vous vivre éternellement ! alors qu'ils chargeaient au combat.

Valeur peu commune

Alors qu'il faudra encore un quart de siècle avant que l'amiral Chester Nimitz ne dise "La valeur peu commune était une vertu commune", à propos des sacrifices consentis par les Marines à Iwo Jima pendant la Seconde Guerre mondiale, cela aurait tout aussi bien pu être dit à propos des Marines à Belleau Wood. Épuisés, en infériorité numérique et en armes, les Marines ont refusé de céder. Contre toute attente, ils ont absorbé tout ce que les Allemands pouvaient leur lancer et, à la manière des Marines, ont persévéré. Peut-être que le caractère et le courage affichés par les Marines à Belleau Wood se reflètent mieux dans le récit de bataille du secrétaire américain à la Marine Josephus Daniel's, qui a écrit :

"Dans toute l'histoire du Corps des Marines, il n'y a pas eu de bataille comme celle du Bois Belleau. Combattant jour et nuit sans secours, sans sommeil, souvent sans eau, et pendant des jours sans rations chaudes, les Marines ont rencontré et vaincu les meilleures divisions que l'Allemagne pourrait jeter dans la ligne.

L'héroïsme et l'acharnement de cette bataille sont sans précédent. À maintes reprises, des officiers voyant leurs lignes coupées en morceaux, voyant leurs hommes si fatigués par leur chien qu'ils s'endormirent même sous les tirs d'obus, entendirent leurs blessés réclamer l'eau qu'ils ne pouvaient pas fournir, voyant des hommes se battre après avoir été blessés et jusqu'à ce qu'ils Des officiers tombés inconscients à maintes reprises voyant ces choses, croyant que la limite même de l'endurance humaine avait été atteinte, renvoyaient des messages à leur commandement de poste que leurs hommes étaient épuisés.

Mais en réponse à cela viendrait le mot que la ligne doit tenir, et, si possible, ces lignes doivent attaquer. Et les lignes obéirent. Sans eau, sans nourriture, sans repos, ils avançaient - et avançaient à chaque fois vers la victoire."

26 juin 2013
Écrit par : Collin Hoeferlin
Spécialiste en communication
MarineParents.com, Inc.

Des Marines américains et des soldats français se tiennent en formation lors d'une cérémonie privée du Memorial Day à Belleau Wood en 2011.
&mdashMarine Corps photo par le sergent-chef. Grady T. Fontana

"La Brigade Marine Américaine Au Bois de Belleau" ou "Les Marines Américains au Bois de Belleau" par le correspondant de guerre français Georges Scott.

La fontaine « Devil Dog » recouverte de mousse, située à Belleau, en France, symbolise l'esprit des Marines qui y ont combattu pendant la Première Guerre mondiale.
&mdashMarine Corps photo par le Sgt. Lisa R. Strickland


Les Marines distribuent des silencieux aux troupes du monde entier

Le Corps des Marines des États-Unis est en train de distribuer des dizaines de milliers de suppresseurs et mdash communément appelés silencieux et mdash aux unités d'infanterie dans le monde entier. Les suppresseurs sont conçus pour réduire la signature visuelle et sonore des carabines et des fusils de tireur d'élite désignés, permettant aux troupes de se battre plus efficacement.

Vous aimez la technologie militaire badass. Nous aussi. Discutons-en ensemble.

Les Marines envoient des suppresseurs aux unités d'infanterie, de reconnaissance et de Marine Raider, à utiliser avec les carabines M4 et M4A1, le fusil automatique d'infanterie M27 et le fusil de tireur d'élite désigné M38. Les Marines prévoient de distribuer 30 000 suppresseurs aux unités de combat à travers le monde d'ici 2023. Cette décision est presque certainement le plus grand déploiement de suppresseurs dans une force militaire de l'histoire.

Voici une vidéo montrant des Marines tirant avec des suppresseurs lors d'un exercice d'entraînement en Norvège, en avril 2018 :

Les suppresseurs consistent en une pièce jointe tubulaire, généralement de 8 à 12 pouces de long, fixée à l'extrémité d'un canon d'arme. Le tube comporte un noyau creux conçu pour laisser passer la balle. Le tube est également rempli de chicanes conçues pour ralentir l'échappement des gaz de poudre à canon, réduisant leur intensité et le bruit qui s'ensuit lorsqu'ils s'échappent du suppresseur.

Un suppresseur a également l'avantage supplémentaire de réduire le flash de la bouche, le petit jet de flamme causé par la combustion de la poudre à canon qui s'échappe généralement d'un canon de fusil.

Les jouets militaires les plus cool

Les suppresseurs ont réduit le chaos de la bataille. Dans un combat d'infanterie, l'un des plus grands défis est de pouvoir communiquer malgré le vacarme des coups de feu. Chaque coup de feu est de l'ordre de 140 à 165 décibels, avec la carabine M4, le fusil automatique d'infanterie M27 et le fusil de tireur d'élite désigné M38 environ dans la gamme de 165 décibels. Les mêmes armes équipées de suppresseurs font 132 décibels.

Bien qu'une différence de 33 décibels ne semble pas beaucoup, l'échelle des décibels est logarithmique, ce qui signifie que les armes non supprimées dispersent plus de 1 000 fois plus d'énergie sonore que les armes supprimées.

En termes simples, des armes plus silencieuses signifient qu'un Marine peut entendre plus facilement les commandes de son équipe de pompiers, de son escouade ou de son chef de peloton. La nuit, la réduction du flash de bouche peut réduire la désorientation et aider à préserver la vision nocturne. Tout cela se traduit par des unités qui peuvent répondre aux commandes plus rapidement, transmettre des informations importantes plus rapidement et fonctionner plus efficacement la nuit.

Les Marines expérimentent depuis des années l'émission de suppresseurs en plus petites quantités, et les résultats ont suffisamment impressionné que le service en achète 30 000. Cela suffit pour équiper tous les marins de première ligne dans le monde.

Dans le passé, les suppresseurs avaient pour effet secondaire de réduire la portée efficace d'une arme en réduisant la vitesse initiale d'une balle. Cette vidéo de 2017, réalisée par l'artilleur de la 2e Division des Marines de l'époque, CWO5 Christian Wade, montre qu'une balle tirée d'une carabine M4 équipée d'un suppresseur moderne gagne en réalité une vitesse de 14 pieds par seconde par rapport à un M4 non supprimé.


En nous donnant votre e-mail, vous vous inscrivez au Marine Corps Times Daily News Roundup.

La mobilité tactique accrue du M4 résonne avec est-il sorti ? GH/oui, sorti en 2007 MS]] L'ancien sergent. Mike O'Brien, déployé en Irak comme mitrailleur avec le 3e Bataillon, 6e Marines dans l'ouest de l'Irak de 2006 à 2007 . À l'époque, a-t-il dit, les M4 venaient juste d'arriver et il était l'un des rares de son unité à recevoir la carabine lors de ce déploiement. dit-il, mais il n'y en avait pas assez pour tout le monde. O'Brien était l'un des rares à être Il a reçu un M4 sur ce déploiement, avec d'autres sous-officiers, et un Bien qu'initialement sceptique, le contraste avec le M16 est vite devenu évident.

"Pour un gars d'armes, le M16 était un gros emmerdeur", a déclaré O'Brien. "Avec la crosse réglable, le M4 pouvait tirer par la fenêtre [d'un Humvee] avec précision, mais le M16 ne pouvait pas, cela signifiait que vous aviez trois autres armes que vous ne pouviez pas utiliser [lors du déplacement] - c'est une grande différence. "

L'ancien assaillant d'infanterie Sgt. Brent Susnik a reçu un M4 pour son premier déploiement en Irak en 2008 avec le 1er Bataillon, 9e Marines, et considère la décision du Corps comme la bonne décision.

"Les grognements veulent des M4 à tous les niveaux depuis longtemps", a-t-il déclaré. "Je n'ai jamais entendu un grognement dire qu'il préférait l'A4 au M4."

/>26e Marine Expeditionary Unit Maritime Raid Force Marines fire M4 Carabine fusils à une gamme en Jordanie, le 9 juin 2013. L'exercice Eager Lion 2013 est un exercice multinational annuel, conçu pour renforcer les relations militaires et améliorer la sécurité et la stabilité dans la région en répondant à des scénarios de sécurité réalistes et modernes. C'est un exercice récurrent. La 26e MEU est déployée dans la 5e flotte zone d'opérations dans le cadre du groupe amphibie Kearsarge. La 26e MEU fonctionne en permanence à travers le monde, fournissant au président et aux commandants de combat unifiés une force de réaction rapide déployée en mer. (U.S. Marine Corps photographie par le Sgt. Christopher Q. Stone, 26e MEU Combat Camera/libérés)

Des membres de la 26e unité de raid maritime de la Marine Expeditionary Unit tirent des carabines M4 en Jordanie au cours de l'exercice Eager Lion 2013. Marine grunts, qui utilisera désormais le M4 au lieu du M16, a déclaré que l'arme est mieux adaptée au type de combat auquel ils sont confrontés aujourd'hui. .

Crédit photo : Sgt. Christopher Stone/Corps des Marines

Tout est plus facile avec le M4, a déclaré Susnik. C'est plus équilibré et mobile, c'est mieux pendant le nettoyage des pièces, pour nettoyer les pièces avec et - avec sa crosse réglable - est plus facile à voir et à tirer tout en portant un gilet pare-balles encombrant.

"Le M4 a tué des corps à la même distance que le M16 au cours des 14 dernières années en Irak et en Afghanistan", a-t-il déclaré. "Cela a prouvé qu'il n'y a rien que le M16 puisse faire mieux que le M4."

Pour ceux qui remettent en question sa portée par rapport au M16, il a noté que les cibles au-delà de sa distance sont couvertes par des tireurs d'élite, de l'artillerie et un appui aérien rapproché.

"Je dirais que le Corps des Marines ne perd rien de cette décision, et l'infanterie gagne définitivement quelque chose que chaque grognement devrait avoir", a déclaré Susnik. "Je n'ai aucun doute que c'est la bonne décision, et elle aurait dû être prise beaucoup plus tôt."

"C'est une évidence, vraiment", a-t-il déclaré Claybourne. "Je ne vois aucune raison pour laquelle cela a pris autant de temps."

Les engagements à longue portée donnent aux Marines le temps d'acquérir correctement une cible et de prendre des tirs précis, mais ce n'est pas un luxe qu'ils ont lorsqu'ils contournent les virages en combat rapproché, a déclaré le réserviste Lance Cpl. Dylan Figueroa, un carabinier du 2e Bataillon, 24e Marines. il a dit. Le stock réglable du M4 signifie également une cible plus petite pour les ennemis à engager que le M16. Pour Lance Cpl. Dylan Figueroa, un carabinier du 2e Bataillon, 24e Marines, a déclaré qu'opter pour le M4 se résume à une question pratique.

"Donc n Non seulement vous avez une grande augmentation de la capacité de combat rapproché, mais vous maintenez également votre efficacité à distance", a-t-il déclaré. "C'est juste un gagnant-gagnant pour le tireur."


Voir la vidéo: Présidentielle 2017: le débat entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen résumé en 5 minutes (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Guivret

    Ce n'est pas plus que la conditionnalité

  2. Mezibar

    Il est dommage que je ne puisse rien vous aider. J'espère que vous serez d'aide ici. Ne désespérez pas.

  3. Maukus

    Je vous conseille de regarder un site, avec une grande quantité d'articles sur un thème intéressant.

  4. Isaiah

    Et il peut être paraphrasé?

  5. Doughlas

    Bravo, une excellente réponse.



Écrire un message