L'histoire

Qu'est-il arrivé aux Mayas ?

Qu'est-il arrivé aux Mayas ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La civilisation maya était une civilisation mésoaméricaine située en Amérique centrale. Les débuts de la civilisation maya ont été datés du 2 sd millénaire avant JC. Autour du 9 e siècle après JC, cependant, la civilisation maya est entrée en déclin.

Plus précisément, cependant, ce sont les cités mayas des plaines du sud qui ont été abandonnées une à une. Alors que la raison exacte du mystérieux déclin des Mayas n'est pas encore claire, plusieurs théories concurrentes ont été développées par des chercheurs sur la base des preuves archéologiques disponibles.

L'histoire des Mayas

On peut souligner que le mot « Maya » est un terme collectif moderne non utilisé par les populations indigènes elles-mêmes. Contrairement à d'autres populations indigènes de la Méso-Amérique, les Mayas étaient concentrés dans une zone géographique, qui correspond à la zone moderne du sud du Mexique, du Guatemala, du nord du Belize, ainsi que des parties occidentales du Honduras et du Salvador.

Masques artisanaux en bois maya dans un marché mexicain traditionnel. (José Ignacio Soto / Stock Adobe)

Cette zone, cependant, peut être divisée en trois sous-régions, chacune avec ses propres différences environnementales et culturelles. Ce sont les basses terres mayas du nord, dans la péninsule du Yucatan, les basses terres mayas du sud, dans le nord du Guatemala et les parties adjacentes du Mexique, du Belize et de l'ouest du Honduras, et les hautes terres mayas du sud, dans le sud du Guatemala.

Les Mayas n'ont jamais été une civilisation unifiée. Au lieu de cela, dans chacune des trois régions mentionnées précédemment, les Mayas se sont organisés en petits États dirigés par des rois. Il semble que chacun de ces états était centré sur une ville, ce qui en ferait effectivement des cités-états.

L'absence d'une civilisation maya unifiée se reflète également dans leur langue. Il a été souligné que les premiers Mayas utilisaient une langue commune. À l'époque préclassique, cependant, cette langue unique avait connu une diversification parmi les divers peuples mayas. Aujourd'hui, il existe environ 70 langues mayas différentes, parlées par environ 5 millions de personnes.

Un masque maya / frise en stuc de Placeres, Campeche. Début de la période classique exposée au Musée national d'anthropologie de Mexico. (Wolfgang Sauber / CC BY-SA 3.0 )

Les premiers établissements mayas datent d'environ 1800 av. Cela marque le début de la période préclassique, qui a duré jusqu'à environ 250 av. Ces premiers établissements mayas dépendaient de l'agriculture et des cultures telles que le maïs (maïs), les haricots, les courges et le manioc (manioc) étaient cultivées.

Au fil du temps, les Mayas ont commencé à construire des centres cérémoniels. En 250 après JC, ces centres étaient devenus des villes avec des temples, des pyramides, des palais, des terrains de balle et des places. L'émergence de telles villes est considérée comme le début de la période classique. Ceci est considéré comme l'apogée de la civilisation maya. Au cours de la période classique, qui a duré jusqu'à environ 900 après JC, les Mayas ont établi une quarantaine de villes dans toute l'Amérique centrale.

Le terrain de jeu de balle maya (juego de pelote) à Chichén Itzá - Yucatan, Mexique. (diegograndi / Stock Adobe)

La merveilleuse cité maya de Tikal

L'un des sites les plus impressionnants de cette période est Tikal. Le site est situé dans la partie nord de la région du Petén, au Guatemala, et est considéré comme faisant partie des basses terres mayas du sud. Tikal était l'un des plus grands centres urbains de la civilisation maya à l'époque classique, ainsi que l'une des plus grandes villes des Amériques à cette époque.

Les ruines Maya Tikal au Guatemala. ( Simon Dannhauer / Stock Adobe)

La ville est à l'origine un petit village au cours de la période préclassique moyenne, vers 800 av. À la fin de la période préclassique, cependant, Tikal était devenu un centre cérémoniel important. Tikal a maintenu son importance pendant la période classique et a atteint son apogée au cours des derniers siècles de la période, connue également sous le nom de période classique tardive. Il a été supposé qu'au cours de cette période, Tikal avait étendu son hégémonie sur une grande partie des basses terres mayas du sud.

De plus, entre 600 et 800 après JC, Tikal a connu un essor dans l'architecture et dans les arts. Cela se reflète dans la construction de structures monumentales, notamment des pyramides, des palais et des places, ainsi que dans des sculptures monumentales et des peintures sur vase. De plus, la sophistication de Tikal est également évidente dans l'apparition de l'écriture hiéroglyphique maya et des systèmes complexes de comptage du temps.

Qu'est-il arrivé aux Mayas ? Déclin et Abandon

Cependant, Tikal n'était pas le seul site maya à prospérer pendant la période classique. Les autres sites majeurs de cette période incluent Palenque, Calakmul et Copán. Comme Tikal, ces sites étaient situés dans les basses terres mayas du sud. Ces centres urbains des plaines du sud sont entrés en déclin vers le 10 e siècle, et ont été abandonnés peu de temps après.

Les anciennes ruines mayas de Palenque au Mexique. ( Marin / Stock Adobe)

Le déclin et l'abandon de ces villes se reflètent dans les archives archéologiques par la cessation des inscriptions monumentales et la fin des projets de construction à grande échelle. À Tikal, par exemple, la dernière stèle datée du site est située à 889 après JC.

À Copán, il y a un monument incomplet surnommé par les archéologues «Autel L». Cet autel a été commandé par le dernier souverain de la ville, Ukit Took, mais n'a jamais été achevé, car trois de ses quatre côtés ont été laissés à nu. L'effondrement de la civilisation maya à la fin de la période classique est une question majeure qui a longtemps intrigué les archéologues. Plusieurs théories ont été avancées pour expliquer ce mystère.

Ruines mayas de la ville de Copán, au Honduras. ( Judd Irlandais Bradley / Stock Adobe)

Le changement climatique a-t-il causé la disparition de Maya ?

À l'heure actuelle, la théorie la plus populaire utilisée pour expliquer ce qui est arrivé aux Mayas et en particulier, le déclin et la chute de la civilisation maya est celle du changement climatique. En particulier, les archéologues ont suggéré que ce sont de graves sécheresses qui ont causé l'effondrement des Mayas. Cette théorie a gagné en popularité au cours des années 1990, lorsque les premiers enregistrements paléoclimatiques de l'Amérique centrale ont été reconstitués.

Les enregistrements climatiques d'une région peuvent être obtenus grâce à des spéléothermes (connus également sous le nom de formations de grottes), en particulier des stalagmites. Ce sont des flèches rocheuses sur le sol des grottes qui sont formées par l'égouttement d'eau et de minéraux (souvent de nature calcaire) d'en haut. En théorie, les stalagmites poussent plus vite pendant les années les plus humides, et inversement, plus lentement pendant les années plus sèches. Ceci est visible dans la section transversale d'une stalagmite, où un anneau plus épais indique une croissance plus rapide, et vice versa .

Une stalagmite extraite de la grotte Yok Balum au Belize a aidé les chercheurs à déterminer les quantités de précipitations au cours de diverses périodes de la civilisation maya. Cela pointait vers les problèmes de changement climatique, qui est maintenant l'explication la plus populaire de ce qui est arrivé aux Mayas. (Douglas Kennett / Université d'État de Pennsylvanie )

Plus récemment, le rapport isotopique de l'oxygène a été utilisé comme moyen d'estimer la quantité de précipitations annuelles. Aux fins de la recherche paléoclimatique, il existe deux types importants d'isotopes de l'oxygène : les lourds et les légers. Les molécules d'eau contenant l'isotope le plus léger sont plus susceptibles de s'évaporer et de tomber sous forme de précipitation. Par conséquent, les couches de la stalagmite contenant des niveaux plus élevés d'isotope léger indiquent des précipitations plus élevées.

Alternativement, les enregistrements paléoclimatiques peuvent être obtenus à partir de carottes de sédiments, une méthode couramment utilisée par les climatologues pour déterminer les conditions climatiques du passé. Ce type d'analyse a été récemment appliqué à la civilisation maya. À titre d'exemple, un article publié en 2018 rapporte les résultats de l'analyse des sédiments sous le lac Chichancanab dans la péninsule du Yucatan.

À partir de leur analyse, les chercheurs ont constaté qu'entre 800 et 1000 après JC, les précipitations annuelles ont chuté d'environ 50 % en moyenne. De plus, lors des pics de sécheresse, cette diminution atteignait 70 %. En revanche, au début de la période classique, la région a connu des conditions plus humides que les mille dernières années, selon les données obtenues à partir des stalagmites béliziennes.

La déforestation qui a conduit à la sécheresse et aux troubles

Bien que les données montrent que les basses terres mayas du sud ont subi de graves sécheresses vers la fin de la période classique, elles ne nous disent pas comment ce changement de climat s'est produit. Le blâme a été placé sur les Mayas eux-mêmes. La déforestation généralisée a été identifiée comme contribuant au changement climatique de la région. Le bois était une ressource naturelle très demandée dans les villes mayas, car il était utilisé pour produire des enduits à la chaux grâce au chauffage du calcaire.

Pour faire 1m 2 (3 pieds) de ce matériau, 20 arbres ont dû être abattus et transformés en bois de chauffage. La déforestation généralisée est évidente dans l'absence d'enduit à la chaux sur les monuments vers la fin de la période classique. A Copán, par exemple, le 6 e siècle Le temple de Rosalila est considéré comme le dernier monument de la ville à être décoré de stuc. La déforestation aurait également été effectuée pour défricher des terres à des fins agricoles, ce qui était nécessaire compte tenu de la population croissante des villes.

La réplique grandeur nature du temple Rosalila au musée du site de Copán, au Honduras. (Talk2winik / )

En conséquence de la déforestation, le flux d'humidité du sol serait réduit, le cycle naturel des pluies serait perturbé et les précipitations seraient réduites. La réduction des précipitations a rendu difficile pour les villes mayas de produire suffisamment de nourriture et de stocker suffisamment d'eau dans leurs réservoirs pour la saison sèche.

Le manque de nourriture et d'eau aurait créé une population mécontente, qui s'est peut-être retournée contre son élite. Dans certaines villes mayas, par exemple, des fosses communes ont été découvertes, dans lesquelles des squelettes avec des incrustations de jade dans les dents ont été déterrés. Cette pratique était réservée à l'élite maya et peut être un signe que les roturiers ont rejeté leur frustration sur les élites en les assassinant.

Ce crâne maya avec des incrustations de jade dans les dents est exposé au musée du jade à Antigua, au Guatemala. (David Dennis / CC BY-SA 2.0 )

Intensification dans la guerre

Alternativement, ces tombes ont été interprétées comme un signe que la période classique tardive a vu une intensification de la guerre, qui est une autre théorie utilisée pour expliquer l'effondrement de la civilisation maya. Avant la période classique tardive, la guerre maya était normalement rituelle, de portée limitée et avait des règles d'engagement strictes. L'objectif principal de la guerre était la capture des élites contre rançon et tribut.

De plus, la participation de non-combattants était minime. Au cours de la période classique tardive, cependant, il existe des preuves que des civils ainsi que des élites ont été massacrés et des villes détruites. Cela a conduit à la théorie selon laquelle une guerre accrue entre les Mayas a entraîné leur chute. Ces derniers temps, cependant, les archéologues ont trouvé des preuves qu'une telle violence s'est produite avant même la période classique tardive, remettant en question la guerre en tant que facteur majeur ayant conduit à la disparition des Mayas.

Pas seulement un facteur

Il a été souligné que ce qui est arrivé aux Mayas et la chute de la civilisation étaient peu probables causés par un seul facteur. Bien que la théorie du changement climatique / des sécheresses soit une explication favorite de la disparition des Mayas, il a été souligné que les sécheresses n'étaient pas entièrement nouvelles pour eux. Bien que le climat était relativement stable avant la période classique tardive, il y avait déjà des périodes de précipitations réduites.

Les Mayas ont simplement fait des adaptations pour faire face à ces périodes plus dures. Par exemple, des réservoirs et des systèmes de drainage complexes ont été développés pour capter et stocker l'eau, tandis que des terrasses et des réseaux d'irrigation élaborés ont été construits pour protéger contre le ruissellement des sols et l'épuisement des nutriments. Les sécheresses sévères vers la fin de la période classique, cependant, pourraient avoir exacerbé d'autres problèmes, tels que la guerre, les troubles civils, la famine et la maladie. Une combinaison de problèmes a peut-être fait tomber la civilisation maya.

La période classique était-elle la fin ?

Alors que la fin de la période classique est souvent présentée comme la fin ou l'effondrement de la civilisation maya, ce n'est pas tout à fait vrai. Les Mayas n'ont pas disparu de la surface de la Terre. Aujourd'hui, par exemple, plus de 6 millions de Mayas vivent en Amérique centrale. Bien que les villes des basses terres mayas du sud aient été abandonnées à la fin de la période classique, cela ne s'est pas produit dans d'autres parties du monde maya.

En fait, la période allant d'environ 900 après JC jusqu'à l'arrivée des Espagnols au 16 e siècle est appelé la période post-classique. Pendant ce temps, les Mayas ont continué à vivre dans d'autres parties de la Méso-Amérique. Les Mayas de la péninsule du Yucatan, c'est-à-dire les basses terres du nord, par exemple, ont continué à prospérer après la disparition de leurs frères des basses terres du sud. L'un des meilleurs exemples en est le site de Chichén Itzá, situé sur la péninsule du Yucatan.

Les pyramides mayas (centre El Castillo) sur le site de Chichén Itzá. ( IRstone / Stock Adobe)

Chichén Itzá a été fondée vers le 6 e siècle après JC, et devint bientôt un important centre d'activité politique et économique dans la région. Par le 9 e siècle après JC, les dirigeants de Chichén Itzá pouvaient revendiquer l'hégémonie sur une grande partie du centre et du nord de la péninsule du Yucatan.

Dans les siècles qui suivirent, Chichén Itzá continua à prospérer. Vers le milieu du 13 e siècle, cependant, une grande partie des activités politiques et économiques de Chichén Itzá s'était déplacée vers une ville rivale, Mayapan. Bien que Chichén Itzá ait perdu de son importance, il a continué d'exister et est tombé aux mains des Espagnols à leur arrivée en 1526.

  • Se souvenir du futur : comment les anciens agronomes mayas ont changé le monde moderne
  • L'effondrement mystifiant des Mayas - La vérité a-t-elle enfin été découverte ?
  • Une nouvelle preuve scientifique émerge pour la cause de la chute de la civilisation maya

Puzzle non résolu avec des leçons pour l'avenir

L'effondrement de la civilisation maya, ou plus précisément des Mayas des basses terres du sud, est une question qui continue de perplexe les chercheurs d'aujourd'hui. Les données obtenues de sources géologiques ont montré que les Mayas de cette région connaissaient de graves sécheresses à la fin de la période classique.

Comme ce changement climatique a été causé par une déforestation généralisée, la chute des Mayas peut être lue comme un avertissement contre le changement climatique causé par l'activité humaine. Néanmoins, il faut se rappeler qu'il y a eu d'autres facteurs impliqués dans l'effondrement des Mayas, et que cette disparition n'a affecté qu'une partie de la civilisation, c'est-à-dire les Mayas des basses terres du sud.


Qu'est-il arrivé aux Mayas ?

Le mystère de ce qui est arrivé à la civilisation maya tourmente les experts depuis des années. Maintenant, cependant, les scientifiques pensent que le Blue Hole du Belize pourrait détenir la clé pour découvrir ce qui est arrivé aux Mayas il y a tant de siècles.

Commençant vers 2 000 av. J.-C., la culture maya a perduré jusqu'en 800 après J. Ses pyramides, son architecture, ses structures urbaines, son agriculture, ses connaissances en astronomie, ses mathématiques, son écriture hiéroglyphique avancée et son célèbre calendrier ont égalé de nombreuses réalisations des autres grandes civilisations de l'Antiquité en Égypte, en Grèce, en Mésopotamie, dans la vallée de l'Indus et en Chine. Et comme bon nombre de ces contributions perdurent à ce jour, elles témoignent de la grandeur de cette civilisation autrefois puissante.

À son apogée, la civilisation maya comptait 19 millions d'habitants et son influence se faisait sentir à plus de 1 000 km de ses régions centrales, s'étendant jusqu'au Honduras, au Belize, au Guatemala, au Salvador et au centre du Mexique. Cependant, après 700 après JC, il a commencé une descente progressive dans le désordre, cependant, pourquoi cela s'est produit est resté un mystère pour les scientifiques d'aujourd'hui. Maintenant, une nouvelle étude des minéraux dans les lagons du Blue Hole du Belize confirme que non pas une, mais deux sécheresses catastrophiques et prolongées, d'une durée de plus de cent ans, ont probablement conduit à l'éclatement de cette civilisation autrefois puissante.

La première sécheresse s'est produite entre 800 après JC et 1 000 après JC, forçant les Mayas au nord à la recherche d'eau. Cependant, ils ont de nouveau été frappés par une autre longue sécheresse pendant le petit âge glaciaire, après 1 000 après JC. La deuxième sécheresse s'est avérée être le clou dans le cercueil de la civilisation.

Bien que ces théories ne soient pas nouvelles, les données quantifiables trouvées par la nouvelle étude fournissent des preuves irréfutables à cette fin. En 2012, les scientifiques ont découvert une stalagmite vieille de 2 000 ans qui indiquait une réduction importante des précipitations. Cependant, les scientifiques ont maintenant élargi leurs recherches pour inclure les sédiments du Blue Hole du Belize.


Qu'est-il réellement arrivé à la civilisation maya ?

Existe-t-il des sources fiables expliquant la "disparition" des Mayas ? Je suis très sceptique quant au récit suivant car il déclare que les villes ont été détruites par la guerre alors qu'en réalité les ruines sont presque en grande partie intactes (en tenant compte du temps) :

À la suite de nouvelles recherches, il semble que les villes mayas étaient enfermées dans quelque chose de similaire à la guerre froide, mais en plus chaud. Les hiéroglyphes de la région révèlent que deux « super-puissances » métropolitaines, Tikal et Calakmul, étaient des rivales acharnées pendant des siècles. Les escarmouches entre les rois de chaque ville sont devenues de plus en plus violentes, incitant les deux dynasties à nouer des alliances avec d'autres villes via des raids, des conquêtes et des coups d'État royaux. Mais, à mesure que de plus en plus de villes s'impliquaient, la guerre s'étendait.

En 2002, quelques indices supplémentaires sont apparus après que les archéologues eurent découvert un nouvel ensemble étonnant de textes hiéroglyphiques gravés dans les marches d'un escalier de palais à Dos Pilas (découvert grâce à un tremblement de terre qui a frappé la région l'été précédent). Les textes racontaient l'histoire surprenante de princes renégats de Tikal, qui tentaient de créer leur propre empire en lançant une attaque de force contre leur ville natale avec l'aide d'alliés voisins. Malheureusement, leur timing était mauvais. L'invasion s'est produite au plus fort de la sécheresse, et le résultat a été une pure dévastation. Les pyramides et les temples ont été déchirés pour construire des fortifications, et les quelques arbres qui restaient dans la forêt tropicale rasée ont été abattus pour construire des clôtures. Finalement, les agriculteurs ont dû se replier sur les mauvaises herbes à croissance rapide. La guerre a détruit les villes, laissant derrière elles des ruines et des réfugiés. La terre ne pouvait plus faire vivre la population à cause de la sécheresse, et le gouvernement était trop faible pour faire quoi que ce soit à cause de la guerre. Plutôt que de rester dans les villes et de faire face à la mort, les gens se sont dispersés et la jungle a finalement récupéré la terre.


Histoire de la création des Mayas

Le Popol Vuh, ou Popol Wuj en langue K'iche', est l'histoire de la création des Mayas. Les membres des lignées royales K'iche' qui avaient autrefois régné sur les hautes terres du Guatemala ont enregistré l'histoire au 16ème siècle pour la préserver sous la domination coloniale espagnole. Le Popol Vuh, qui signifie « Livre de la communauté », raconte le récit de la création maya, les récits des héros jumeaux, les généalogies et les droits fonciers des K'iche. Dans cette histoire, les créateurs, Heart of Sky et six autres divinités, dont le serpent à plumes, voulaient créer des êtres humains dotés de cœurs et d'esprits capables de « garder les jours ». Mais leurs premières tentatives ont échoué. Lorsque ces divinités ont finalement créé des humains à partir de maïs jaune et blanc qui pouvaient parler, elles ont été satisfaites. Dans un autre cycle épique de l'histoire, les seigneurs de la mort des enfers invoquent les héros jumeaux pour jouer à un jeu de balle mémorable où les jumeaux battent leurs adversaires. Les jumeaux s'élevèrent dans les cieux et devinrent le Soleil et la Lune. Par leurs actions, les Hero Twins ont préparé la voie à la plantation de maïs, à la vie des êtres humains sur Terre et à la quatrième création des Mayas.

Notre histoire de création nous apprend que les premiers grands-parents de notre peuple étaient faits de maïs blanc et jaune. Le maïs est sacré pour nous car il nous relie à nos ancêtres. Il nourrit notre esprit ainsi que notre corps. Juana Batz Puac, K'iche' Maya, gardienne du jour


Qu'est-il arrivé aux Mayas ?

S'ils avaient continué à prospérer, quel genre de jeux culturels verrions-nous.

Travailler sur un morceau de fiction où l'Amérique indigène a prospéré. je me demandais juste à quel point cela pourrait se rapprocher de la réalité, etc.

Zeezack

Nous avons précédemment exploré la possibilité que les Chinois découvrent l'Amérique avec l'implication des Vikings.

Je comprends que les Mayas sont toujours là, etc. mais disons par exemple que les Espagnols n'avaient pas été aussi destructeurs à leur arrivée. Comment les choses pourraient-elles être différentes ?

On prétend qu'une sécheresse vieille de 200 ans a eu un grand impact. mais si les Chinois et les Vikings avaient développé une sorte de réseau d'aqueduc, eh bien.

Kalan

Les effondrements de la civilisation maya ont été causés par une série de sécheresses prolongées de 810 à 910. Si vous empêchez d'une manière ou d'une autre ces sécheresses ou du moins les raccourcissez, les Mayas pourraient survivre en tant que puissance puissante (même IOTL, les derniers vestiges ont survécu en tant qu'États indépendants jusqu'à ce que le conquête du Nouveau Monde par l'Espagne)

9 Colibri à crocs

Les effondrements de la civilisation maya ont été causés par une série de sécheresses prolongées de 810 à 910. Si vous empêchez d'une manière ou d'une autre ces sécheresses ou du moins les raccourcissez, les Mayas pourraient survivre en tant que puissance puissante (même IOTL, les derniers vestiges ont survécu en tant qu'États indépendants jusqu'à ce que le conquête du Nouveau Monde par l'Espagne)

Les Mayas disposaient déjà d'un vaste système d'irrigation, il n'y a rien à améliorer. Le problème était que a) pendant un siècle seulement environ 80% des précipitations normales se sont produites et b) ce déclin général a été exacerbé par trois sécheresses (810, 860 et 910) qui ont duré environ 5 ans et au cours desquelles il n'y a eu presque aucune précipitation et plusieurs sécheresses mineures au cours desquelles les précipitations ont été réduites à moins de 50 % de la moyenne.
Contre une sécheresse aussi prolongée aucun système d'irrigation ne vous protégera d'autant plus que toute la Caraïbe a été touchée.

1. Leur civilisation ne s'est pas effondrée avant l'arrivée des Espagnols.

2. Je suis sûr que vous faites référence à l'effondrement des principaux royaumes des plaines du sud, la région autour du Guatemala moderne. Les sécheresses étaient loin d'être la seule raison pour laquelle ces villes se sont effondrées. En fait, pendant lesdites sécheresses épiques (et elles sont graves au niveau biblique), les basses terres du nord, plus sèches, ont prospéré alors que le sud déclinait. Les causes les plus importantes et les plus influentes auraient été la surpopulation de la région et le manque de ressources qui en découle qui ont également déclenché une guerre constante.

Quoi qu'il en soit, afin de répondre correctement à l'OP, j'aurais besoin de plus de détails sur le PoD qu'il veut. Il pourrait ne pas vouloir d'effondrement de l'ère classique, ce qui aurait pour conséquence que des villes comme Tikal (Mutul utilisant son ancien nom) et Calakmul seraient toujours là et que la région serait beaucoup plus peuplée, avec des millions de personnes y ayant vécu 700 ans avant Christophe Colomb. Alternativement, il pourrait demander à la nation maya postclassique dirigée par Mayapan de survivre et de rester dominante au contact de, présentant un adversaire plus redoutable et unifié pour les Espagnols. Ou il pourrait simplement demander à Cortez de mourir et à ce que la prochaine vague de conquistadors soit moins brutale et/ou compétente. Ou une douzaine d'autres possibilités. Je travaillais moi-même sur un TL où le Classic Collapse n'a jamais eu lieu, mais je l'ai arrêté pour d'innombrables raisons.

Tom Voile

Je pense qu'il est juste de dire que les Mayas villes effondré c. 900, le Maya culture a été lentement absorbé dans la culture hispanique d'Amérique centrale c. 1700-2000, et les Mayas personnes survivre à ce jour.

Si je peux être aussi audacieux, je comparerais la situation des Mayas après 1700 à celle des Écossais. Il y a une séparation qui est très claire pour les habitants et vitale pour comprendre leur société, mais qui est à peu près perdue pour les étrangers.

9 Colibri à crocs

Malte

Keenir

ils manqueraient de béton, ce qui forcerait la construction de temples (et à peu près tout le reste) soit à s'arrêter, soit à découvrir de nouveaux matériaux de liaison très très rapidement.


si ma mémoire est bonne, un observateur de l'ère mayapan a écrit que vous pouviez vous tenir au sommet d'une pyramide et ne voir aucune forêt jusqu'à l'horizon lui-même.
(et puisque vous avez besoin de charbon de bois pour le béton.)

Kalan

Cependant, la perte de 70% de leurs villes et d'une partie similaire de leurs terres les a éliminés en tant que force majeure. C'est comme l'empire romain, bien qu'il ne tombe qu'en 473 ou 1453, ils ont cessé d'être une culture importante bien avant.

Il est vrai que les Mayas souffraient déjà de surpopulation et d'épuisement des ressources, ce qui les rendait certainement plus sensibles à la sécheresse, mais à eux seuls, ils n'entraîneraient pas immédiatement la chute de tant de villes en si peu de temps, surtout si l'on compare à d'autres crises écologiques dans d'autres parties du monde.
Il est bien sûr possible que même sans la sécheresse le Maya classique décline, mais le déclin sera moins sévère que l'IOTL

Chèvre à grandes ailes

Le père de Snotter

En soutien à Hrlsvgar, qui semble en savoir plus sur les Mayas que quiconque que j'ai rencontré sur ce forum (ou ailleurs):

La civilisation maya a fait ne pas tomber avec les villes des hautes terres, il a simplement changé son centre de gravité géographique pour les plaines. Ils ont maintenu des villes grandes et complexes qui ont duré dans la conquête espagnole dans certains cas.

Événements climatologiques pouvez mettre une civilisation à genoux, surtout si elle est déjà stressée, comme l'étaient les royaumes des hauts plateaux, par leur population. Dans les vallées du Pérou, Tiwanaku est tombé à cause de la sécheresse. Cette sécheresse n'a pas seulement frappé les centres culturels sur les rives du lac Titicaca, mais aussi les vallées fluviales qui fournissaient une grande partie de la nourriture aux villes. Cette sécheresse a été causée apparemment par un grave El Niño.

Inversement, à un autre moment, les villes, les routes, les canaux et les champs en terrasses de certaines de ces mêmes vallées ont été détruits par des inondations extrêmes, entraînant une longue période de dépeuplement et de changement culturel.

Mes propres recherches sur l'Amérique centrale et du Sud des 13e et 14e siècles ont radicalement changé les idées préconçues que j'avais sur cette période, entraînant la rétraction d'une mise à jour de ma propre chronologie et un changement complet dans sa direction.

Il est vraiment triste que nous accordions si peu d'attention à ce domaine de l'histoire. C'est un scénario en constante évolution qui est excitant, triste, grandiose et tragique, plein de possibilités et de destin non réalisé.

Le père de Snotter

Ils ont continué comme une force majeure et la culture prééminente en Amérique centrale jusqu'à l'arrivée des Espagnols, alors même qu'ils déclinaient. Il n'y avait pas d'autre candidat pour les remplacer, contrairement à Rome et à l'Europe.

Les Mayas ont continué à développer leur métallurgie dans le post classique. L'utilisation du cuivre était répandue en Amérique centrale et les compétences étaient d'un ordre élevé. La région est pauvre en minerais métalliques, ce qui limite la capacité de développer des alliages, mais le concept de combinaison de métaux n'était pas inconnu, en fait il était très courant. Les Mayas utilisaient le bronze dans une grande partie de leurs armes, fabrication d'outils et ornements.

Kalan

Les Aztèques ou plutôt la triple alliance qui les a remplacés.

Les Mayas ont continué à développer leur métallurgie dans le post classique. L'utilisation du cuivre était répandue en Amérique centrale et les compétences étaient d'un ordre élevé. La région est pauvre en minerais métalliques, ce qui limite la capacité de développer des alliages, mais le concept de combinaison de métaux n'était pas inconnu, en fait il était très courant. Les Mayas utilisaient le bronze dans une grande partie de leurs armes, fabrication d'outils et ornements.

9 Colibri à crocs

ils manqueraient de béton, ce qui forcerait la construction de temples (et à peu près tout le reste) soit à s'arrêter, soit à découvrir de nouveaux matériaux de liaison très très rapidement.


si ma mémoire est bonne, un observateur de l'ère mayapan a écrit que vous pouviez vous tenir au sommet d'une pyramide et ne voir aucune forêt jusqu'à l'horizon lui-même.
(et puisque vous avez besoin de charbon de bois pour le béton.)

Hmm, je pense que vous confondez l'ère Mayapan avec l'ère classique. Mayapan existait à l'ère postclassique. Le manque de béton était l'une des raisons de la fin de l'ère classique, et un changement majeur dans le postclassique était qu'ils ont cessé de construire presque autant (ou aussi grands) de temples. Toute cette construction étant arrêtée, c'est vraiment arrivé, juste plus tôt que vous ne le pensez. Ils ont appris leur leçon en construisant moins grandiosement. En partie pourquoi personne n'a entendu parler de Mayapan, pas aussi grand que Tikal ou Yaxchilan.

Cependant, la perte de 70% de leurs villes et d'une partie similaire de leurs terres les a éliminés en tant que force majeure. C'est comme l'empire romain, bien qu'il ne tombe qu'en 473 ou 1453, ils ont cessé d'être une culture importante bien avant.

Il est vrai que les Mayas souffraient déjà de surpopulation et d'épuisement des ressources, ce qui les rendait certainement plus sensibles à la sécheresse, mais à eux seuls, ils n'entraîneraient pas immédiatement la chute de tant de villes en si peu de temps, surtout si l'on compare à d'autres crises écologiques dans d'autres parties du monde.
Il est bien sûr possible que même sans la sécheresse le Maya classique décline, mais le déclin sera moins sévère que l'IOTL

Ils n'ont pas totalement cessé d'être importants. Chichen Itza, qui a prospéré après l'effondrement, était l'une des plus grandes villes mésoaméricaines et l'une des plus puissantes de toute la région jusqu'à sa chute. Et leur chute était simplement due à la guerre, contrairement à la multitude de facteurs qui se sont produits dans les villes classiques. De plus, bien que l'effondrement n'ait pas été si immédiat, il a duré environ 100 ans, vous avez raison en ce sens que la sécheresse a exacerbé les choses. Mais sans les autres problèmes, il n'y aurait probablement pas d'effondrement. Les Mayas étaient habitués aux sécheresses et savaient comment s'y préparer, et bien que celle-ci soit la plus importante, elle n'aurait pas pu les faire seule sans les autres facteurs comme la guerre endémique, l'épuisement des ressources, la surpopulation, etc.

Je ne sais pas pourquoi la guerre civile guatémaltèque serait une indication de l'évolution des Mayas.

Oh, et correction mineure pour le père de Snotter Les villes des plaines du sud sont celles qui sont tombées dans l'effondrement. Les Highlands sont encore plus au sud, et ils étaient là jusqu'à ce qu'ils soient conquis par les Espagnols. Eh bien, la plupart d'entre eux ne savent pas ce qui est arrivé à Kaminaljuyu.

Tom Voile

L'homme de sable

Maintenant, il y aurait une idée intéressante : les Mayas se lancent dans la navigation. Le but de ceci est finalement de les relier plus directement aux différents réseaux commerciaux dans le bassin versant du Mississippi, où ils auraient accès à des métaux qui sont incommodément éloignés du transport par eau au Mexique.

9 Colibri à crocs

Exactement, merci. Le postclassique est un peu abusif car il implique que la civilisation maya de l'époque était soit inexistante, soit inférieure à celle du passé. Cela a commencé par une sorte de "renaissance" si vous voulez, les changements majeurs par rapport au Classique (au-delà de la géographie et de l'art) étant plus de décentralisation et moins de projets de travail s'auto-glorifiant. Bien que pour être juste, la civilisation postclassique était en déclin à partir de peu de temps avant l'arrivée des Espagnols. Quoi qu'il en soit, j'ai toujours pensé que les noms de toutes les époques mayas étaient inexacts, après tout, leur plus grande ville (El Mirador) était une ville préclassique. Et c'était énorme.

Et pour en revenir au sujet, un bon PoD pour les Mayas plus puissants serait eux (à n'importe quelle époque) serait-ce qu'ils fabriquaient des voiles de toutes sortes. As previously said, they were experienced sailors and large boats were not alien to them (well, boats as large as Spanish ones were), so if perhaps they started making sails they could expand their trade networks, bringing in more wealth, more resources, more power.

EDIT: As to what institutions of Maya culture would survive given a less brutal conquest? Well, some are easier to answer than others. Their language is sure to survive well. They got roughly a million speakers now, and that is despite their historically lower status for centuries and the stigma placed on it. ITTL it would do better, but as to which form of Mayan would be more common, that needs a more specific PoD. Maya cuisine is sure to survive, as it has already done so OTL, although unfortunately I never found a place where they offer iguana (they're not even rare, I've stepped on at least one there!), but their cochinita pibil was definitely the best thing I have ever eaten. Other stuff is still hard to think of, really. Calendar would be a difficult one. Could easily be associated with paganism and slated for being stamped out, but aspects are still around just as some of their gods are still venerated (just as saints in most cases IIRC). They might end up using both, but I think the calendar might stay because they had a mind-numbing obsession with it. Hard to fathom, or even explain without going into more detail, but in addition to religious aspects of life agricultural and even political matters revolved around calendrics. Also, in one way it is more simple as their calendar is more cyclical than ours, much like a clock or rather three clocks or gears meshed together.


Newly discovered pyramid

Historians and archaeologists will likely continue to make theories only to see them debunked by new discoveries. The new technology that is making this all possible is something called LiDAR (&ldquoLight Detection and Ranging&rdquo) imaging, and it&rsquos responsible for the over 60,000 structures just discovered in September 2018, which includes a pyramid that is seven stories high!

Wikimedia Commons

The team responsible for the imaging covered an area of almost 800 square miles and fired pulses of laser at the ground at a rate of 900,000 times per second that gives such an accurate picture of the topography that any man-made structures stand out against the natural jungle. So what was it that they found?


Do we ever actually know what happened to the Mayan and Olmec civilizations?

I know that they were big on human sacrifice, but almost every source says they just "dropped off the map" before the arrival of cortes.

Granted, Cortes was a dick for burning all the records, but is there any archeological evidence to suggest what happened to them? My bet was on the Aztec's absorbing them, or they migrated to other places. This is why I sometimes go all conspiracy theory that the lost tribes of the amazon are actually descendants of the mayans and olmecs.

The Maya are still around today. What do you mean, "every source" says it's a big mystery? Certainly no academic sources, not to sound pretentious.

Maybe im thinking the olmecs. Gotta remember its been 11+ yrs since I took world history, im a bit rusty here.

lmost every source says they just "dropped off the map" before the arrival of cortes.

. quoi?
The Maya were still around when the Spanish Showed up
Sure they were well off their prime but it's not like they up & vanished. Hell the decedents of the Maya are still in the area today

People and cultures do not remain static. They change over time due to internal or external pressures. The Olmec civilization eventually gave rise to the Epi-Olmec civilization of the Late Formative Period which then may have influenced the Classic Veracruz civilization before influencing the Postclassic Veracruz people. But you could not consider Postclassic Veracruz peoples as Olmec just as you cannot consider modern Italians as Imperial Romans. Too much has changed for them to be the same people despite the same location and similar cultural traits and languages.

The same can be said of the Maya. They did not drop off at the end of the Classic period as many think. Between public interest and a proportionally overwhelming academic focus on the Classic period, comparatively little work on the Postclassic has been conducted and made available to the public. This gives a skewed perception of the past in which people believe the Postclassic Maya were somehow weaker, reduced, or not as glorious as their Classic ancestors. The reality is that the less information is made available and people know less about that period. They ignore the fact that Postclassic Maya continued to thrive in large metropolitan areas, conducted long distance trade, and continued to exude influence to other parts of Mesoamerica and the Caribbean. Next time someone tells you that the Maya dropped off, tell them that the last Maya kingdom to fall fell in 1697.


What really destroyed the Maya civilization?

One of the biggest debates in archaeology is what destroyed the extensive, highly-advanced Maya civilization 1,000 years ago. It's known that the empire went through a long collapse from roughly 800 to 1,000, leaving behind a network of pyramids and monumental architecture in the Yucatán jungles. Mais pourquoi? We have only educated guesses, and one of the most widely-believed theories is that some kind of climate catastrophe drove the Maya to abandon their cities in droves.

Now, two Earth scientists have carefully analyzed rock samples from the Yucatán, which revealed water levels in local lakes, as well as chemical traces that show likely rainfall over the decades of the collapse. What the scientists found was more evidence that the region suffered from drought during the typically rainy summers — but the drought was fairly mild. There were probably fewer hurricanes in the ocean driving rainstorms to land. In a paper published today in Science, researchers Martín Medina-Elizalde and Eelco J. Rohling call it "a succession of extended drought periods interrupted by brief recoveries."

Is it really possible that a mild drought, no matter how many centuries it lasted, could really topple an empire? After all, civilizations in Europe have endured everything from plagues to the Little Ice Age , and people did not abandon the cities.

Volcanoes caused a "little ice age" in Europe 500 years ago, say scientists

From 1550 to 1850, Earth mysteriously got colder. Communities from Greenland to the Alps were…

Medina-Elizalde and Rohling suggest:

If these repeated episodes of drier climate had a significant role in the fate of the Classic Maya civilization, as suggested by archaeological evidence, then this would imply that the ecological carrying capacity of the Yucatán Peninsula is highly sensitive to precipitation reductions.

In other words, it's possible that it didn't take much of a drought to usher in a catastrophic series of crop losses or other environmental problems. And these problems, in turn, could foment dramatic social upheavals.

The scientists note that this does not bode well for the future of the region, since in coming decades the Yucatán Peninsula is likely to experience "modest reductions in precipitation" like those during the collapse of the Maya civilization.

Were the Maya brought down by a small shift in climate, or were there complicated political issues involved as well? Other archaeologists explain that the Maya were at war for much of the collapse period , and indeed, had enormous wars throughout much of their history.

Ultimately, we have to consider the possibility that it wasn't simply a mild drought that destroyed the Empire, but that the Empire also destroyed itself the way many great European and Asian powers have — by waging war until their resources were depleted and no willing soldiers were left. The Maya probably weren't just passive victims of climate change. They were a powerful polity, spread out across huge swathes of the Yucatán. They had advanced agricultural techniques, and new LiDAR studies of regions around Maya center Caracol reveal that they remolded much of the land in the area to make way for farms, roads, and homes. Given their technological sophistication, it's possible that the Maya might have survived the drought if it hadn't been for war taxing their resources. In other words, the Mayan Empire's demise may have resulted from a mix of social and environmental factors, and would have been far more complex than mere food shortages due to drought.


How Massive Drought Ended The Classic Mayan Civilization (And Why We Already Knew That)

Most people don't think of the Americas when they think of the "medieval" (or "Middle Ages") but that's beginning to change. The Mayan civilization, for example, flourished for over 700 years between roughly 200-900 CE - from the heyday of the Roman Empire past the fall of the Carolingians. Most people know of the Maya from current popular tourist destinations, such as Tikal in Guatemala or Chichen Itza in modern-day Mexico, but this linked system of city-states stretched across most of Central America. Some centers, such as Caracol in modern Belize, could have held as many as 100,000 residents at their height.

A new article in Science thinks it has the answer: radical climate change. The study by a cluster of climate researchers at the University of Cambridge and geologists at the University of Florida concluded that a massive drought, with a decrease in annual precipitation of between 41-54%, occurred at the end of the classical period (ca. the 9th century CE), devastating crops and making the land all but uninhabitable.

Temple of the Warriors, Chichen Itza, Yucatan, Mexico. Mayan civilisation, 4th-10th century. (Photo . [+] by DeAgostini/Getty Images)

Dr. David S. Anderson, a trained archeologist at Radford University who specializes in Mesoamerica and who also works to debunk pseudoarcheology, told me via email that scholars have known about the collapse of Mayan Civilization for about 100 years. " Since then," he continued:

"we’ve learned more and more about this period with additional excavations and paleo climate data. So, the collapse is now seen as an extended phenomena that seems to begin ca. 800 CE and continues in some places until about 1000 CE. Evidence has been building for about 20 years to suggest there were significant droughts during this period, so this new study supports those who want to point to drought as the primary mover in the collapse."

But it doesn't really tell us anything we didn't already know, or " it's better resolution on a phenomena that we already had good evidence to say occurred." According to Dr. Anderson, by focusing exclusively on "proving" there was a severe drought this article doesn't account for the problems in linking the drought to a prolonged 200-year decline - a period that's far too long for just 1 thing to be the cause. Most likely, it was a number of factors that caused the decline, with the environment being only 1 of them.

And this is what can happen when STEM fields ignore the humanities and social sciences. They too often "rediscover" something that other scholars have known for some time.

Maybe more importantly though, STEM also sometimes forgets context, which can lead to misunderstandings. Without context - without situating the importance of these findings within what we already know about the decline of the Maya - allows others to leap to unwarranted (and problematic) conclusions.

Temple of Frescoes. Mayan ruins of Tulum (1200-1524). Tulum. Quintana Roo state. Péninsule du Yucatan. . [+] Mexico (Photo by: myLoupe/Universal Images Group via Getty Images)

"Découvrir ran an piece [since corrected but see the original here] claiming we finally know why the Maya 'disappeared.' But that's a loaded word here. To say the Maya 'disappeared' is a 19th-century claim that says the contemporary indigenous inhabitants of Central America couldn't possibly be related to such crafty and industrious people who could build such architecture. It's also just not true. Not only did the Maya not disappear, but they rebounded. There were large-scale Maya political entities when the Spanish arrived in the 16th century and the conquest of the last independent Maya kingdom didn't happen until the 18th century. Today, millions of people live throughout Mexico, Guatemala, Honduras, and Belize who are the direct biological descendants of the ancient Maya, many of whom still speak one of the 30 or so Maya languages as their native tongue."

Découvrir has corrected their post (although it still claims the Maya "vanished") and Dr. Anderson is sure that the authors of the original Science article would likely be horrified to see their work being used in such a way, yet here we are. After all, you have to be aware of those assumptions and where they come from in order to fight against them.


Voir la vidéo: Tätä PELKÄSIN ENITEN Netherissä! (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Nekazahn

    Pour ma part, tu n'as pas raison. Entrez, nous en discuterons. Écrivez-moi dans PM, nous allons le gérer.

  2. Meztijind

    Le message pertinent :)

  3. Telabar

    Et que faisons-nous sans ta merveilleuse idée

  4. Kigarg

    Je pense que tu as tort. Nous allons le prendre en compte.

  5. Kazem

    Je pense que vous faites erreur. Je peux défendre la position. Écrivez-moi en MP, on en parlera.



Écrire un message